chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bongzilla - Amerijuanican

Chronique

Bongzilla Amerijuanican
Décidemment, Bongzilla n’est vraiment pas un groupe abonné à la finesse, et c’est même tout le contraire. Si Apogee et Gateway ont permis au groupe de s’imposer comme une des références du sludge/stoner, Amerijuanican va à coup sûr poser définitivement le groupe dans les incontournables de la scène. Première chose qui saute aux yeux, la pochette : un titre qui-a-la-classe, un militaire défoncé, et un stars and stripes détourné (même si pour des raisons de censure évidentes, les feuilles de cannabis ont été replacées par des feuilles d’érable… enfin du cannabis il y en a au dos, ne vous inquiétez pas), le ton est donné, Bongzilla n’est pas là pour faire dans la dentelle. Toujours le même leitmotiv : produire une musique qui vous clouera à votre canapé, vous collera un joint dans la bouche, et vous mettra une grande paire de claques. Bongzilla aime l’herbe, mais encule les hippies, qu’on ne se méprenne pas.

On remarquera toutefois que certains aspects jusqu’alors inhérents à l’univers de Bongzilla ont disparus sur ce nouvel album, ainsi point de samples de discours sur la drogue, et plus de gros larsens sludgy dégeulasses. Dommage diront certains, pas trop grave pour ma part, car l’essentiel est toujours là. Le premier titre déboulle ainsi sournoisement, pataud et groovy, pour bien vous attraper… et ne plus vous lacher. Amerijuanican va vous faire taper du pied et vous faire mosher au ralenti pendant presque toute la durée du disque. A l’écoute du disque, on a l’impression de se bastonner avec quelques personnes imaginaires, tout en étant sous Valium… ou d’autre substances qui vous donneront l’impression que le temps a ralenti autour de vous. Des riffs stoner jouissifs, l’album est est plein. De voix criardes (à la limite de la rupture de cordes vocales) et de rythmes crades et lents sludge, il l’est aussi. Du monstrueux Cutdown au très rock n’ roll Weedy Woman, en passant par l’halluciné Stonesphere (qui porte très bien son nom d’ailleurs), il n’y a presque rien à jeter. La production, massive, contribuera à vous coller encore plus à votre siège, en vous laissant l’air hagard et béat.

Insérez le disque dans votre platine, branchez votre lava-lamp, allumez un joint (ou ouvrez quelques bières… ou ne prenez rien, comme vous voudrez, le fait d’être défoncé n’étant pas une condition impérative pour apprécier pleinement la musique), et prenez votre pied.
Si vous aimez les productions proprettes, les ambiances « regarde, je met des mélodies partout », les compos hyper-structurées, que vous n’aimez pas les gros riffs poilus et sales, ou encore que vous n’aimez pas mettre mollement des coups de pieds dans les murs en ayant l’air bête, vous n’aimerez peut-être pas ce disque.
Mais si l’œuvre des américains enfumés vous faire tâcher votre pantalon, si vous n’aimez pas vous laver trop souvent, si vous aimez la bière pas fraîche, si vous aimez conduire en ligne droite le coude à la fenêtre en vous grattant les couilles, alors il y a fort à parier que vous aimerez Amerijuanican.

Ce disque vous foutra un sourire niais en travers de la figure, vous donnera envie de descendre dans la rue donner des coups de pieds dans des hippies, vous fera bouger fortement la tête, et vous fera danser seul au milieu du salon de façon aléatoire et non-rapide.

Bongzilla n’est pas là pour de la barbe à papa, t’entend pute ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Carcinos citer
Carcinos
13/03/2009 15:51
Je rejoins Jyz ou Jzy ou je sai splus là.

Gateway est énorme à côté, je trouve les riffs meilleurs. Surtout le 666 Bongsession et son break au milieu. Un des Breaks que je préfère!

Celui là a quand même la qualité de labourrer le crâne avec un rouleau compresseur. Vraiment. Il se dégage de Stonesphere une espèce de sensation de manque si on a pas de joint à la bouche! Ca peut être très frustrant!
Yz citer
Yz
15/02/2008 12:42
L'album. Sourire
Ecoutes Gateway il rox!
Krow citer
Krow
15/02/2008 11:40
Yz a écrit : Bah c'est quand même le moins bon celui là, trouve-je.

Si tu parles de l'album : Amerijuanican est le seul que je connaisse.

Si tu parles de Stonesphere : va mourir.
Yz citer
Yz
15/02/2008 01:30
Bah c'est quand même le moins bon celui là, trouve-je.
Krow citer
Krow
15/02/2008 01:22
Je découvre un peu sur le tard, mais putain, le morceau Stonesphere me fout une gaule à faire réveiller un cimetierre de putes.
DR.Jkl citer
DR.Jkl
17/05/2006 23:51
note: 7.5/10
Bon album, bien poisseux et enfumé, bourré de riffs imparables pilonnant le cerveau comme c'est pas permis.Bête, sale et stone Sourire
citer
Ant'oïn (invité)
16/11/2005 12:45
Hahaha, le titre en écoute est plutot pas mal, la musique est bien présente et la voix trés décalé, c'est bizzare comme style je connaissais pas, je trouve ça plutot....bizzare lol, bonne découverte pour moi, c'est pas chiant a force ? Une chanson ça vas mais un album entier a digérer...
_Taranis_ citer
_Taranis_
12/11/2005 10:56
Il est bon, mais un peu moins que Gateway. Bon ça reste du stoner/sludge de très haute qualié, mais on retrouve moins le coté rock n'roll et catchy du précédent. Par contre, mention spécial à la pochette d'un particulièrement douteux.
Machine citer
Machine
11/11/2005 21:18
Le titre en écoute est franchement pas mal. Ca me fait beacoup pensé à du Iron Monkey. Affaire à suivre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bongzilla
Sludge / Stoner
2005 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  7.88/10
Webzines : (17)  6.92/10

plus d'infos sur
Bongzilla
Bongzilla
Sludge / Stoner - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Amerijuanican
02.   Kash Under Glass
03.   Tri-Pack
04.   Master
05.   Cutdown
06.   Weedy Woman
07.   Stonesphere
08.   Champagne & Reefer

Essayez aussi
Oruga
Oruga
Oruga (EP)

2011 - Autoproduction
  
Drawers
Drawers
All Is One

2011 - Slow Burn Records
  
Witchden
Witchden
Consulting The Bones

2012 - Zero Budget Records
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  

Ghost Bath
Starmourner
Lire la chronique
Terrifier
Weapons Of Thrash Destruction
Lire la chronique
The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique
Conan + Downfall of Gaia
Lire le live report
Bloodhammer
Kuusi hymniä syvyyksistä
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Rot Prophet
Lire la chronique
Razend
White Goat 2
Lire la chronique
Keiser
The Succubus
Lire la chronique
While She Sleeps
You Are We
Lire la chronique
Martröð
Transmutation Of Wounds (EP)
Lire la chronique
Memoriam
For The Fallen
Lire la chronique
Artificial Brain
Infrared Horizon
Lire la chronique
Hierophant
Mass Grave
Lire la chronique
Gorephilia
Severed Monolith
Lire la chronique
Novembers Doom
Hamartia
Lire la chronique