chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
20 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sepultura - Dante XXI

Chronique

Sepultura Dante XXI
Mettons les choses au clair dès le départ: je ne fais pas partie des 80% de fans de Sepultura (sondage IFOP de mai 2001) qui n'ont plus voulu entendre parler du groupe après le départ de Max Cavalera et l'arrivée de l'afro-américain Derrick Greene. A vrai dire même, j'aime bien l'après-Cavalera, notamment Against (1998) et Roorback (2003), un peu moins Nation (2000). Si Greene n'égalera jamais les performances de Max malgré un registre vocal beaucoup moins limité, il reste un frontman talentueux et charismatique, sa prestation de 2003 au Plan de Ris-Orangis (91) est là pour me le rappeler. Je comprends toutefois que son chant, plus typé hardcore, puisse rebuter, mais moi je m'y suis fait. Et puis vu l'orientation plus HxC/thrash prise sur Roorback, on ne peut plus dire que sa voix ne colle pas à Sepultura. Mais bon, le pauvre bougre a pris la place de Max Cavalera, alors tout le monde lui en veut, même s'il a passé aujourd'hui pratiquement autant de temps dans le groupe que son prédécesseur!

Enfin bref, les Brésiliens s'en branlent et continuent leur petit bonhomme de chemin avec leur 10ème album studio, le dénommé Dante XXI. Pour fêter ça, c'est même un concept-album que le combo nous a concocté. Un concept autour de la Divine Comédie de Dante Alighieri, poète florentin du XIIIème et XIVème siècle, remis au goût du jour. Ce concept, divisé en 3 chapitres (l'Enfer, le Purgatoire et le Paradis) se retrouve dans les paroles et dans l'artwork dessiné par un artiste de rue brésilien (artwork que je suis semble-t-il le seul à apprécier pour le changement et le rafraîchissement qu'il procure!).

Il est censé aussi se retrouver dans la musique mais là, j'ai bien plus de mal à rentrer dedans. Pourquoi? Et bien pour un concept-album, 15 morceaux sur 39 minutes, avec des titres qui luttent pour atteindre les 3 minutes, ça fait juste. On s'attendrait à trouver des morceaux beaucoup plus longs, avec des touches épiques pour nous plonger dans l'histoire. On retrouve certes quelques orchestrations aux instruments exotiques pour du métal (violoncelle, cor, sitar, violon, percus tribales...), notamment avec 3-4 interludes mais celles-ci souffrent également d'une trop courte durée (40 secondes maximum, mis à part pour le très bon final "Still Flame").

C'est une 1ère déception. La 2ème concerne la production, qui manque de relief pour un groupe de cette envergure. Rien qui ne gâche l'écoute mais j'aurai aimé retrouver le son nerveux et puissant de Roorback qui cadrait bien avec la musique. D'autant que musicalement, Dante XXI se veut le prolongement du dernier album, en moins hardcore. Si les structures et les rythmes s'avèrent assez variés, les morceaux se rejoignent par leur dynamisme expéditif et le côté thrash très présent ("Dark Wood Terror", "Convincted In Life", "City Of Dis", "Crown And Mitter"), avec toutefois pas mal de groove ("False", "Ostia", "Buried Words") où la basse de Paulo sait aussi se faire entendre. On a également la bonne surprise de retrouver, comme évoqué plus haut, des orchestrations, tantôt mélodiques tantôt menaçantes, à travers des interludes ou dans les morceaux même (le break au violoncelle de "Ostia" est magnifique!). Certains riffs ont presque quelque chose de mélancolique sur "Fighting On" et "Nuclear Seven", ce qui rajoute de l'intérêt à des morceaux parfois un peu trop marqués par l'urgence et le minimalisme.

Je m'explique: en plus d'une faible durée, on ne peut pas dire que les riffs soient particulièrement inventifs et incroyablement variés, même si on ne peut leur enlever leur efficacité. Et l'album ne compte pas plus de 4 soli. En gros, Andreas Kisser ne s'est pas trop foulé! C'est un peu la même chose pour Igor Cavalera: si il tient parfaitement la rythmique, il n'en rajoute pas, quitte à faire le minimum syndical! Quant à Derrick Greene, la cible préférée des critiques, je le trouve par contre toujours aussi en forme, agressif, rageur et puissant avec son timbre particulier.

Il est clair que si vous n'avez jamais accroché au chant de Derrick ou que l'écoute de Roorback vous a filé la chiasse et la syphilis, ce n'est même pas la peine de jeter une oreille sur Dante XXI. Moi qui n'ai pas eu ce problème, je trouve ce nouvel album bon (voire très bon sur les passages les plus inspirés), bien que légèrement en dessous de Roorback. Pour résumer tout ça en une phrase: cet album ne fera pas revenir les fans de la 1ère époque mais ne fera pas non plus fuir ceux qui ont persévéré!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Balze
01/11/2013 20:21
Pourquoi les fans du Sepultura moderne écrivent-ils tous comme des branques ?
TrustKill citer
TrustKill
18/08/2008 13:56
note: 7/10
J adore sepultuta depuis longtemp et le changement de vocaliste ne m a jamais dérangé.Alors c sur que le groupe a changé un peu niveau composition mais cela reste sepultura avec son lot de riff thrash,groovy et morceau ethnique.Dante est pas mal du tout
Eyeless citer
Eyeless
11/04/2006 15:30
Moi je le trouve trés bon (mais je suis pro-Derrick greene lol) c'est sur c'est pas la porduction du siecle, ni les riffs du milenaire, mais au moins y'a une demarche derriere tout ça.
l'artowork j'aime bcp (chui le seul là nan?) , surtt l'interieur vraiment bien fait.

vu le 1er avril a anvers, rien a dire derrick est un putain de frontman...

aprés c'est pas max cavalera.....mais je prefere un gpe qui essaie d'evoluer ac des concept, ac plus ou moins de reussite , plutot qu'un gpe qui revient 10 ans en arriere comme par enchantement (suivait mon regard-------soufly....meme si javoue y'a des putain de chanson lol)
citer
vince (invité)
11/04/2006 13:51
ultra moyen, prod indigne d'un groupe avec autant d'expérience et surtout a cette époque, un chant qui s'essoufle .... un autre groupe que Sepultura sort Dante XXI je crie a l'album qui tue, mais Sepu c'est Sepu et la ca fait tache, comme les albums d'avant ... fallait changer de nom les gars ...
Tim citer
Tim
10/04/2006 8:37
Je l'ai réecouté hier, j'ai vraiment trops du mal à rentrer dedans...Compos fragile, lyrics pas extraordinnaire et prod presque équivalente à St anger....

Franchement pas la réussite de l'année...
deathride citer
deathride
09/04/2006 11:33
Perso l'album est un véritable échec. Derrick commence de moin et moin à venir l'élément idéal pour Sepultura avec un chant qui devient chiant et fatiguant ne collant pas à la zic de Sepul.
Andréas est un bon gratteux que j'aime mais il doit bouché des oreilles pour ne pas entendre se chant désastreux qui ne va pas avec du made in sepultura.
Donc Dante XXI est une bouse musicale un album décevant qui coule le groupe alors que celui-ci fut grandiose à l'époque de Max
citer
Jared (invité)
09/04/2006 9:42
Si Roorback trouvait grâce à mes yeux, ce n'est pas le cas de cet album qui cumule des tares inacceptables : artwork immonde certes, mais la musique ! que des moitiés de morceaux comme sur Nation, des riffs pauvrissimes en plus desservis par une prod rachitique. A côté de cette arnaque, le dernier Soulfly fait office de chef d'oeuvre, sans parler du Krisiun !

A ranger au rayon des albums de la honte avec Load, Supercharger et Chameleon d'Helloween.
citer
encor ouam (invité)
08/04/2006 21:05
vis à vis du concept de *L'ALBUM* (et pas du concept de l'album), desolé pour la faute d'étourderie Sourire
citer
cannib' JC (invité)
08/04/2006 21:05
Mmmmh... raffraîchissant cet artwork de dante XXI ?? je veux bien être tolérant mais là non !

1. Cette pochette n'exprime rien de concret vis à vis du concept de l'enfer (la divine comédie de dante, etc... etc...), elle aurait du être un peu plus explicite vis à vis de celui-ci, je dirais même qu'on pouvait exploiter quelque chose de sympa, mais là non, faut pas pousser mamie dans la fosse à crocrodile !

2. bah et donc... je la trouve horribilissime :gerbe:

Sinon, je comprend pas les fans du Sepult' d'avant arrivant à se faire à la tonalité du chant de Derrick, moi je peux pas, elle ne va pas avec le groupe (ils auraient du changer de nom peut être, je n'en sais rien...) . Enfin bon, y'aura tjs des gens pour apprécier leur musique, alors je finirai par un : SOIT... lol
toukene citer
toukene
08/04/2006 19:48
bah je pense que tu as tout dit Keyser 100% d'accord....aussi simple que ca (sauf que l'artwork me plait aussi tu vois t'es pas le seul !)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sepultura
Thrash
2006 - SPV
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (7)  6.36/10
Webzines : (29)  7.31/10

plus d'infos sur
Sepultura
Sepultura
Thrashcore - Brésil
  

vidéos
Ostia
Ostia
Sepultura

Extrait de "Dante XXI"
  

tracklist
01.   Lost (intro)
02.   Dark Wood Error
03.   Convicted In Life
04.   City Of Dis
05.   False
06.   Fighting On
07.   Limbo (intro)
08.   Ostia
09.   Buried Words
10.   Nuclear Seven
11.   Repeating The Horror
12.   Eunoé (intro)
13.   Crown And Miter
14.   Primium Mobile (intro)
15.   Still Flames

Durée totale: 39'03

line up
voir aussi
Sepultura
Sepultura
Arise

1991 - Roadrunner Records
  
Sepultura
Sepultura
Kairos

2011 - Nuclear Blast
  
Sepultura
Sepultura
Under A Pale Grey Sky (Live)

2002 - Roadrunner Records
  
Sepultura
Sepultura
Roorback

2003 - SPV
  
Sepultura
Sepultura
Schizophrenia

1987 - Cogumelo Records
  

Essayez aussi
Legion Of The Damned
Legion Of The Damned
Malevolent Rapture

2006 - Massacre Records
  
Slayer
Slayer
Decade of Aggression (Live)

1991 - American Recordings
  
Zoldier Noiz
Zoldier Noiz
Regression Process

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
As Time Sharpens The Sentence (EP)

2015 - Unspeakable Axe Records
  
Metallica
Metallica
...And Justice For All

1988 - Elektra
  

Charlotte the Harlot
Agamogir (EP)
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz
Lire la chronique
Taphos
Demo MMXVI (Démo)
Lire la chronique
Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
Code Orange
Forever
Lire la chronique
Brutality
Sea Of Ignorance
Lire la chronique
Insomnium
Winter's Gate
Lire la chronique
Candelabrum
The Gathering (Compil.)
Lire la chronique