chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Morbid Angel - Blessed Are The Sick

Chronique

Morbid Angel Blessed Are The Sick
Après l’énorme déflagration nommée Altars Of Madness, les 4 musiciens de Morbid Angel se devaient de confirmer les espoirs qui ont été placé en eux. C’est donc sans changements apparents, c'est-à-dire avec le même line-up, dans le même studio (le fameux Morrisound de Tampa) et avec le même homme (Tom Morris) au mixage que Morbid Angel enregistre Blessed Are The Sick en 1991.

Autant le dire tout de suite, il y a beaucoup à dire au sujet de ce disque. Jusque là c’est le cas pour pas mal d’autres disques mais le cas Blessed Are The Sick mérite vraiment qu’on se penche sur la question. Pas mal de changement ont eu lieu depuis Altars Of Madness et cela se ressent dès le début de l’opus. Tout commence par une étrange intro faite de grincements de guitares et soudain « Fall From Grace » débute. Et là, ô surprise le son a énormément changé. Le son poussiéreux et infernal d’Altars Of Madness laisse place à un son plus épuré et direct, plus rugueux surtout au niveau des guitares. La production a malheureusement vieilli mais elle possède encore un certain charme pour peu qu’on apprécie. C’est donc avec « Fall From Grace » que les hostilités démarrent. Un morceau maintenant cultissime démarrant sur un riff lent, presque thrash baignant dans les racines d’Altars Of Madness avec quelques breaks bien sentis et toujours quelques blasts efficaces. Le tempo se fait toujours aussi varié, et la voix de David Vincent fait mouche. La voix, un autre changement de taille dans le groupe. Légèrement mixée plus en avant, elle se fait plus rauque et guttural et rend les titres plus carrés et violents.

La musique de Morbid Angel a également subit quelques modifications. La vitesse d’exécution est toujours aussi remarquable mais sur la durée de l’album, le tempo se fait moins rapide. Les blasts sont toujours présents mais le groupe se calle davantage sur des mid-tempos fracassants appuyés par Mister Sandoval qui s’est encore diablement amélioré. « Rebel Lands » est un excellent exemple. La double pédale mène la danse sur un riff très inspiré de Trey Azagthoth (compositeur de la quasi-totalité des musiques de l’album) pour s’achever dans un duel guitaristique très torturé. On se rend compte que le groupe délaisse légèrement les ambiances pour se concentrer sur des morceaux plus directs et puissants. Les compos sont toujours d’inspiration maléfique mais avec un feeling très différent par rapport à Altars Of Madness.

Autre gros changement, ou plutôt nouveauté, de taille dans ce disque : la venue de titres instrumentaux atmosphériques. Ils permettent de souffler entre un enchaînement de titres redoutables et permettent de préparer la suite. Le 1er d’entre eux, « Doomsday Celebration » sonne comme une interlude. Mais une interlude du genre marche funéraire. Le clavier sonne parfois un peu kitsch mais cela reste correct. Après ces quelques minutes de répit surgit « Day Of Suffering » et là c’est l’apocalypse total. C’est tout simplement ce qu’on peut appeler une tuerie. Un riff d’intro lent, certes mais qui n’est là que pour se préparer à l’avalanche qui suit. Ça blaste, David Vincent vomit ses paroles tel un possédé et c’est très incisif. Le temps de se remettre de cette claque avec le titre éponyme, prémices de l’orientation que le groupe va prendre sur Covenant. Le rythme se fait encore plus lent et lourd, c’est lancinant et maladif, bref c’est un régal. Quelques breaks pour définitivement enterrer l’auditeur et une fin très réussie avec de la flutte traversière comme pour guider les rats (le titre complet de la chanson est Blessed Are The Sick / Leading The Rats).

Autre titre remarquable de l’album : « Thy Kingdom Come » de facture très classique, très direct et entrecoupé de solos toujours aussi tarabiscotés. De retour à l’époque Altars Of Madness avec « Abomination ». Le chant se refait plus black et appuyé par un riff très rentre-dedans. Les paroles sont toujours autant axées sur une mythologie des plus occultes, la chanson serait d’ailleurs une parfaite incantation pour une quelconque divinité maléfique. Les blasts sont mis de côtés pour un mid-tempos très appuyé et le résultat est redoutable. Le disque s’achève avec un dernier morceau instrumental, un titre entièrement joué au piano d’un ton mélancolique du meilleur effet.

Tout à l’air là pour contribuer à faire un grand album mais il y a quelques petites choses qui dérangent sur Blessed Are The Sick. Les titres ne sont pas tous du même niveau. Le formidable côtoit le moins inspiré. Un titre comme « Unholy Blasphemies » reste très linéaire dans sa structure, c’est direct mais pas forcément très original. Puis les solos sont parfois trop nombreux et par moment presque indigestes. « The Ancient Ones » est pourtant un titre plutôt accrocheur mais le break du milieu du morceau est un peu longuet et les solos ont un rôle très démonstratif et ne sont plus là pour renforcer l’atmosphère du titre mais plus pour la technique.

Blessed Are The Sick marque une nouvelle ère pour Morbid Angel. Beaucoup de changements ont eu lieu que ce soit pour le chant, la production et également au niveau des compos. Elles misent davantage sur la puissance et délaissent légèrement le côté malsain que l’on pouvait retrouver sur Altars Of Madness. On perd en ambiance ce que l’on gagne du côté de l’efficacité et on peut être un peu déçu par rapport à la qualité de l’album précédent. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Blessed Are The Sick reste un excellent album et on retrouve ces ambiances morbides sur des titres atmosphériques très réussis (« Desolate Ways » vous arrachera obligatoirement une larme). Le disque manque par moment d’homogénéité, certaines compos manquent d’inspiration mais le reste compense largement, « Fall From Grace », « Day Of Suffering » ou encore « Rebel Lands » valent à elles seules l’achat de l’album. On sent un changement de cap à l’horizon, le groupe n’a pas fini de faire évoluer sa musique et le meilleur reste à venir…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

citer
pete bondurant
28/11/2009 23:55
"On se rend compte que le groupe délaisse légèrement les ambiances pour se concentrer sur des morceaux plus directs et puissants. Les compos sont toujours d'inspiration maléfique mais avec un feeling très différent par rapport à Altars Of Madness. "

marrant, c'est tout l'inverse, MA delaisse le brutal et le direct pour priviliegier l'ambiance et pour pondre la leur meilleur album...occulte
Body Count citer
Body Count
22/09/2005 10:20
C'est le seul album avec Vincent que je ne possède pas, on me l'avait prêté en vinyl y'a 2/3 ans, et je l'avais écouté un après-midi d'hiver ; à l'époque je n'étais pas à fond dans l'extrême comme actuellement, cependant j'avais adoré et je me disais que je le prendrai un jour... Au mois d'août dernier je l'ai trouvé avec Covenant et Domination en occaz à Paris... Blessed Are The Sick n'était pas dans la pochette !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morbid Angel
Death metal
1991 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (37)  8.8/10
Webzines : (14)  8.44/10

plus d'infos sur
Morbid Angel
Morbid Angel
Boom Boom Pouet Pouet Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Fall From Grace
03.   Brain Storm
04.   Rebel Lands
05.   Doomsday Celebration
06.   Day Of Suffering
07.   Blessed Are The Sick / Leading The Rats
08.   Thy Kingdome Come
09.   Unholy Blasphemies
10.  Abominations
11.  Desolate Ways
12.  The Ancient Ones
13.  In Remembrance

Durée totale : 39'31

line up
voir aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Formulas Fatal To The Flesh

1998 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Altars Of Madness

1989 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Gateways To Annihilation

2000 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Heretic

2003 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Covenant

1993 - Earache Records
  

Essayez aussi
Bastard Priest
Bastard Priest
Ghouls Of The Endless Night

2011 - Pulverised Records
  
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
Programmed To Consume

2008 - Relapse Records
  
Fleshtized
Fleshtized
Here Among Thorns

2001 - Mighty Music
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  

1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique
Fluisteraars
Gelderland (EP)
Lire la chronique
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues
Lire la chronique
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)
Lire la chronique
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire
Lire la chronique