chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dismember - Like An Ever Flowing Stream

Chronique

Dismember Like An Ever Flowing Stream
Certains d’entre vous doivent connaître Like An Ever Flowing Stream de nom (à l’instar d’un Left Hand Path), d’autres (plus âgés) ont connu la déferlante médiatique de 1991 autour de Dismember (confirmée deux ans plus tard avec " (Death Metal) de Dismember">Indecent & Obscene) ou ont écouté l’album beaucoup plus tard (la faute à un nombre de groupes incalculable influencés par cet album d’où ses nombreux référencements). Quoiqu’il en soit, il est impossible de renier le fait que cet album soit tout simplement l’un des meilleurs disques de death metal de tous les temps (rien que çà !). Avant d’attaquer ce monument (oui je suis un peu maso sur les bords…), un peu d’histoire si vous le voulez bien.

Formé à Stockholm en 1988 par David Blomqvist (guitare), Robert Sennebäck (chant/basse) et Fred Estby (batterie), Dismember sort deux démos puis se sépare brutalement… David (qui aura fait un petit tour dans Entombed) et Fred rejoignent le groupe Carnage (avec Michael Amott), Robert lui, intègrent Unleashed mais tout cela pour un très court instant. En effet Carnage ne sera plus et annoncera la reformation de Dismember avec au chant un ex-Carnage, un dénommé Matti Kärki ainsi que le come-back de Robert Sennebäck (mais cette fois-ci à la place de guitariste). Pour la basse c’est un certain Richard Cabeza (ex-Carbonized) qui s’y colle. Le groupe enfin soudé (pour 7 ans), enregistrera une troisième démo et signera rapidement avec Nuclear Blast pour sortir un pilier du death metal.

Mais pourquoi à un tel engouement autour de ce cd de papis me direz-vous ? Imaginez vous en 1991, un groupe suédois débarque de nulle part, un an après leurs frères d’ Entombed (d’autres demi-dieux) et nous balance un death metal totalement nouveau et extrêmement violent (pour l’époque). Cette nouvelle vague de death metal lancée par Entombed et Dismember se veut tellement immense qu’elle deviendra la seule raison d’être des groupes de death scandinave (et autre part) du début des années 90 à aujourd’hui (et encore pour pas mal d’années). Le truc c’est que contrairement à d’autres vieilleries metal qui ont pris pas mal la poussière, ce Like An Ever Flowing Stream (véritable usine à tueries cultes) n’a pas pris une seule ride et çà malgré ses 15 ans !
Trèves de bavardages, attaquons nous à cet album ! Préparez la binouze bien fraîche et videz vous la tête : du metal 100% défoulatoir ! « Override Of The Overture », premier titre et comment dire….Premier orgasme : de la pluie, des cris de tourmentes à la manière d’un « Left Hand Path », six coups de tonnerres et bam c’est parti pour tout simplement l’un des meilleurs riffs metal de l’univers (vous savez comme « Raining Blood ») ! La meilleure signature de Dismember : rythmique pachydermique, guitares ultra saturées (Sunlight Studio quand tu nous tiens), poignées de riffs massifs, quelques mélodies discrètes et bien placées ainsi qu’un chant éraillé de possédé désormais culte.

Pas de réels temps morts sur ce premier album de Dismember, çà joue très vite et de façon très énervée (influences punk marquées) ! La preuve en sons avec un enchaînement des trois premiers titres à Mach 6 : « Soon To Be Dead » ou 1 minute 54 totalement dévastatrice ; « Bleed For Me » ou le titre au break des plus redoutables (mon dieu quel batteur ce Fred !) Nos oreilles penseront refroidir avec le titre « And So Is Life » (un autre hymne au headbang) mais elles auront complètement torts, le groupe prenant un malin plaisir à jongler entre tempos modérés et accélérations fatales pour l’auditeur (à noter ce riff lors du break, très black/death suédois). A peine remis de nos émotions qu’arrive « le » titre de Dismember, j’ai nommé « Dismembered ». A l’instar du titre d’ouverture, des riffs cultes (quel solo de Nicke Andersson d’Entombed !) dans une intro berçante et absolument magnifique ! Seulement après 2 minutes totalement enchanteresses, place au passage le plus rentre dedans de l’album : une cloche retentie, Matti hurle du fond de ses entrailles suivi d’un batteur et de guitaristes totalement déchaînés jouant à une vitesse surhumaine ! Le final se veut quant à lui tout aussi orgasmique avec des riffs jouissifs et un solo fabuleux ! Bref un titre à vénérer !
S’en suit le titre (un classique pour les fans) « Skin Her Alive », clairement le plus « bourrin » de Like An Ever Flowing Stream qui annoncera le prochain album. La brutalité n’est pas seulement dégagée par ces nuées extrêmes de riffs ainsi que ces martèlements de fûts de dégénérés, elle se dégage également de paroles très « crues » dira-t-on, qui leur vaudra un petit passage au tribunal (pour la petite anecdote le juge n’a pas réussi à comprendre un seul mot vomi par Matti et a donc enlevé toutes les charges portées contre le groupe). La transition avec le titre mid-tempo basique mais efficace « Sikening Art » pourra nous laisser quelques minutes pour souffler. Arrive déjà le dernier titre « In Death’s Sleep », encore du gros calibre au rendez-vous ! Possédant une structure quasi-identique à « Dismembered », le titre se veut tout aussi délectable (quel intro!) avec une nouvelles fois des riffs mythiques ainsi que des changements de rythmes à la pelle !

Une demi-heure qui seront passées clairement à une vitesse éclair et on en redemande encore ! Heureusement pour nous la réédition de Like An Ever Flowing Stream (plus chez Nuclear Blast mais Karmageddon Media) possède quatre titres bonus ! Un titre de leur démo et ex-groupe Carnage (« Deathevocation »), un titre repris d’une démo (« Defective Decay ») ainsi que « Torn Apart » tiré de leur EP " (Death Metal) de Dismember">Pieces (ainsi que de Carnage) : du Dismember pur jus en somme mais qui fait bien plaisir ! « Justifiable Homicide » de leur EP Casket Garden annonce lui, le futur Dismember (plus heavy).

N’y allons pas par quatre chemins, Like An Ever Flowing Stream est un « must-have » pour tous les fans de death metal (tous dérivés confondus) qui se respectent. Un album culte encore au goût du jour et qui devrait hanter vos oreilles pendant encore pas mal d’années ! La comparaison avec leurs frères d’Entombed (période pré-Wolverine Blues) tombe évidemment : ils sont tous les deux Suédois, ils viennent de Stockholm, ils ont enregistré au même endroit (d’où les ressemblances sonores), Nicke Andersson s’occupe ici de tous les soli (excepté sur le premier titre) et a crée leur logo…Reste que tous ces points communs ne nous donnent pas le résultat facile Entombed = Dismember. Ce dernier se voulant nettement moins raffiné et recherché que leurs chers voisins (çà envoie du pâté sans fioritures) : les deux groupes se complètent donc parfaitement. Bon assez parlé, cet album est une tuerie sans nom tout comme le reste de la discographie fantastique de Dismember venant juste de commencer : Swedish Death Metal rulez !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
13/09/2011 13:45
note: 9/10
Cet album est absolument fantastique. Seul difficulté, impossible de le trouver. Si quelqu'un à un bon plan.
Ma préférence va pour le titre "And So Is Life" que j'avais découvert à l'époque de la compilation Masters of Brutality. Bref, un indispensable!
Mitch citer
Mitch
25/04/2006 19:50
note: 10/10
Keyser a écrit : Sinon c'est "Raining Blood", pas "Rain In Blood" Clin d'oeil

Me suis relu en diagonal, thanx Moqueur
Niktareum citer
Niktareum
25/04/2006 18:44
Bonne chro...je connais pas trop leurs premiers albums mais je vais m'y pencher!!
Keyser citer
Keyser
25/04/2006 16:57
J'ai jms posé les oreilles dessus mais ça donne envie de l'écouter!

Sinon c'est "Raining Blood", pas "Rain In Blood" Clin d'oeil
Mitch citer
Mitch
25/04/2006 16:14
note: 10/10
C'est parti pour la disco! m/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismember
Death Metal
1991 - Karmageddon Media
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (13)  9.12/10
Webzines : (8)  9.26/10

plus d'infos sur
Dismember
Dismember
Death Metal - Suède
  

tracklist
01.   Override of the Overture
02.   Soon to be Dead
03.   Bleed for Me
04.   And so is Life
05.   Dismembered
06.   Skin Her Alive
07.   Sickening Art
08.   In Death's Sleep
09.   Deathevocation (bonus)
10.   Defective Decay (bonus)
11.   Torn Apart (bonus)
12.   Justifiable Homicide (bonus)

line up
voir aussi
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Dismember

2008 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Where Ironcrosses Grow

2004 - Karmageddon Media
  
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Indecent & Obscene

1993 - Regain Records
  

Essayez aussi
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  
Nader Sadek
Nader Sadek
In The Flesh

2011 - Season of Mist
  
Incantation
Incantation
Dirges Of Elysium

2014 - Listenable Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Evisceration Plague

2009 - Metal Blade
  
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  

Annonce : Un chroniqueur arrête ! Mais c'est qui ?
Lire le podcast
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Nucleus
Sentient
Lire la chronique
Skeleton Wolf
Skeleton Wolf
Lire la chronique
Sylvaine
Wistful
Lire la chronique
Mora Prokaza
Dark Universe
Lire la chronique
La photo mystère du 22 Juin 2016
Jouer à la Photo mystère
The Poisoned Glass
10 Swords
Lire la chronique
Forteresse
Thèmes Pour La Rébellion
Lire la chronique
Draugur
By the Rays of His Golden L...
Lire la chronique
Dux
Carnations
Lire la chronique
Vale Of Pnath
II
Lire la chronique
Cult of Luna / Julie Christmas
Mariner (Coll.)
Lire la chronique
Dream Theater
The Astonishing
Lire la chronique
Sojourner
Empires of Ash
Lire la chronique
Nuisible
Inter Feces et Urinam Nasci...
Lire la chronique
Ritual Chamber
Obscurations (To Feast On T...
Lire la chronique
Nails
You Will Never Be One Of Us
Lire la chronique
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelst...
Lire la chronique
Sakrifiss en vidéo, le retour du cauchemar Part IV.
Lire le podcast
Gloomy Grim
The Age of Aquarius
Lire la chronique
Terra Tenebrosa
The Reverses
Lire la chronique
Anthrax
For All Kings
Lire la chronique
Doomed Gatherings III
Lire le dossier
Devilgroth
Morena
Lire la chronique
Candelabrum
Necrotelepathy
Lire la chronique
De Nicklas Rudolfsson à Anders Nyström
Jouer à The Small Metal World Experiment
Nocturn
Estranged Dimensions
Lire la chronique
Cave Ne Cadas + Jucifer + Torture du Sphinx
Lire le live report
Lord Vicar
Gates of Flesh
Lire la chronique