chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Audrey Horne - No Hay Banda

Chronique

Audrey Horne No Hay Banda
Au vu du nom du groupe, peut-être vous demandez-vous qui est cette Audrey Horne ? Est-ce la chanteuse du groupe ? Pourquoi le groupe porte-t-il son nom ? Est-ce une compositrice multi instrumentiste ? Est-ce qu’elle est bonne ? Bande d’incultes ! Audrey Horne est un personnage de Twin Peaks de David Lynch ! Le groupe, lui, est composé de membres d’Enslaved, Gorgoroth, Deride et Sylvia Wane (et même Paul Di'Anno), alors on calme ses ardeurs s’il vous plaît. Restons avec David Lynch pour préciser que le titre de l’album, No Hay Banda, est une référence à Mulholland Drive : c’est une phrase prononcée par Rita et en espagnol, cela signifie « il n’y a pas de groupe ». Avouez que cela est plutôt bien trouvé pour le premier album d’un side-project.

Membres issus de groupe de black (mis à part Sylvia Wane), références plus ou moins poussées à David Lynch, je vous vois déjà en train d’imaginer un groupe inaccessible évoluant dans un monde lynchien où le corpsepainting blanc et noir, les crucifix à l’envers et les brassards à piques seraient la règle. Et bien pas du tout ! Audrey Horne est très éloigné des groupes suscités et le public visé est nettement plus large que celui de Gorgoroth par exemple. Le groupe n’est donc pas près de passer à Top Of The Pops, à moins que les djeunz se mettent au metal mélodique à tendance dépressive : la musique d’Audrey (oui on est intime) est plutôt lente, lourde et froide…

Tout ce que ne sont pas les premières secondes de l’album ! J’ai rarement vu une entame de disque aussi trompeuse : le riff est saccadé, deux types de chants se répondent, dont un qui n’est pas du meilleur effet. C’est mal parti… Le refrain mélodique qui suit est nettement plus intéressant mais l’enchaînement n’est pas extraordinaire. Il faut attendre le break pour que la formule du groupe se mette réellement en place : des riffs lourds, une batterie bien carrée, le tout blindé d’arrangements au clavier. Si ça ne vous tente pas, passez votre chemin car c’est là l’identité du groupe : on y a droit tout le long de l’album. La monotonie pourrait donc se faire sentir si les compos n’étaient pas bien construites, ce qui n’est heureusement pas le cas. Certains morceaux sont organisés autour d’un riff central répétitif (Listening) et c’est la seconde guitare, quelques notes de piano, mais surtout les claviers qui viennent étoffer le tout.
Au niveau du chant, Toschie varie énormément tout en gardant une unité pas forcément évidente : on pense souvent à Mike Patton dans son registre chanté et parlé (Get A Rope, Crust) ou à feu-le chanteur d’Alice In Chains, Lane Staley, pour l’expressivité du chant (Deathrope). Sur Crust, il y a même un effet de voix souvent utilisé par Anders Frieden sur les derniers In Flames. C’est vraiment anecdotique mais comme j’ai cherché relativement longtemps, je vous en fais part. ;-) C’est vraiment la voix qui porte toute la mélancolie, la tristesse des morceaux, comme sur la magnifique Confessions & Alcohol.

Tout ça c’est bien beau, mais il y a quelques points faibles :
- Les refrains n’évoluent pas assez du début à la fin d’une chanson. Du coup, ça manque un peu de gradation et c’est d’autant plus frustrant que le chanteur semble vraiment à l’aise. S’il excelle sur le chant très calme (couplet de Deathrope), l’ensemble manque un peu de puissance. J’aurais aimé qu’il pousse un peu plus, enfin, on peut pas tout avoir !
- Quelques morceaux sont un peu en deçà : Candystore un morceau aux couplets parlés, sur le même principe que Sane Vs. Normal de Mnemic, qui est beaucoup plus réussi. Il faut dire que sur 4’53, ce n’est peut-être pas adapté… Autre moment passable, le début de The sweet taste of revenge où les claviers sont kitsch et le refrain trop lent. Regrettable étant donné la deuxième partie du morceau qui vient finir l’album en beauté.

En me relisant, je m’aperçois que même dans la partie « critiques » je finis par dire du bien de cet album ! Je crois qu’il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que mettre un 7.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

space monkey citer
space monkey
20/05/2005 0:01
note: 7/10
Sortie lundi 16/05.


On peut écouter 1'30 de chaque chanson sur le site du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Audrey Horne
Metal
2005 - Dogjob
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (14)  7.14/10

plus d'infos sur
Audrey Horne
Audrey Horne
Metal - 2002 - Norvège
  

écoutez
vidéos
Dead
Dead
Audrey Horne

Extrait de "No Hay Banda"
  

tracklist
01.   Dead
02.   Listening
03.   Get A Rope
04.   Deathhorse
05.   Confessions & Alcohol
06.   Candystore
07.   Blackhearted Visions
08.   Bleed
09.   Crust
10.   Weightless
11.   The Sweet Taste Of Revenge

Durée : 49’40

line up
Essayez aussi
Warrel Dane
Warrel Dane
Praises To The War Machine

2008 - Century Media
  
Metallica
Metallica
Hardwired... To Self-Destruct

2016 - Blackened Recordings
  
Metallica
Metallica
Death Magnetic

2008 - Vertigo
  
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
Menace To Sobriety

1995 - Mercury Records
  
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  

Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast