chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Delirious - Made For The Violent Age

Chronique

Delirious Made For The Violent Age
Regardez cette photo du groupe là… Si je vous dit « Thrash Metal » (oubliez pas, on est chez Armageddon Music !)..que vos synapses se connectent… vous visualisez la photo…ça vous fait pas penser à un autre groupe bien connu du même genre ? Avec un gros balèze au micro ?

Non ?...

Bon… faisons un rébus :

1° Mon premier est le synonyme d’un contrôle à l’école. On dit aussi un *bip* de grossesse, ou d’alcoolémie (n’oublions pas qu’on est sur un webzine métal, le *bip* d’alcoolémie est sans doute plus courant que le *bip* de grossesse).

2° Mon second est le nom de famille de la plus vieille femme de France (‘fin maintenant elle est plus morte que vieille à vraie dire), sans le « C » et le « L » (je vous aide bien là… puis oui j’admet que ça manque d’inspiration tout ça).

Vous y êtes ? Oui ?

Quoi ?


SLAYER ?





Oui, c’est bien Testament dont on parle ici, avec le célèbre Chuck Billy au micro. Et ben je sais pas vous, mais l’association du style et de la photo en question m’a immédiatement fait penser à ce groupe, et visiblement la ressemblance n’est pas fortuite.. Ici le gros balèze s’appelle Markus « Betty » Bednarek mais dans un souci de faire genre « je me moque d’un mec qui pourrait me plier en deux avec une main mais qui saura jamais tout ça (vous caftez pas, promis ?) »… nous l’appellerons désormais Betty la Pucelle.

Ainsi donc, Betty la Pucelle a un registre vocal aussi large que son tour de taille, un autre point commun évident avec msieur Billy. Les premiers titres de « Made for the Violent Age » nous prouvent qu’aussi dans le classique chant thrash que dans un registre plus rauque et proche du Death le bonhomme (je parle bien de Betty la Pucelle, très joli(e) dans sa petite tenue rose moulante d’ailleurs) s’en sort plutôt pas mal. Et au fil des titres, son registre s’élargit encore avec une surprenante ballade « My Friends », où Betty nous montre qu’en tant que Pucelle thrasheuse elle déborde aussi d’émotions contenues qui ne tenaient qu’à pouvoir s’exprimer…

Ballade ? oui vous avez bien lus, Delirious ayant eu la sympathique idée d’élargir ses titres autrement plus loin que le simple Thrash en binaire ultra classique… Ce qui au final les rapproche d’autant plus de Testament, un mal pour un bien dirons nous…
Mais si cette comparaison saute aux yeux (puis aux oreilles), je reconnais que Deliricous a de façon surprenante aligné ici un album très agréable, loin des standards habituels du label auquel il appartient (Spellbound, bouuuh…). Aussi bien dans le thrash burné des premiers titres que dans la beauté de titres plus mélodiques comme « Down on Myself », le groupe sait se renouveler par l’inclusion de passages acoustiques très intéressants, voire même d’un break aux instruments classiques sur « Blod Begins to Freeze ». Ainsi toute la fin de l’album se calme de plus en plus, avec notamment un instrumental acoustique de toute beauté « The Sky Turns Red ». Et histoire de rester dans les vieux pots, le groupe reprend comme Slayer en son temps le « In A Gadda da Vida » d’Iron Butterfly, le titre dont personne ne connaît l’original mais qu’on aime tous quand même !

Bref, Delirious n’est dans l’absolu qu’un groupe de plus, mais je les aime quand même très fort (oui, même toi Betty), car malgré le coté « cover band de Testament », ils savent écrire de très bons titres qui font plaisir. Une réelle bonne surprise de la part d’Armageddon Music, comme quoi faut jamais totalement désespérer…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Delirious
Thrash Metal
2006 - Armageddon Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (12)  7.17/10

plus d'infos sur
Delirious
Delirious
Thrash Metal - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   MFTVA
02.   Triple Six
03.   I am the enemy
04.   Call me god
05.   Sleep in peace
06.   Idiot nation
07.   Blood begins to freeze
08.   Hate trader
09.   My Friend
10.   Down on myself
11.   The sky turns red
12.   Ragers Elite
13.   In a gadda da vida

Essayez aussi
Essence
Essence
Lost In Violence

2011 - Ultimhate Records
  
Exumer
Exumer
Fire & Damnation

2012 - Metal Blade
  
Tankard
Tankard
The Morning After

1988 - Noise Records
  
Testament
Testament
The New Order

1988 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Blood Feast
Blood Feast
Kill For Pleasure

1987 - New Renaissance Records
  

Wolfkrieg
Another Battle
Lire la chronique
Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview