chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Solefald - Red For Fire – An Icelandic Odyssey Part I

Chronique

Solefald Red For Fire – An Icelandic Odyssey Part I
Pour ma part, Red for Fire appartient à la catégorie des albums que l’on achète à l’aveuglette, sans savoir à quoi l'on s’attend. Solefald ? Jusqu’à présent, ce n’était qu’un nom de plus dans la longue liste des groupes que je me devais d’écouter. Puis un beau jour, ayant miraculeusement un peu d’argent en poche, et tombant, de manière totalement coïncidentale (je ne me suis pas fait mal, et je néologise si je veux, ok ?) devant la pochette rouge dudit album, mon cerveau n’eut pas même le temps de tourner sept fois dans mon crâne que je sortais déjà du disquaire, ma nouvelle conquête entre les mains. Une fois rentré chez moi, c’est en tremblant que je la déshabillais de son doux cellophane, et que je me l’introduisais dans la fente… de ma chaîne HI-FI (on est technologized à fond chez Thrasho).

Pour tout vous dire, je ne saurai vous dire si je m’attendais à cela ou non. Je savais d’ors et déjà que Solefald était l’un de ces groupes affiliés au Black avant-gardiste, et qu’il faisait parti de ces groupes qui tirent la scène vers le haut. Lazare et Cornelius, les deux maîtres du projet, proposent une œuvre totalement imprégnée de l’esprit nordique des anciens guerriers d’Islande. Cet album sert d’illustration à l’histoire de Bragi à qui il arrive des choses pas très cool (une Reine qui le séduit, il cède, puis se fait accusé de viol par un vilain pas beau, le tout livré en plus avec des nains, des runes, des dieux, de la vengeance et de la choucroute). Outrepassons cette l’histoire à l’intérêt secondaire pour se préoccuper de la musique en elle-même.

L’approche du groupe se veut totalement expérimentale. L’exemple le plus flagrant est, je pense, Sun I Call, superbe morceau ouvrant l’album. Dès le départ, c’est la douce mélodie d’un saxophone qui nous accueille, et nous guide vers un chœur plutôt superbe, de part la diversité des voix utilisées (féminines, masculines, parlées, gutturales) et des instruments accompagnants (violons en renforts). On observe une montée en puissance, les guitares étoffant peu à peu l’atmosphère, les voix se multipliant, pour débouler sur un blast, suivi du passage qui amènera cette injonction à vos lèvres « ils l’ont fait ! » : du saxophone sur une partie métal. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! A la beauté de l’accalmie finale de Sun I Call s’oppose la brutalité de Survival of the Outlaw, très énergique, bordélique même, et flirtant avec le punk/thrash. Cependant, les mélopées du violon et du violoncelle nous rappellent rapidement à une atmosphère plus aérienne et doucereuse, doublée des superbes voix claires de Lazare et Cornelius, qui diffèrent autant qu’elles se complètent.

Le restant de l’album est taillé dans un bois du même acabit. Le groupe propose une véritable palette d’émotion, aussi bien lorsque l’on regarde sur la totalité de l’album, que morceau par morceau. Dans un morceau comme White Frost Queen, on traverse tout d’abord un bonheur naïf retransmis par des chants presque enfantins, pour se retrouver plongé dans une inquiétude certaine, débouchant à son apogée par un lyrisme mélancolique, puis pour ensuite aboutir sur un passage noble, aristocratique, vous donnant l’impression de vous retrouver devant une pièce de théâtre, ou à la cours d’un roi, où quelques tragédies semblent s’agencer fatalement. Les différentes voix sont savamment utilisées, écartant toute ombre d’ennuie sur le tableau, et par la même occasion, évitant tous passages prévisibles ; aux voix Black et grognées succèdent à d’autres aux accents vikings marqués, auxquelles s’enchaîne celle terriblement superbe d’une jeune demoiselle. On peut aussi rajouter à la multitude des voix la diversité des instruments utilisés : violons, violoncelles et claviers s’ajoutent aux guitares tantôt acoustiques qu’électriques pour magnifier l’expérimentation musicale dont nous sommes témoins.

Solefald ne nous offre pas seulement un Red for Fire d’une grande richesse musicale et émotionnelle, mais également un véritable voyage dans le nord, comme le souligne le sous-titre de l’album « An Icelandic Odyssey ». On est transporté d’un bout à l’autre de cette terre lointaine et glaciale : du bord du monde à la profondeur des terres intérieures, en passant par la dureté des monts glacés. On se laisse tour à tour bercer par les mélodies folkloriques dans lesquels le disque baigne, par les sonorités naturelles de la mer, ou tout simplement par le côté définitivement épique de l’album, matérialisé et magnifié par le splendide Crater of the Valkyries.

N’attendant donc rien de cet album, je me retrouve avec un superbe album sur les bras, qui rentrera dans le club très sélect de ceux dont on ne peut se passer, et qui mériterait au minimum une écoute par jour, si les jours n’étaient pas aussi courts. Et dire Solefald nous fait patienter avec la suite, An Icelandic Odyssey Part II, à propos de laquelle nous savons déjà que Garm fera son apparition… De quoi faire trépigner d’impatience les plus patients d’entre vous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

langoustator citer
langoustator
26/10/2005 0:07
note: 9.5/10
Non mais c'était pas une critique, ta kro est très bonne.
J'aime bien quand il y a une histoire, aussi banale soit-elle (et quand ça fighte c'est encore mieux) Clin d'oeil
Krow citer
Krow
25/10/2005 23:07
note: 9/10
Je n'ai pas dit que l'histoire était anecdotique, car je suis d'accord à propos de son importance sur la musique, juste que quand on la considère en tant que "trâme", bah il y a rien d'exceptionnel.
langoustator citer
langoustator
25/10/2005 14:30
note: 9.5/10
Magnifique
Plus direct que le précédent, une histoire sympa (et pas si anecdotique que ça puisque les styles des morceaux sont en rapport avec l'état d'esprit du narrateur), un artwork simple mais adapté, un joli instrumental qui renforce encore l'ambiance, des titres épiques.
Bref, une réussite presque totale, on attend la suite avec impatience.
Le sax amène son petit effet, même si In Harmonia Universali en comportait aussi, en plus grande quantité qui plus est. Mon passage favori est sans doute la grosse montée vers le choeur de "there is need", somptueux.
Pour l'anecdote, avant la piste 1, on peut entendre le bruit de la mer, qui symbolise l'arrivée en terre d'Islande.
Une interview intéressante sur ce site : www.trollmusic.net
Je mets pas 10 parce que par moments je trouve que la voix de Cornelius manque un peu de puissance, mais c'est vraiment chipoter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Solefald
Metal épique avant-gardiste
2005 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (13)  8.31/10
Webzines : (5)  8.33/10

plus d'infos sur
Solefald
Solefald
Metal épique avant-gardiste - 1995 - Norvège
  

tracklist
01.   Sun I Call
02.   Survival Of The Outlaw
03.   Where Birds Have Never Been
04.   Bragi
05.   White Frost Queen
06.   There Is Need
07.   Prayer Of A Son
08.   Crater Of The Valkyries
09.   Sea I Called
10.   Lokasenna

Durée totale : 54min24

line up
voir aussi
Solefald
Solefald
The Linear Scaffold

1997 - Avantgarde Music
  

Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique