chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Domestic Waste - Demo

Chronique

Domestic Waste Demo (Démo)
Domestic Waste est un jeune groupe polonais de death métal formé en 2003. Jusque là, rien d'étonnant. Sauf que Domestic Waste n'a pas grand chose à voir avec les autres bûcherons de son pays. La preuve avec sa toute première démo, simplement intitulée Demo.

Si leurs compatriotes s'inspirent grandement du brutal death US avec sa dose réglementaire de blast-beats et de riffs maléfiques ultra rapides, les membres de Domestic Waste jouent eux la carte du mid-tempo plus ou moins véloce, se rapprochant ainsi d'un death old-school. Quelques blasts (pas très convaincants d'ailleurs) et autres accélérations thrash surgissent par ci par là mais globalement, Domestic Waste n'aime pas trop se précipiter. Si les compos sont bien construites et plutôt accrocheuses, deux gros points noirs viennent gâcher l'écoute. La première saute aux oreilles: la production. Le groupe n'a sûrement pas eu de gros moyens pour enregistrer sa démo et ça s'entend. La prod' est aussi faible que le QI d'un supporter de l'OM, annihilant tout effort de brutalité et d'impact sur l'auditeur en rendant les guitares et la batterie aussi puissantes qu'un uppercut de myopathe (et oui c'était le téléthon ce week-end!). Les guitares ont aussi la malchance d'être couvertes par les vocaux, alternés entre growls death banals mais efficaces et voix black criarde assez irritante. Heureusement, Domestic Waste a eu la bonne idée de mettre au moins un instrument en valeur, la basse. L'utilisation astucieuse de celle-ci sur de nombreux breaks se révèle l'aspect le plus intéressant de cette démo. Bien mise en avant dans le mix, la quatre-cordes se retrouve même parfois seule au front, ce qui donne un côté groovy bienvenue à la musique du combo de l'Est ("World Of Disharmony" où un sympathique solo vient se greffer au break, "Temptations" et surtout "Errare Humanum Est").

La 2ème chose qui me gêne concerne le manque d'originalité et de personnalité. J'ai souvent eu l'impression d'avoir déjà entendu tel ou tel plan quelque part. Le riff d'intro de "Temptations" par exemple, est clairement pompé sur celui de "No Name Above The Names" de Zyklon. Vous me direz, vaut mieux plagier Zyklon qu'un groupe de merde (j'ai pas voulu être plus précis pour éviter de mettre en rogne les fans de SOAD :p) mais quand même! On dira pour les excuser que le groupe est jeune et inexpérimenté et qu'il faut bien s'appuyer sur des influences pour commencer. La seule volonté de se démarquer un peu réside dans des breaks posés relativement inventifs (le break presque jazzy de "Errare Humanum Est", les arpèges sombres et le solo mélancolique très réussi de "Son Of Paranoy"). J'ajouterai par ailleurs un bonus pour ce qui m'a paru être, au vu du nom du groupe, des titres des morceaux et de l'artwork, un engagement sur les questions écologiques et l'impact nuisible de l'homme sur son environnement. Mais ça en fait je n'en suis pas sûr car je n'ai ni compris ni trouvé les paroles!

Au final, cette démo de Domestic Waste reste tout à fait écoutable malgré ces problèmes de son et des influences trop présentes. On aimerait que le groupe polonais ajoute davantage sa propre touche la prochaine fois, comme il a réussi à le faire de temps en temps sur quelques breaks. S'agissant ne l'oublions pas d'un premier enregistrement, je leur souhaite bonne chance pour l'avenir car ce groupe a du potentiel, j'en suis persuadé!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
04/12/2005 18:34
Cette démo est entièrement téléchargeable sur le site du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Domestic Waste
Death Métal
2005 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Domestic Waste
Domestic Waste
Death Métal - Pologne
  

tracklist
01.   Create The World
02.   World Of Disharmony
03.   Anal Stench Of Ojciec Dyrektor
04.   Temptations
05.   Errare Humanum Est
06.   Son Of Paranoy

Durée totale: 31'37

Essayez aussi
Behemoth
Behemoth
Zos Kia Cultus

2002 - Avantgarde Music
  
Unleashed
Unleashed
Across The Open Sea

1993 - Century Media
  
Trauma
Trauma
Imperfect Like a God

2004 - Empire Records
  
Agon
Agon
Violence Procreation

2008 - Autoproduction
  
Trenchrot
Trenchrot
Necronomic Warfare

2014 - Unspeakable Axe Records
  

Naðra
Allir Vegir Til Glötunar
Lire la chronique
Krallice
Hyperion (EP)
Lire la chronique
Perdition Temple
The Tempter's Victorious
Lire la chronique
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Desert Dances And Serpent S...
Lire la chronique
Spéciale St Valentin
Jouer au blindtest
Nadiwrath
Circle of Pest
Lire la chronique
Darvaza
The Downward Descent (EP)
Lire la chronique
Cruciamentum
Charnel Passages
Lire la chronique
Terra Deep
Part of This World, Part of...
Lire la chronique
Twitching Tongues
Disharmony
Lire la chronique
Various Artists
Tliltic Tlapoyauak (Compil.)
Lire la chronique
Mörk Gryning
Tusen År Har Gått
Lire la chronique
Benighted + The Black Dahlia Murder
Lire le live report
Ugly Kid Joe
Uglier Than They Used Ta Be
Lire la chronique
Volahn
Aq'Ab'Al
Lire la chronique
Love Sex Machine
Asexual Anger
Lire la chronique
Aegrus
Devotion for the Devil
Lire la chronique
Tukaaria / Odz Manouk
Tukaaria / Odz Manouk (Spli...
Lire la chronique
The Wailing Dead Tour
Grave Pleasures + Tribulati...
Lire le live report
Liers In Wait
Spiritually Uncontrolled Ar...
Lire la chronique
Hate Eternal
Infernus
Lire la chronique
Mephorash
1557 - Rites Of Nullification
Lire la chronique
Fistula
Idiopathic
Lire la chronique
Vacivus
Rite Of Ascension (EP)
Lire la chronique
Nordjevel
Nordjevel
Lire la chronique
Agoraphobic Nosebleed
Arc (EP)
Lire la chronique
La photo mystère du 23 Janvier 2016
Jouer à la Photo mystère
Diabolical Principles
The Final Step Before the Dawn
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Kronet til Konge (Rééd.)
Lire la chronique
Archgoat
The Light-Devouring Darkness
Lire la chronique