chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pretty Mary Dies - I Only Saw The Eye

Chronique

Pretty Mary Dies I Only Saw The Eye (Démo)
A la lecture de leur biographie, on constate que les quatre membres de Pretty Mary Dies ont de l’humour et ne se prennent pas au sérieux. Enfin, du moins, pour présenter leur groupe. Car dès qu’il s’agit d’envoyer du son, ça ne rigole plus du tout. D’ailleurs, le moins que l’on puisse dire, c’est que le design de la pochette ainsi que le sample de film introduisant le titre d’ouverture, « Castle of flesh and bones », laissent parfaitement présager de l’atmosphère de ce disque : sombre, oppressant, chaotique, voilà les principales sensations qui se dégagent de « I only saw the eye », seconde démo du groupe.

Il faut dire que le style pratiqué, du Metal-Hardcore lorgnant parfois du côté du Grind aide beaucoup à forger de telles impressions : la voix écorchée crée instantanément une sensation de malaise tandis que les nombreux changements de rythmes et la succession de riffs acérés et « tordus » sollicitent sans arrêt l’attention de l’auditeur. Visiblement, les Bordelais ont du écouter Converge, The Dillinger Escape Plan ou Nostromo en boucle, sans pour autant que ces influences ne ressortent de manière trop évidente dans leur musique. Pour ce faire, le groupe a su doter ses compos de passages plus ambiancés (à la manière des groupes de Post-Hardcore), comme sur « Ghostmaker » et « The eye of jupiter », qui, s’ils ont le mérite d’apporter un peu d’accalmie, n’en reste pas moins toujours malsains et glauques.

Ainsi, du fait du caractère très sombre mais également très technique de la musique de Pretty Mary Dies, cette seconde démo s’assimile pas-à-pas. Plusieurs écoutes seront donc nécessaires aux auditeurs les moins habitués aux déluges de décibels pour entrer dans le « trip » de Pretty Mary Dies. En revanche, les aficionados de ce genre musical adhéreront sans broncher à l’efficacité et la brutalité (renforcée par une production puissante mais bien rugueuse) des compositions.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

pripri citer
pripri
29/07/2012 18:41
C'est un très bon groupe, leur premier LP "Then the locust came" est vraiment un petit bijou de noirceur un peu folle et un peu triste à la fois.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore
2005 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.25/5

plus d'infos sur
Pretty Mary Dies
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore - France
  

tracklist
01.   Castle of flesh and bones
02.   Winter sun
03.   Ghostmaker
04.   The eye of jupiter

Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique