chargement...

haut de page
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Misery Index - Discordia

Chronique

Misery Index Discordia
Quand tu n’en peux vraiment plus. Quand tout t’énerve. Quand rien ne semble pouvoir s’arranger.

Rien ne vaut un bon album de métal, non ?

Mais là, on n’est plus au stade du « bon album ». Ici, on parle de défouloir optimal, du genre qui te laisse vidé au bout d’une petite demi-heure, le temps nécessaire à te purger de toutes ces pulsions malsaines qui te viennent à l’esprit.

Ici, on parle bien entendu du nouvel album de Misery Index, le bien nommé « Discordia ». La discorde, la colère, la frustration, tous ces sentiments sombres sont ici expurgés au travers d’une musique à la fois brutale et (ce n’est pas contradictoire) extrêmement intelligente.

Tu te souviens de la pochette du EP « Dissent », où le personnage étripait les odieux corporatistes ? Et bien, sur « Discordia », il a fini le ménage et ne laisse qu’un champ de bataille dévasté. C’est le récit de cette bataille qui est raconté au travers de ce second album des Américains, et son expression sous forme musicale donne naissance à l’un des meilleurs albums de l’année dans le genre.

Pour une fois, l’intro de « Unmarked Graves » n’est pas de trop : elle fait monter subitement la pression, avant que les trois coups de semonces d’Adam Jarvis ne lancent le premier (et loin d’être le dernier) blast de l’album. Le mieux sera bien entendu de l’écouter, tant cet album est riche en arrangements et en petits détails qui font tout son charme, mais rien que pour le plaisir de ceux qui iront l’écouter, je vais souligner les plus beaux passages : ce riff à 1.29 sur « Unmarked Graves » (avec cette batterie ultra dynamique) et 1.57 (le travail de Jarvis y est admirable sur tout le passage), 1.42 sur « Conquistadores », 0.27 sur « Breathing Pestilence », ce 0.35 sur « Pandemican »… Des riffs marquants, piochées au fil des écoutes, et qui ne peuvent qu’activer un bon headbanguing des familles dès la première écoute.

« Discordia » est une véritable tempête de furie, qui ne dégage que deux moments de torpeur : l’intro mélodique de « Sensory Deprivation », vite suivie d’un break monstrueux qui amène les blasts du reste du titre (ce titre est d’ailleurs le seul composé par Voyles, qui s’en donne à cœur joie niveau solos); et le titre éponyme, qui s’étend sur 4 douloureuses minutes d’obscurité musicale avant d’exploser là aussi avec le magistral début de « Pandemican », ou la furie faite musique. Oui, tu l’a compris, sorti de ces deux brefs moments, « Discordia » et Misery Index en général n’est que colère, death, hardcore, deathcore ?, brutal ? oui bien sur, et en même temps subtil. Non, ce n’est pas paradoxal, rien que par ces quelques courtes mélodies qui apparaissent discrètement sur « Breathing Pestilence », « Meet Reality » ou « Dystopian Nightmares » (j’adore le riff principal), mais qui jamais ne volent la vedette aux breaks insidieux et aux blasts sans retenues.

Subtil donc, mais aussi intelligent, la tracklist étant adroitement balancé pour ne pas lâcher l’auditeur en cours de route : les compos étant elles-mêmes au départ suffisamment variées et équilibrées pour ne pas pouvoir être résumés à un simple déferlement de blasts, mais bel et bien une succession logique de titres très travaillés. Le trio qui boucle l’album est d’ailleurs exemplaire à ce niveau là : « Dystopian Nightmares », qui débute très brutal, se conclut sur un passage plus « calme » d’une intensité indéniable, permettant l’enchaînement logique vers « Discordia » qui est le titre le plus posé de l’album. Et histoire de finir en beauté, « Pandemican » rassure les amateurs de brutalité en rappelant que si Misery Index s’est permis au précédent titre une petite incartade de son style habituel, il n’en restera pas moins un groupe des plus brutaux (un brutal, des brutaux ?) du moment.

L’intelligence se dégage aussi du travail des guitaristes, qui en plus d’aligner riffs death et breaks hardcores, se font plaisir en enchaînant les lignes de guitares, des lignes parfois bien complexes et absolument pas ostentatoires, qui ne semblent être là que pour enrichir et complexifier encore un peu plus la musique.
Mais c’est surtout sur le travail d’Adam Jarvis que je tiens à insister, ce Adam Jarvis qu’on entend, qu’on admire, et qu’on accueille désormais définitivement au sein de Misery Index, sachant qu’il a la lourde tache de remplacer Kevin Talley quand même… Mais comment douter un instant de sa qualité de jeu, en l’entendant (grâce à un mixage qui lui est très favorable) changer de style de jeu toutes les 10 secondes ? Voilà un batteur qui sait maîtriser son kit, utilisant china sur ride sur charley sur ride sur crash… aucun blast n’est linéaire, car il alterne sans cesse l’accompagnement de la caisse claire et en change à pratiquement chaque mesure, rappelant quelque part la variété du jeu de son prédécesseur, même si étrangement les deux jeux restent assez différents.

Le chant hardcore de Netherton, toujours aussi convaincu et engagé, ne peut que convaincre les septiques sur l’intégrité du groupe, tant son discours est hurlé d’une façon convaincante. Grande idée qu’a eu le groupe d’accompagner les lignes de Netherton avec le chant plus death de Kloeppel (le second guitariste arrivé récemment), qui s’en sort très bien et rajoute une couche de brutalité plus conventionnelle au style déployé.
Un album de Misery Index ne serait pas complet sans un détour par la lecture des paroles, qui sont comme d’habitude issues de la plume de Netherton (www.demockery.org pour ceux qui veulent en savoir plus) et sont sans conteste parmi les plus vindicatives de l’année : morceaux choisis pour les anglophones : « Would Jesus shop at Wal Mart if the crosses were on sale ? » (« Outsourcing Jehovah ») ; « When man is against man, the culture consecrate the code of spite » (« Breathing Pestilence »); « The Captain is in his quarters, the Navigator’s throat is slit » .... “My reality is life in the backseat, spiraling into the gyre / With me my brand old weapon / It’s called my clenched fist” (“Pandemican”). C’est du même niveau qu’un “Chaos AD” de Sepultura et d’une bonne partie de la disco de Napalm Death en termes de message

« Discordia » est un album admirable, qui vous saisit à la gorge et ne vous lâche pas d’un centimètre avant la dernière note. Plus agressif et moins mélodique que « Dissent », plus digeste que « Retaliate » (et avec une bien meilleure production), il confirme que le line up actuel de Misery Index est probablement le plus soudé et le plus équilibré que le groupe ai jamais eu, vu l’implication de tous les membres dans l’écriture de l’album et la teneur globale de celui-ci. Et ce n’est pas simplement le fan qui parle en vous assurant qu’il figurera dans le top 10 des albums de l’année… Simplement indispensable.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

13 COMMENTAIRE(S)

crocoscar citer
crocoscar
29/12/2008 16:34
note: 9/10
Une baffe d'une violence inouïe !!
Christliar citer
Christliar
14/06/2007 23:02
Ok, donc en lisant la première phrase, celui là je me l'achète demain.
citer
Pullingoutthenails (invité)
01/09/2006 3:59
J'accroche bcp moins à Discordia qu'à Dissent. Dissent avait quelque chose de plus accrocheur, plus pamphlétaire...ici je trouve sa lourd et long. Les deux premiers et les deux derniers m'allument pas mais mais le reste est moyen. Écoutez le milieu de l'album pour être sur d'aimer...
yoyo citer
yoyo
28/06/2006 21:56
un bien bon album. franchement cette fin d'album excellente avec les trois dernier titres qui sont énormes.
Sinon les premières chansons, chépa pourquoi, mais j'accroche moins aux riffs...
Chris citer
Chris
14/06/2006 18:46
note: 9/10
Vince a écrit : EN fait je ne comprend pas trop le site www.demockery.org... C'est Jason Netherton qui écrit tout ça?

waip
citer
Vince (invité)
14/06/2006 15:40
EN fait je ne comprend pas trop le site www.demockery.org... C'est Jason Netherton qui écrit tout ça?
citer
sickness (invité)
12/06/2006 14:34
Je me permet de citer quelques lignes de Meet Reality, dont les paroles sont excellentes :

Outside your gated homes, the world begins where your street ends.
Yet in time, your demons will come crawling back
Praise God for what you have in life, for your wealth is as hollow as the heart you hold inside.

Outside your window of comfort, it's like night of the living dead.

Four walls falling fast...
citer
sickness (invité)
12/06/2006 14:24
Pour écouter Meet Reality (ma preferée de l'album), c'est là:

http://www.relapse.com/ecards/MI/
Max citer
Max
12/06/2006 13:26
note: 9.5/10
Pour l'instant c'est mon cd de l'année ! Il n'y a rien à redire
Keyser citer
Keyser
11/06/2006 14:33
Je l'ai écouté que 2-3 fois mais je peux déjà confirmer que c'est un gros morceau! Y'a de ces riffs nom d'un foutre et le titre "Medusa Stare" me fout dans tous mes états miam!
Scum citer
Scum
11/06/2006 14:10
Excellente kro en tout cas.
L'album a pas l'air mal, y a pas mal de morceau sur leur MySpace, mais j'aime pas trop la prod' de l'album. Je la trouve un peu sèche et synthétique.
M'enfin, ça n'empêche pas que Conquistadores est une boucherie !
Arn0ld citer
Arn0ld
11/06/2006 14:02
note: 9/10
En live, ça bute Headbang


Excellent disque, sinon (Breathing Pestilence est sûrement ma préférée, raaah ce riff à 55'' !!)

Sinon le boulot de Jarvis est excellent, bien non-linéaire, et rien à redire comparé à Mr Talley
Chris citer
Chris
11/06/2006 13:54
note: 9/10
sorti depuis quelques temps déjà

j'espère que la kro n'est pas trop indigeste à lire, j'ai eu un peu de mal à la pondre celle-là Moqueur

et "Sensory Deprivation" et "Pandemican" sont en écoute sur le My Space du groupe

edit: et on peut écouter "Unmarked graves" sur la E-Card du groupe

et "Medusa Stare" sur le Site Relapse

si avec tout ça vous n'allez pas l'écouter...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Misery Index
Deathcore Brutal
2006 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (19)  8.45/10
Webzines : (15)  8.42/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Conquistadores
Conquistadores
Misery Index

Extrait de "Discordia"
  

tracklist
01.  Unmarked Graves
02.  Conquistadores
03.  Outsourcing Jehovah
04.  Breathing Pestilence
05.  Meet Reality
06.  Sensory Deprivation
07.  The Medusa Stare
08.  Dystopian Nightmares
09.  Discordia
10.  Pandemican

paroles
line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Drowning / Brodequin / Aborted / Misery Index
Drowning / Brodequin / Aborted / Misery Index
Created To Kill (Split-CD)

2001 - Bones Brigade Records
  
Misery Index / Mumakil
Misery Index / Mumakil
Ruling Class Cancelled (Split-CD)

2008 - Power It Up Records
  
Misery Index
Misery Index
Dissent (EP)

2004 - Anarcho Records
  
Misery Index
Misery Index
Heirs to Thievery

2010 - Relapse Records
  
Misery Index
Misery Index
Retaliate

2003 - Nuclear Blast
  

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Dystopia

2008 - Prosthetic Records
  
Dying Humanity
Dying Humanity
Fallen Paradise

2007 - Restrain Records
  
Kess'khtak
Kess'khtak
May Not Be The One You Want (EP)

2010 - Sigma Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Destroy The Opposition

2000 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Killing On Adrenaline

1998 - Relapse Records
  

report Live report
Enthroned + Mortuary Drape + Archgoat + Lvcifyre + Bestial Raids + Possession
chronique Chronique
Obscure Sphinx
Void Mother
chronique Chronique
Amestigon
Sun Of All Suns
chronique Chronique
A Very Old Ghost Behind The Farm
La Came Crude
chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal