chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Suffocation - Despise The Sun

Chronique

Suffocation Despise The Sun (MCD)
Comment faire mieux qu'un album de la trempe de Pierced From Within? Le défi semble presque impossible à relever mais c'est pourtant ce à quoi Suffocation va devoir s'attaquer car le chef-d'oeuvre de 1995 est encore dans toutes les têtes. Et le quintette new-yorkais n'a pas semblé pressé de s'atteler à la tâche puisque ce n'est que trois ans plus tard que sort enfin le 4è volume du manuel Le brutal-death technique, comment qu'on fait?. Après une longue tournée mondiale, le groupe s'est accordé une pause bien méritée, n'ayant nullement l'intention de bâcler son travail: tout ce qui sort sous le nom de Suffocation doit être marqué du sceau de l'excellence.

Trois ans c'est long et il peut s'en passer des choses. Et en effet il s'en est passé. Le groupe n'est plus chez Roadrunner Records mais chez un label indépendant, Vulture Records. Relapse Records resortira cependant Despise The Sun en 2002 pour une meilleure distribution. Deuxième changement, Dough Bohn, le remplaçant du grand Mike Smith sur Pierced From Within, laisse sa place derrière les fûts à Dave Culross, l'ancien cogneur de Malevolent Creation. Le groupe a par contre conservé Scott Burns aux manettes, choix judicieux au vu du son massif de Pierced From Within.


Tout commence par cette phrase qui donne le ton: "The greatest trick the Devil ever pulled was convincing the world he didn't exist" (phrase culte du film culte Usual Suspects notamment). L'intro lourde de "Funeral Inception" déboule à la suite, balayant tout sur son passage avec sa double-pédale ravageuse. Puis viennent les blasts qui nous permettent d'admirer le jeu de Culross, plus axé sur les cymbales et le charley et doté d'une puissance de frappe surhumaine. Toutes les intros sont d'ailleurs excellentes, on est tout de suite pris dans le déferlement, pas le temps de s'amuser! Cerrito et Hobbs ont une nouvelle fois sorti le grand jeu. Je ne le dirais jamais assez, ces mecs ont un don: composer des riffs qui tuent. Le riff schizophrénique de "Devoid Of Truth" appuyé par les cymbales est absolument énorme, tout comme le pont hypnotisant à 1'31. L'accélération de "Despise The Sun" à 0'36 laisse toute concurrence sur place tandis que les rafales sur la fin de "Bloodchurn" n'en finissent pas de m'estomaquer.

Suffocation a-t-il donc relevé le défi? Niveau qualité rien à redire mais on ne peut qu'être déçu devant la quantité. En trois ans de silence radio le groupe n'a su nous offrir qu'un EP de cinq morceaux (et encore seulement quatre sont inédits car "Catatonia" figurait déjà sur le premier EP du groupe, Human Waste de 1991) pour seulement 16 minutes de boucherie intense. Intense, voilà un mot qui définit bien ce mini-album. Despise The Sun est sans doute ce que les Américains ont fait de plus brutal et de plus direct, et ce n'est pas peu dire. Si vous cherchez de jolies mélodies (m'étonnerait quand même si vous êtes sur ce zine!), vous avez frappé à la mauvaise porte. Ici tout n'est que brutalité éreintante et démonstration de force. La recette qui a fait ses preuves ne change pas, Suffocation reste sur ses acquis tout en évitant de tourner en rond: riffs inspirés, changements de rythme (moins fréquents que par le passé cependant), son pachydermique, batterie martyrisée par des blast-beats surpuissants, basse omniprésente, atmosphère post-apocalyptique et aboiements féroces du sieur Mullen (avec un petit effet d'écho un peu bizarre sur ces derniers) qui s'adonne même aux grognements porcino-grindesques sur la fin de "Catatonia". On peut cependant regretter la présence d'un seul solo (sur "Catatonia"), unique touche de mélodie dans ce monde de brutes.

Suffocation est donc revenu en très grande forme et plus énervé que jamais. Les cinq morceaux que composent ce Despise The Sun tutoient encore les sommets, ce qui rend l'écoute d'autant plus frustrante. Quand c'est aussi bon on en veut toujours plus et c'est exactement ce qui se passe. C'est un peu comme si, à peine l'acte de chair débuté, une fille super bien roulée que vous n'avez pas revu depuis longtemps se barrait. Et en plus de se tirer en pleine action cette conne vous annonce qu'elle ne reviendra plus. Car oui, après s'être abscenté pendant trois ans et n'avoir pondu qu'un mini-album, Suffocation se sépare, à cause de putain de conflits internes! Heureusement, vous connaissez sûrement la suite, le groupe fera son grand retour en 2004 avec Souls To Deny.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

But citer
But
01/09/2013 21:45
note: 3.5/5
il avait rien compris lui
Momos citer
Momos
01/09/2013 19:25
Ander a écrit : Qui c' est qui a noté 6,5 sur 10 cette petite bombe, que je lui tranche la gorge, et que je le scalpe?!!! ;-(

Je connaitrais jamais le coupable...
et la réponse était : Backstaber
La_girondelle citer
La_girondelle
01/09/2013 12:18
note: 5/5
Je réhausse ma note à 5/5, tant cet EP a bien vieilli
Une véritable démonstration de death metal, riffing hors norme, batterie intelligente. Non vraiment, cet EP est au dessus de tout !
Ander citer
Ander
21/02/2006 23:25
note: 4.5/5
Qui c' est qui a noté 6,5 sur 10 cette petite bombe, que je lui tranche la gorge, et que je le scalpe?!!! ;-(

Je connaitrais jamais le coupable...
Ander citer
Ander
25/11/2005 18:30
note: 4.5/5
Les extraits sont énormes surtout Funeral Inception!
Alexis citer
Alexis
21/06/2005 16:27
Une kro réservé aux fans ( vu la quantité de la kro par rapport à celle de l'EP ), avec un petit brain de biographie dans l'air. Agréable à lire :o)

On attend ta Souls To Deny !
toukene citer
toukene
18/06/2005 19:09
Bientôt finie cette discographie Keyser :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suffocation
Brutal Death technique
1998 - Vulture Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (18)  4.29/5
Webzines : (5)  4.1/5

plus d'infos sur
Suffocation
Suffocation
Brutal Death - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Funeral Inception
02.   Devoid Of Truth
03.   Despise The Sun
04.   Bloodchurn
05.   Catatonia

Durée totale: 16'28

line up
voir aussi
Suffocation
Suffocation
The Close Of A Chapter (Live)
(Live 2005)

2006 - Autoproduction
  
Suffocation
Suffocation
Pinnacle Of Bedlam

2013 - Nuclear Blast
  
Suffocation
Suffocation
Breeding The Spawn

1993 - Roadrunner Records
  
Suffocation
Suffocation
Suffocation

2006 - Relapse Records
  
Suffocation
Suffocation
Pierced From Within

1995 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
Blasphemy Made Flesh

1994 - Displeased Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Vile

1996 - Wrong Again Records
  
Origin
Origin
Antithesis

2008 - Relapse Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Whisper Supremacy

1998 - Century Media
  
Ophidian I
Ophidian I
Solvet Saeclum

2012 - SFC Records
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique