chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
14 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

SCID - Fucked Beyond Recognition

Chronique

SCID Fucked Beyond Recognition (Compil.)
Introduction "Le Magazine de la Santé": En France, la fréquence des SCID (Severe Combined Immunodeficiency soit déficits immunitaires combinés sévères dans la langue de Molière) est estimée à 1 pour 10.000 naissances, leur principale conséquence est la survenue d'infections nécessitant l'hospitalisation lors des premiers mois de la vie. En l'absence de traitement de type greffe de moelle osseuse, leur évolution est fatale dans l'année. Sur le plan histologique, les SCID sont caractérisés par une profonde hypoplasie des organes lymphoïdes secondaires, ainsi que du thymus (absence de thymocytes et défaut de différenciation des cellules épithéliales thymiques). La greffe de moelle osseuse permet de corriger ces anomalies en quelques semaines. On distingue les SCID typiques à la symptomatologie très sévère et de très mauvais pronostics, des SCID atypiques de gravité variable, parfois transitoires, dus à une immaturité du système immunitaire.

Pour nous, simples métalleux, on retiendra surtout que SCID, sans doute baptisé ainsi en hommage à Disgorge (Mex) plutôt que par un quelconque intérêt pour les maladies génétiques, est un groupe allemand de brutal death goregrindisé, formé en 2004 par des ex-Embedded et Vaginal Incest. Fucked Beyond Recognition, sorti en fin d'année dernière sur la filiale Undergrind d'Unmatched Brutality, n'est pas à proprement parlé le 1er album des Teutons mais regroupe 2 EPs, Cumplicated (2005, morceaux 1 à 6) et Recocknize (2004, morceaux 7 à 11).

Le paragraphe ci-dessous vous aura donné une bonne indication sur la musique de SCID: c'est gras, ça bourrine, ça blaste et ça grogne, bref, nous voilà en terrain connu! Rien qu'à ce niveau, SCID fait preuve d'une efficacité et d'un coefficient de dévastation élevé. En se limitant à ça, le combo aurait déjà fait partie des "bons groupes". Mais nos amis d'outre-Rhin ont une vision un peu plus large de leur musique, ce qui leur permet de sortir clairement du lot. Déjà, les compos se veulent extrêmement groovy et entraînantes et du coup, l'accroche se fait dès les 1ères minutes. Mais surtout, SCID sait soigner et travailler ses riffs, adoucir et varier sa bestialité, en incorporant des passages d'inspirations carcassiennes plus posés, presque mélodiques, qui font mouche. C'est notamment le cas sur les morceaux récents car les plus anciens, malgré une envie déjà présente de calmer le jeu de temps en temps, sont plus chaotiques, plus bruts de décoffrage, en 2 mots: plus grind (la prod' va avec d'ailleurs!). Et bizarrement (enfin pas tant que ça!), je trouve les titres de l'EP Recocknize plus jouissifs, plus headbangants, avec même parfois un feeling grind 'n roll. On retrouve d'ailleurs pas mal de ce feeling sur le génial mais trop court hidden track (en plage 32, ne me demandez-pas pourquoi...) avec son intro solo dansante suivie tout de suite par un vieux rythme hardcore. Vous ajoutez aussi de ce 2nd degré graveleux typiquement grind ("Cumplicated", "C.L.I.T.", "Cunt Wait Until Tonight" ou "Recocknize") et une bonne grosse voix d'égoutier porcin bien mise en avant et vous obtenez cette bonne baffe que nous met SCID!

Vous aurez donc bien compris que je suis tombé sous le charme de ce groupe qui a plus d'un tour dans son sac. Avec un line-up plus consistant (seulement 2 véritables membres pour le moment), SCID aura toutes les cartes en main pour se faire un nom. Attendons un 1er véritable album mais il se pourrait bien que l'on tienne là un futur gros calibre!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
18/08/2006 17:30
note: 3.75/5
Ayè je l'ai! Mr Green
yoyo citer
yoyo
29/05/2006 17:26
du bon brutal 'tain! certaines parties plus calmes sont excellentes en tout cas
Tim citer
Tim
29/05/2006 11:59
Pouhaaa ca bourrinne sec !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
SCID
Goregrinding Brutal Death Metal
2005 - Undergrind
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  3.75/5
Webzines : (5)  3.23/5

plus d'infos sur
SCID
SCID
Goregrinding Brutal Death Metal - Allemagne
  

tracklist
01.   Fucked Up Beyond All Recognition
02.   Cumplicated
03.   Staring Inside The Womb
04.   Internal Brain Atresia
05.   Eternal
06.   Queen For A Day, Cunt For A Lifetime

07.   C.L.I.T.
08.   Permanent Flatulence
09.   Cunt Wait Until Tonight
10.   The Awakening
11.   Recocknize
32.   Hidden Track

Durée totale: 32'57

Gruesome
Savage Land
Lire la chronique
Unleashed
Dawn Of The Nine
Lire la chronique
Khors
Night Falls onto the Fronts...
Lire la chronique
Hardingrock
Grimen
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Praying For Absolution
Lire la chronique
Achetez-vous des éditions limitées ?
Chacun ses faiblesses, on n...
Voir le sondage
Anatomia
Dissected Humanity
Lire la chronique
Cannabies
Sativa Syn
Lire la chronique
Drudkh
A Furrow Cut Short (Борозна...
Lire la chronique
Turnstile
Nonstop Feeling
Lire la chronique
XII Boar
Pitworthy
Lire la chronique
Shining
IX - Everyone, Everything, ...
Lire la chronique
Wake Up The Souls
System Of A Down
Lire le live report
Demonical
Black Flesh Redemption (EP)
Lire la chronique
No Omega
Shame
Lire la chronique
Malmort
Excerpta Funebris
Lire la chronique
Monstrosity
Imperial Doom
Lire la chronique
Sect Pig
Self Reversed (EP)
Lire la chronique
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)
Lire la chronique
Sigh
Graveward
Lire la chronique
Very 'Eavy 2015 - 2ème Jour
Air Raid + Ear Danger + Rav...
Lire le live report
Very 'Eavy 2015 - 1er Jour
Elise + Enchantress + Night...
Lire le live report
Northlane
Singularity
Lire la chronique
Nekkral
Nekkral
Lire la chronique
De Jeffrey Walker à Alexi Laiho
Jouer à The Small Metal World Experiment
Délétère
Les heures de la peste
Lire la chronique
Pseudogod
The Pharynxes Of Hell (EP)
Lire la chronique
Herscher
Herscher
Lire la chronique
Saturnalia Temple
To the Other
Lire la chronique
Ages
The Malefic Miasma
Lire la chronique