chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

My Dying Bride - Turn Loose The Swans

Chronique

My Dying Bride Turn Loose The Swans
Douze ans. Douze petites années se sont écoulées entre le statut d’incontournable de la scène british doom que My Dying Bride s’est fait et cet album culte pour toute une génération de doomeux(ses). Car si la bande à Aaron mène clairement la barque du genre en étant fidèle à son postulat de départ, ce n’est pas pour rien : il y a forcément un secret, une petit quelque chose, un talent, une sincérité indéniable. Car c’est là, en 1993, que tout à vraiment commencé…

C’est débarrassé des forts relents death old-school de son premier bébé (As The Flower Withers, en 1992) que My Dying Bride pont son véritable premier chef-d’œuvre de doom, premier d’une longue et glorieuse série de recueils. A noter qu’à l’époque, le groupe débutait et n’avait pas la notoriété qu’il a aujourd’hui. Qu’on les blâme ou qu’on les admire, il est indéniable que le doom/ death et le doom extrême ne seraient pas grand-chose sans ses deux albums que sont As The Flower Withers et Turn Loose The Swans. Si le premier cité tendait vers le death et du coup, explorait les tréfonds de la noirceur, Turn Loose The Swans se veut beaucoup plus spirituel et fait plus mal à l’âme qu’aux oreilles.

Tout, absolument tout en cet album le distingue et le place sur un piédestal. Doté désormais d’une (très) bonne production, le son est bas et puissant (c’est pas du doom pour rien) et en contrepartie, sais s’aéré lors des passages plus éthérés. Des mélodies travaillé, de très beaux textes, des riffs originaux (imposant définitivement la patte MDB), des passages tour à tour lents et beaux, d’autres plus puissants en fond ressortir une atmosphère vraiment très personnelles, unique et que seul se disque possède. Pas d’accélérations death ici, on est avec Turn Loose dans un doom death maîtrisé.

Point phare de la première période de My Dying Bride, avec son line up légendaire et un violoniste attitré (Martin, qui partira pour Cradle en 1998)Turn Loose The Swans est cependant assez dur à capter ; il faudra certes de nombreuses écoutes attentives pour se laisser emporter par la musique et en capter toute les subtilités. Pour en revenir au violon, c’est justement lui qui donne à la musique toute sa beauté, toute sa grâce et sa majesté. Comme en atteste sa pochette, bien qu’assez moche, mais qui évoque légitimement un parvis d’église (enfin…je trouve !)

Et surtout comme en atteste son premier titre, Sear Me, deuxième du nom. Longue introduction à l’album (un peu plus de 7 minutes), entièrement joué au piano, violon et claviers, Sear Me II reprend le thème de son grand frère de 1992 en brodant autour de biens belles mélodie. Des mélodies gracieuses, reflétant une majesté de toute première beauté, sur lesquelles Aaron posera sa voix, chantera, parlera. Bon, la métaphore est foireuse, mais si l’on devait « matérialiser » se morceau, se serait par un enchevêtrement de marbre et de cristal : un air majestueux, mais d’une fragilité évidente. Fragile, comme l’évoque la sonorité du piano, puissante, comme l’évoquent les sons de cuivres de la seconde partie.

Suis cette bien belle première pièce, le cultissime Your River ; des grattes en son clair cristallines, une ambiance de journée pluvieuse qui s’installe, un riff puissant, puis la grâce et la sensibilité du violon qui se pose elle aussi. Un autre riff surpuissant vers 02’40 nous crache ses harmoniques flippants (pêché mignon du groupe, surtout sur cet album) morceau très représentatif du style MDB. Le morceau devient plus planant dans son riff centrale, le chant d’Aaron d’une tristesse insondable faisant son apparition. Petite reprise du riff 100 % pur doom avec toujours ses harmoniques, mais en plus les beuglement d’Aaron, qui définitivement vous transcenderons l’âme en deux.

Autre gros noyau du disque, The Crown Of Sympathy ; toujours en fesant le parallèle entre le doom atmosphérique chanté et le gros doom death puissant et beuglé ; gros riff heavy vers 01’20, les guitare posent des mélodies inquiétante, des claviers font leur apparitions, et font monter le morceaux en puissance vers un de mes passage préféré de l’album : 05’15, MDB fait grimper la noirceur à son paroxysme en intégrant un passage funeral en milieu et apogée du morceau. Un coup de batterie toutes les 3 secondes, les murmures d’agonie d’Aaron et pour couronner le tout, des sons de cloche d’église… qui à dis que MDB faisait du doom de gayz ? :) …

Je pourrais m’épancher des heures sur ce chef-d’œuvre, déjà en précisant que le morceaux ne descendent pas en dessous de 7 minutes, à part pour le très beau et très triste final Black God, où Aaron chantera en compagnie d’une femme. Le tout joué comme Sear Me II au piano et au violon, mais dans une ambiance beaucoup plus dépressive, presque romantique. Mais bon, certains ont du abandonner leur lecture depuis longtemps, mais parler de Turn Loose The Swans n’est pas une chose aisée. J’aurai très bien pu ne mettre que des points de suspension, tellement de chose passent par cet album que les décrire ne servirait à rien. On s’imagine errer dans le parc d’un château de la Renaissance, avec sa bien-aimée (ou sans  ), observer la ruine d’un château fort, ou encore fixer un paysage verdoyant à travers la fenêtre lors d’un jour de pluie. Bien des choses peuvent venir en tête, il faut juste laisser sa chance 0 Turn Loose de s’installer

Un des meilleurs album de My Dying Bride, et de doom, ni plus ni moins…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

ChuckSchuldiner citer
ChuckSchuldiner
11/12/2017 19:48
note: 10/10
Une petite correction de la chro pour rendre hommage à l'album ? Sourire
slug citer
slug
15/04/2009 01:30
note: 9.5/10
La perfection, n'existant pas, seulement un 9.5/10, pour un album qui la touche pourtant de très près.
DarkLord citer
DarkLord
09/02/2006 20:03
note: 9.5/10
Le deuxième chef d'oeuvre du groupe, juste après The Angle and The dark river. Une chronique sublime pour album qui le mérite. Merci.
Christliar citer
Christliar
11/12/2005 22:57
note: 9.5/10
Merci Kleim et Ikea !

Sinon, pour The Angel And The ark River, je me sens pas trop chaud pour la faire. Donc avis aux amateurs... *parti plancher sur The Light At The End Of The World*
Ikea citer
Ikea
11/12/2005 21:51
note: 8.5/10
oui bravo!

sinon à quand la kro du très beau (et gay Moqueur ) "the angel and the dark river"?

je n'ai pas encore poser l'oreille sur celui là mais j'y penserais,ta kro donne envie Clin d'oeil
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
11/12/2005 12:49
Très belle chronique...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
My Dying Bride
British doom death
1993 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (16)  8.66/10
Webzines : (16)  9.1/10

plus d'infos sur
My Dying Bride
My Dying Bride
Doom / Death Metal - 1990 - Royaume-Uni
  

vidéos
The Songless Bird
The Songless Bird
My Dying Bride

Extrait de "Turn Loose The Swans"
  

tracklist
01.   Sear Me MCMXCIII
02.   Your River
03.   The Songless Bird
04.   The Snow In My Hand
05.   The Crown Of Sympathy
06.   Turn Loose The Swans
07.   Black God

line up
voir aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
Like Gods Of The Sun

1996 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Light At The End Of The World

1999 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Dreadful Hours

2001 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
An Ode To Woe (Live)

2008 - Peaceville Records
  

Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique