chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Graveland - The Fire of Awakening

Chronique

Graveland The Fire of Awakening
Darken, seul maître de Graveland, a toujours réussi à tenir le rythme d’un album par an. The Fire of Awakening ne déroge donc pas à la rêgle en sortant peu après un Memory and Destiny sans surprise. Voyons ce que vaut cette cuvée 2003.

Un chœur classieux, composé de femmes et d’hommes, superposé sur le bruit du vent introduit cette nouvelle offrande aux dieux. Puis le premier râle surgit de nulle part, pour continuer avec un Black Metal lent, épique et guerrier. Et oui, Darken fait du Graveland, et c’est tout ce qu’on lui demande. On pourrait développer une jolie métaphore pour décrire cette album : imaginez une armée de guerriers Vikings avançant la tête haute, lentement mais sûrement, les cheveux dans le vent, l’air haineux et la soif de combats visible dans les yeux. Imaginez un homme guidant cette troupe, en clamant des propos tendancieux pour motiver ses hommes ; imaginez des tambours de guerre soutenant cette marche guerrière, puis mettez le tout dans un paysage recouvert de neige, avec des forêts par ci par là et quelques rivières. Ca y est, vous visualisez le tout ? Voilà, vous connaissez maintenant l’impression qu’il se développe à l’écoute de cet album.

Bon oui d’accord, vu comme ça, ça fait très cliché, mais Darken s’y connaît en matière de Pagan Black, et il nous le montre. L’homme manie à merveille les rythmes, allant de la marche sûre et lente à l’accélération (mais pas trop quand même, c’est dur de faire accélérer une horde de sauvages emplis de vinasses et de soles à la crème) soudaine et vigoureuse. L’utilisation de chœurs renforce l’atmosphère guerrière, fortement développée à l’origine par la batterie très martiale et les riffs entraînants et lancinants, bien que répétitifs (on remarquera le premier riff de Die for Freedom, absolument jouissif). L’album comprend 5 morceaux, tous au dessus des 7 minutes : on pourrait au premier abord s’attendre à être gagner par l’ennuie, du fait de la répétitions de certains passages, et de la linéarité de la musique. Au contraire, toujours au moment « crucial » si je puis dire, il y a un brusque changement de rythme, ou bien une apparition soudaine des chœurs et de nappes de clavier, donnant un nouvel élan à la musique, et évitant habilement l’ennuie qui paraissait inéluctable. De plus, il y’a tout au long de la durée de chaque morceau une évolution discrète du « thème musical » : les riffs varient autour de la même mélodie, les chœurs se font plus insistants ; le morceau Die for Freedom en est la parfaite illustration.

L’artwork colle parfaitement à l’album : tout est dans les mêmes tons (couleurs pâles pour étoffer l’image glaciale de la musique), mais les peintures (forêt, guerrier et divinités) parsemant le manuel évitent la répétition. Darken fignole son œuvre pour ne rien laisser au hasard : les mélodies utilisées avec parcimonie donnent toute la dimension épique à l’album, comme sur le break de Battle of Wotan’s wolves ou tout au long de In the Sea of Blood ; tandis que les battements entraînants et les râles de Darken renforcent le côté haineux de son Black Metal. The Fire of Awakening n’est pas révolutionnaire, n’offre rien de nouveaux par rapport à ses prédécesseurs, mais il a le mérite de nous apporter tout ce qu’on lui demande, à savoir une ambiance épique et guerrière majestueuse sans verser dans le grandiloquent.

« Raise your Sword ! »


N.B. : J’ai fait l’impasse sur les idéologies du one-man-band, la chronique ne s’intéressant qu’à la musique. Il faut néanmoins voir que c’est en partie grâce à cette idéologique que Darken arrive à donner toute cette atmosphère épique et guerrière à Graveland.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

citer
karmina (invité)
29/12/2005 14:40
Moi j'ai trouvé cet album excellent. L'ambiance est glorieuse et même si le rythme est lent, c'est entre autres pour ça qu'il existe des amateurs de graveland! Je dirai 9/20 et merci pour la dernière remarque de cette chronique, ça change de d'habitude....
citer
Le retour de la raki (invité)
13/07/2005 15:54
Hmmmm, rebeeeeeeeeeeeeeeeelle !!!
citer
nazi punks fuck off (invité)
13/07/2005 15:31
j'adore les vote sur le site du "groupe" (de facho) "quelle est la pire menace pour "notre" monde
-communisme ( bah ouais on sait tous que les fachos et les fachos ça fait 2
-Israel (no comment)
-metissage (ho caca !!!)
et j'en passe moi je passe pas à coté de ça et je prend même pas le risque de salir ma teub avec le dériére de ces enfoirés pour mon amour propre et en plus par ce que ca me dégoute d'approcher des connard pareille de prés ou de loin...
Raoul citer
Raoul
07/07/2005 16:20
eeeeeeeeeeet ben...

Pink Floyd ne savent pas à quel point ils ont eu chaud.
citer
WeshCousin (invité)
07/07/2005 16:04
C'est tout ce qu'on lui demande !
_Taranis_ citer
_Taranis_
07/07/2005 13:31
Ouais Graveland depuis In The Glare Of The Burning Church, c'est toujours la même chose. Du Graveland quoi, avec un seul riff par album, limite c'est du dronei. Nan mais bon sinon les morceaux progressent un peu, ce qui fait qu'on peut dire que Graveland c'est un peu progressif dans l'approche vous trouvez pas ?

Sinon, sans ça c'est clair avec les claviers viking on se croit trop les pieds dans la neige.

Sans rien de nouveau c'est sur. C'est du Graveland, c'est toujours la même chose. Limite t'as écouté cet album là, tu les connais tous (surtout Following The Voice Of Blood ou Immortal Pride, c'est la copie conforme je trouve loool).

Sans ça ouais l'idéologie parlons en, mais n'en parlons pas en faites. C'est scandaleux, vraiment ! Aaaarf c'est moche.

Et trop bien l'artwork, surtout le inlay on dirait du Luis Royo.
Krow citer
Krow
06/07/2005 21:25
note: 8/10
Nan mais je met en doute la véracité de l'existence d'un riff principal sur tout le cd. Je l'ai pas du tout remarqué, et Dieu sait si je l'ai écouté ce disque.
crowdead citer
crowdead
06/07/2005 21:17
note: 9/10
boa, tu as quand même un riff principal pendant le cd. ensuite, c'est la déco pour faire varier un minimum. mais niveau varieté, on a vu beaucoup mieux. mais attention, j'ai pas dit que j'aimais pas ! ça fait parti du groupe et j'apprécie !
Krow citer
Krow
06/07/2005 19:31
note: 8/10
Ouai enfin non exagère pas, il y'a quand même plusieurs riffs sur chaque morceau.
crowdead citer
crowdead
06/07/2005 17:37
note: 9/10
bin graveland n'a jamais fait dans le recherché, et le riff que tu entends, c'est celui qui occupe les 3/4 d'heure du cd, c'est vraiment répétitif, mais c'est un peu la marque de darken.
Keyser citer
Keyser
06/07/2005 14:49
Incroyable...j'aime bien le titre en écoute! La voix black n'est pas très black et donc supportable et musicalement même si ça m'a pas l'air très recherché ça passe bien Sourire
Krow citer
Krow
06/07/2005 0:21
note: 8/10
Ton commentaire m'a fait remarqué que je m'étais gouré dans la note. XD
crowdead citer
crowdead
06/07/2005 0:16
note: 9/10
l'un des meilleur graveland, aerien et trippant. superbe !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Graveland
Pagan Black Metal
2003 - No Colours Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (6)  7.48/10

plus d'infos sur
Graveland
Graveland
Pagan Black Metal - 1991 - Pologne
  

tracklist
01.   We shall Prevail
02.   Battle of Wotan’s wolves
03.   In the Sea of Blood
04.   Die for Freedom
05.   The Four Wings of the Sun

line up
voir aussi
Graveland
Graveland
Spears Of Heaven

2009 - No Colours Records
  
Graveland
Graveland
Thousand Swords

1995 - No Colours Records
  

Essayez aussi
Cristalys
Cristalys
In Hoc Signo Vinces

2013 - Pagan Pride
  
Kroda
Kroda
GinnungaGap GinnungaGaldr GinnungaKaos

2015 - Purity Through Fire
  
Helrunar
Helrunar
Frostnacht

2005 - Lupus Lounge
  
Kampfar
Kampfar
Mellom Skogkledde Aaser

1996 - Malicious Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta III
(Saturnian Poetry)

2014 - Debemur Morti Productions
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique