chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dismember - Indecent & Obscene

Chronique

Dismember Indecent & Obscene
L'EP Pieces l'avait annoncé, Dismember a plus la hargne que jamais ! La faute sans nul doute aux tournées en compagnie de groupes du gratin de la scène extrême avec des noms comme Cannibal Corpse, Death, Napalm Death ou encore Obituary. A la vue de cet artwork des plus délectables, cette hargne se dégage surtout d'une musique qui dépasse les limites possibles de l'efficacité ! Si " (Death Metal) de Dismember">Like An Ever Flowing Stream n'avait pas enclenché la machine, ce deuxième album Indecent & Obscene se serait vu gratifier de la note maximale ! Malgré un EP de transition qui fit redescendre popol assez brutalement comparé à la claque du premier album (la douleur se fait encore sentir !), Dismember signe ici son meilleur album, un cran infime en dessous du précèdent opus. On garde la même line-up et la même recette que ce dernier mais cette fois place à une musique très (et le mot est faible) rentre dedans !

Dismember ne change donc pas ses vieilles habitudes, direction le Sunlight Studio et vas-y que je te fous la saturation de l'ampli au maximum : encore du très grand crû pour les amateurs ! Pour le léger changement place cette fois à des riffs encore plus incisifs et un Fred qui accélère le tempo de la petite bande pour 35 minutes sans temps mort (ou presque vous verrez) ! A l'instar de " (Death Metal) de Dismember">Like An Ever Flowing Stream, 9 titres, 9 tueries! Et çà commence sans broncher par certainement le titre le plus bourrin de leur discographie : « Fleshless »! Première impression, des riffs cataclysmiques à vous enfoncer le cul six pieds sous terre (« Skinfather » devrait aussi plaire à tes voisins !) ! Des gratteux qui balancent des riffs relativement simples mais qui rentrent d'un côté et n'en ressortent pas : à t'abrutir avec joie ! Le batteur dont le jeu est à mon sens le plus efficace qu'il m'a été donné d'entendre (ouais rien que çà), ne mise pas sur la technique (pas de blasts à 260 bpm donc) mais sur un groove (mais écouter donc « Reborn In Blasphemy » !) à te faire frémir un membre de Earth, Wind & Fire (« Let's Groove ! ») ! Au centre on retrouve bien évidemment le petit Matti Kärki, totalement possédé à vomir et hurler ses paroles bien gores (« Eviscerated (Bitch) » yeah) ! Le lead guitariste David Blomqvist marche lui aussi aux piles duracell avec à côté de ses riffs cultissimes, des soli qui font bien plaisir (« Souldevourer » par exemple!).

Bien évidemment Dismember n'envoie pas sa musique punkisante à l'aveuglette (Captain Bigleu©) et joue encore une fois avec ses tempos en montagne russe : çà commence dans le calme pour finir en armageddon (« 9th Circle » et son riff absolument monumental) et inversement (« Skinfather »). Parfois les accélérations inattendues se veulent plus que surprenantes pour l'auditeur, je pense surtout au passage décoiffe moumoute de « Sorrowfilled » : mon dieu que c'est bon ! Mais derrière ce gros torse velu et tatoué, se cache un petit côté sentimental chez chaque membre de Dismember. Ainsi comme un « Dismembered » de " (Death Metal) de Dismember">Like An Ever Flowing Stream, Dismember nous berce une nouvelle fois avec un petit bijou à vous donner la chair de poule : « Dreaming In Red ». Pour débuter ce titre, une intro à la basse qui ira vous hanter les oreilles pour de nombreux mois (que dis-je, des décennies !), une dose de bourrinage et un solo totalement enchanteur de David pour finir en apothéose…Certainement le meilleur titre de leur si grande discographie…Quant aux points faibles de cet album, il n'y en aucun si ce n'est peut être le titre « Case # Obscene » moins bon que la moyenne, vraiment pas de quoi fouetter un chat hein…

Tout a été calculé pour vous faire headbanguer une demi heure et çà même 13 ans après ! En effet à la manière du précèdent opus, une musique intemporelle (même si un petit coup de remastered hein !) qui devrait bercer vos petits enfants ! Dommage que " (Death Metal) de Dismember">Like An Ever Flowing Stream ait précédé cette tuerie, car Indecent & Obscene a vraiment tout de l'album parfait! Je ne saurai conseiller aux amateurs de brutal d'écouter cet album, parfait pour représenter le death metal suédois. Effectivement Dismember n'aura pas encore entamé sa mutation vers une musique beaucoup plus heavy.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
20/05/2006 14:57
Un putain d'album!!! m/

Je me souviens qd j'étais djeun que la pochette me faisait trop tripper!
Keyser citer
Keyser
20/05/2006 12:52
De cet album, je ne connais que "Dreaming In Red" et effectivement ce morceau est énorme: la ligne de basse du début + le riff mélodique du milieu arghhh!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismember
Death Metal
1993 - Regain Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (10)  8.7/10
Webzines : (5)  9.1/10

plus d'infos sur
Dismember
Dismember
Death Metal - 1988 † 2011 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Fleshless
02.   Skinfather
03.   Sorrowfilled
04.   Case # Obscene
05.   Souldevourer
06.   Reborn In Blasphemy
07.   Eviscerated (Bitch)
08.   9th Circle
09.   Dreaming In Red
10.   Hill 112 (Recorded At Sunlight Studios 1996) (bonus track)
11.   Beyond The Unholy Grave (Recorded At Das Boot Studios 1998) (bonus track)

line up
parution
7 Décembre 1993

voir aussi
Dismember
Dismember
Hate Campaign

2000 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Where Ironcrosses Grow

2004 - Karmageddon Media
  
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Regain Records
  
Dismember
Dismember
Dismember

2008 - Regain Records
  

Essayez aussi
Unaussprechlichen Kulten
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Acarus Sarcopt
Acarus Sarcopt
Tarnation

2014 - Armée de la Mort Records
  
Ad Patres
Ad Patres
Ad Patres (EP)

2011 - Autoproduction
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Primordial Malignity

2017 - Blood Harvest
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Who Dares Win (Compil.)

1998 - Earache Records
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique