chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
11 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pretty Mary Dies - I Only Saw The Eye

Chronique

Pretty Mary Dies I Only Saw The Eye (Démo)
A la lecture de leur biographie, on constate que les quatre membres de Pretty Mary Dies ont de l’humour et ne se prennent pas au sérieux. Enfin, du moins, pour présenter leur groupe. Car dès qu’il s’agit d’envoyer du son, ça ne rigole plus du tout. D’ailleurs, le moins que l’on puisse dire, c’est que le design de la pochette ainsi que le sample de film introduisant le titre d’ouverture, « Castle of flesh and bones », laissent parfaitement présager de l’atmosphère de ce disque : sombre, oppressant, chaotique, voilà les principales sensations qui se dégagent de « I only saw the eye », seconde démo du groupe.

Il faut dire que le style pratiqué, du Metal-Hardcore lorgnant parfois du côté du Grind aide beaucoup à forger de telles impressions : la voix écorchée crée instantanément une sensation de malaise tandis que les nombreux changements de rythmes et la succession de riffs acérés et « tordus » sollicitent sans arrêt l’attention de l’auditeur. Visiblement, les Bordelais ont du écouter Converge, The Dillinger Escape Plan ou Nostromo en boucle, sans pour autant que ces influences ne ressortent de manière trop évidente dans leur musique. Pour ce faire, le groupe a su doter ses compos de passages plus ambiancés (à la manière des groupes de Post-Hardcore), comme sur « Ghostmaker » et « The eye of jupiter », qui, s’ils ont le mérite d’apporter un peu d’accalmie, n’en reste pas moins toujours malsains et glauques.

Ainsi, du fait du caractère très sombre mais également très technique de la musique de Pretty Mary Dies, cette seconde démo s’assimile pas-à-pas. Plusieurs écoutes seront donc nécessaires aux auditeurs les moins habitués aux déluges de décibels pour entrer dans le « trip » de Pretty Mary Dies. En revanche, les aficionados de ce genre musical adhéreront sans broncher à l’efficacité et la brutalité (renforcée par une production puissante mais bien rugueuse) des compositions.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

pripri citer
pripri
29/07/2012 18:41
C'est un très bon groupe, leur premier LP "Then the locust came" est vraiment un petit bijou de noirceur un peu folle et un peu triste à la fois.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore
2005 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.25/5

plus d'infos sur
Pretty Mary Dies
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore - France
  

tracklist
01.   Castle of flesh and bones
02.   Winter sun
03.   Ghostmaker
04.   The eye of jupiter

Wombbath
Downfall Rising
Lire la chronique
Inculter
Persisting Devolution
Lire la chronique
Razor
Open Hostility
Lire la chronique
Biopsy
Fractals Of Derangement (EP)
Lire la chronique
Ataraxie
Anhédonie
Lire la chronique
Satan pour le Fall Of Summer
Lire l'interview
Enforcer
From Beyond
Lire la chronique
Forgotten Winter
Vinda
Lire la chronique
Loudblast
Disincarnate
Lire la chronique
Katechon
Coronation
Lire la chronique
Mutoid Man
Helium Head (EP)
Lire la chronique
Hellfest 2015
Lire le dossier
Ragnard Rock Festival 2015
Lire le dossier
Undead
False Prophecies
Lire la chronique
Krahnholm
The Past Must Be Consigned ...
Lire la chronique
Nachtblut
Antik
Lire la chronique
De Carmen Simões à Shagrath
Jouer à The Small Metal World Experiment
Veil of Darkness
Nightmares in a Damaged Soul
Lire la chronique
Avatarium
Avatarium
Lire la chronique
Envy
All The Footprints You've E...
Lire la chronique
Dekadent Aesthetix
Dekadent Aesthetix
Lire la chronique
Agrypnie
Aetas Cineris
Lire la chronique
Nero di Marte
Derivae
Lire la chronique
Coal Chamber
Rivals
Lire la chronique
The Great Discord
Duende
Lire la chronique
Merauder
Bluetality
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches
Lire la chronique
Perversor
Anticosmocrator
Lire la chronique
Burial Vault
Unity In Pluralism
Lire la chronique
Nécropole
Ostara (Démo)
Lire la chronique