chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Morbid Angel - Gateways To Annihilation

Chronique

Morbid Angel Gateways To Annihilation
Gateways To Annihilation est le deuxième album avec Steve Tucker au chant et il marque également le retour d'Erik Rutan dans le groupe, celui-ci ayant auparavant pris une pause pour créer son joyau de haine éternelle. Après un Formulas To The Flesh synonyme de dévastation sonore, les quatre anges morbides vont explorer de nouveaux horizons musicaux. Le groupe aurait pu tomber dans la facilité et nous sortir un Formulas part 2. Il n'en est rien et c'est une excellente nouvelle. On peut considérer que Formulas (appelons-le FFTTF car je suis flemmard) a légèrement préparé le terrain, car il introduisait quelques ralentissements salvateurs au milieu de ce déchaînement musical. Ces changements sont confirmés et ce dès le début de l’opus.

Après une intro des plus étranges (on dirait une armée de canards marchant au pas), « Summoning Redemption » entame les hostilités. Le premier constat est clair, le son est ultra carré et encore plus puissant que sur tout les autres albums du groupe. Le recours à des guitares à 7 cordes y est pour beaucoup. Les riffs sont très tranchants et surtout d'une lourdeur assez irréelle. Il arrive qu'un même riff soit joué avec un léger décalage. L'effet est saisissant, du fait de la puissance du son, ce qui permet de créer une atmosphère unique pour chaque titre. Deuxième constat, le tempo est considérablement ralenti. Ne vous attendez pas non plus à entendre du doom dépressif et suicidaire, mais là où FFTTF partait au quart de tour, Summoning Redemption démarre sur un mid-tempo écrasant appuyé par un riff d’une puissance phénoménale. Le groupe ralentit tellement le tempo qu'il en arrive à jouer un morceau d'inspiration quasi doomesque : « He Who Sleeps ». Ce titre est une des expérimentations du groupe. Ici, tout n'est que lenteur redoutable mené par un chant d'outre-tombe. Ce n’est toutefois pas comparable avec un titre comme « God Of Emptiness », le côté désespéré laisse place à une annihilation totale de toute esprit. La fin du morceau est apocalyptique, les cloches raisonnent, tel une fin proche et inexorable, sur un riff pachydermique tandis que Pete Sandoval bat la mesure de manière magistrale.

Mais rassurez-vous (j’en vois qui restent sceptiques), Trey Azagthoth ne met pas pour autant la brutalité et la rapidité de côté. « To The Victor, The Spoils » et « Opening Of The Gates » (avec son intro coup de poing très efficace) montrent que le groupe maîtrise toujours les tempos soutenus (fallait-il encore le démontrer ?) grâce à l'incroyable dextérité de Pete Sandoval et ce, malgré un son de batterie un peu trop synthétique à mon goût. Les morceaux sont entrecoupés d’impressionnants duels guitaristiques entre Erik Rutan et Trey Azagthoth comme on n’en avait pas vu depuis Altars Of Madness. Notons que Trey sait oublier la guitare pour se mettre au chant sur « Secured Limitations » comme il l’avait fait sur FFTTF avec un style très black métal bien mieux maîtrisé, qui rend à merveille avec la voix puissante de Steve Tucker. Le morceau s'achève dans un long solo caractéristique de Trey avec son unique touche cosmique, tel une longue descente aux enfers. Lugubre et morbide à souhait.

Autre fait qui mérite d’être souligné : le chant. Beaucoup l’on critiqué sur FFTTF alors qu’il était très approprié pour ce genre d’album chaotique et redoutable. David Vincent est certainement le plus grand chanteur que Morbid Angel ait jamais connu et ce pour beaucoup, mais Steve Tucker n'a rien à envier à son illustre prédécesseur. Bien que n'évoluant pas tout à fait dans le même registre, son chant a gagné en maturité, plus rauque et plus compréhensible que sur FFTTF, ce qui renforce la noirceur et la puissance (notez comme ce mot revient souvent) des compos. C'est d'ailleurs lui qui a pris la plume sur certains titres, nous livrant des textes intenses et forts, ce qui change de l'inspiration sumérienne souvent récurrente dans le groupe. Gateways To Annihilation n’est donc pas l’album provenant de l’imagination fertile de son leader Trey Azagthoth, mais bien une œuvre composée par le groupe lui-même.

Le reste des titres ne déroge pas à la règle, la rapidité n’est plus systématique, bien que toujours présente par moment. Morbid Angel joue avec les rythmes saccadés et lents comme sur « At One With Nothing » ou encore « I » avec son break excellent. Le temps de respirer (plus ou moins) sur l’inquiétant instrumental « Awakening » qui fait beaucoup penser à « Melting » présente sur Domination, et l’album s’achève avec « God Of Forsaken » (rien à voir avec une quelconque suite de l’immense « God Of Emptiness »), de facture classique mais au combien efficace.

Force est de reconnaître que Gateways To Annihilation est incontestablement l'album le plus sombre de la discographie des américains. On pouvait s’attendre à une nouvelle démonstration de brutalité mais le groupe prend intelligemment tout le monde à contre-pied. Avec cet album, Morbid Angel nous dévoile une nouvelle facette, celle d'un groupe qui n'est que plus destructeur et redoutable quand il ralentit le tempo. C’est un mélange savamment dosé de purs moments de brutalité, de lourdeur suffocante et d’obscurité d’une profondeur comparable à celle de Covenant bien que ce dernier soit beaucoup plus mystique et occulte. Gateways To Annihilation emmène le death métal dans des contrées lointaines et lugubres, bien loin des albums à la brutalité peu inspirée et insipide. Tout simplement du grand art.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
23/11/2016 21:40
note: 7.5/10
Découvert Morbid Angel avec la sortie de cet album. Le côté rouleau compresseur est assez jouissif lors d'une écoute des titres au coup par coup mais l'album complet d'une traite je m'ennui. Je lui préfère l'agressivité et le tranchant d'Heretic.
Ander citer
Ander
24/04/2006 16:49
note: 9/10
Pas d' accord, même si je suis moins emballé que Scum vis à vis de cet album, faut tout le lui reconnaître une certaines générosité à nous proposer de superbes soli que je qualifierais de cosmique. Une voix bien puissante, de très bons riffs, et une batteries très correct même si j' ai connu Pete Sandoval plus inspiré, achèverons de me persuader qiue GTA est un excellent album.

8 sur 10 après seulement une écoute. Gros sourire

Ha merde, j' allais oublier j' adore Secured Limitations, certainement la song qui m' a le plus marqué avec Summoning Redemption et la sublime I.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
22/10/2005 20:54
Un album que j'avais acheté au prix fort et dont je me suis débarassé sans aucun regret (c'est le seul qui m'ait fait ça). Pourtant le Death est mon style de predilection mais là rien à faire; je comprends vraiment pas l'engouement pour ce groupe.
Pour moi tout simplement chiant à mourir. Effectivement la lourdeur des riffs est bien là Clin d'oeil

Par mesure de courtoisie je ne noterai pas cette chose.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morbid Angel
Death metal
2000 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (36)  8.36/10
Webzines : (14)  8.09/10

plus d'infos sur
Morbid Angel
Morbid Angel
Death Metal - 1983 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Kawazu
02.   Summoning Redemption
03.   Ageless, Still I Am
04.   He Who Sleeps
05.   To The Victor the Spoils
06.   At One With Nothing
07.   Opening Of The Gates
08.   Secured Limitations
09.   Awakening
10.   I
11.   God Of The Forsaken

line up
voir aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Blessed Are The Sick

1991 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Altars Of Madness

1989 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Covenant

1993 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Kingdoms Disdained

2017 - Silver Lining Music
  

Essayez aussi
Nihilist
Nihilist
Nihilist (1987 - 1989) (Compil.)

2005 - Threeman Recordings
  
Dormant Ordeal
Dormant Ordeal
It Rains, It Pours

2013 - Autoproduction
  
Contaminated
Contaminated
Final Man

2017 - Blood Harvest Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Evisceration Plague

2009 - Metal Blade Records
  
Withdrawn
Withdrawn
The Strongest Will

2012 - Great Dane Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique