chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pretty Mary Dies - I Only Saw The Eye

Chronique

Pretty Mary Dies I Only Saw The Eye (Démo)
A la lecture de leur biographie, on constate que les quatre membres de Pretty Mary Dies ont de l’humour et ne se prennent pas au sérieux. Enfin, du moins, pour présenter leur groupe. Car dès qu’il s’agit d’envoyer du son, ça ne rigole plus du tout. D’ailleurs, le moins que l’on puisse dire, c’est que le design de la pochette ainsi que le sample de film introduisant le titre d’ouverture, « Castle of flesh and bones », laissent parfaitement présager de l’atmosphère de ce disque : sombre, oppressant, chaotique, voilà les principales sensations qui se dégagent de « I only saw the eye », seconde démo du groupe.

Il faut dire que le style pratiqué, du Metal-Hardcore lorgnant parfois du côté du Grind aide beaucoup à forger de telles impressions : la voix écorchée crée instantanément une sensation de malaise tandis que les nombreux changements de rythmes et la succession de riffs acérés et « tordus » sollicitent sans arrêt l’attention de l’auditeur. Visiblement, les Bordelais ont du écouter Converge, The Dillinger Escape Plan ou Nostromo en boucle, sans pour autant que ces influences ne ressortent de manière trop évidente dans leur musique. Pour ce faire, le groupe a su doter ses compos de passages plus ambiancés (à la manière des groupes de Post-Hardcore), comme sur « Ghostmaker » et « The eye of jupiter », qui, s’ils ont le mérite d’apporter un peu d’accalmie, n’en reste pas moins toujours malsains et glauques.

Ainsi, du fait du caractère très sombre mais également très technique de la musique de Pretty Mary Dies, cette seconde démo s’assimile pas-à-pas. Plusieurs écoutes seront donc nécessaires aux auditeurs les moins habitués aux déluges de décibels pour entrer dans le « trip » de Pretty Mary Dies. En revanche, les aficionados de ce genre musical adhéreront sans broncher à l’efficacité et la brutalité (renforcée par une production puissante mais bien rugueuse) des compositions.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

pripri citer
pripri
29/07/2012 18:41
C'est un très bon groupe, leur premier LP "Then the locust came" est vraiment un petit bijou de noirceur un peu folle et un peu triste à la fois.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore
2005 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.25/5

plus d'infos sur
Pretty Mary Dies
Pretty Mary Dies
Metal-Hardcore - France
  

tracklist
01.   Castle of flesh and bones
02.   Winter sun
03.   Ghostmaker
04.   The eye of jupiter

Unearthly Trance
Stalking the Ghost
Lire la chronique
Motörhead
Motörizer
Lire la chronique
Absolvtion
Obscure Catharsis (Démo)
Lire la chronique
Charlotte the Harlot
Agamogir (EP)
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz
Lire la chronique
Taphos
Demo MMXVI (Démo)
Lire la chronique
Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
Code Orange
Forever
Lire la chronique