chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Officium Triste - Reason

Chronique

Officium Triste Reason
A une ère où le doom metal refait surface, un peu comme pour toute choses mises de côté qui sortent de l’oubli, on retrouve deux types d’acteurs : ceux qui innovent et sortent du lot, et ceux qui se basent sur les acquis. Les hollandais d’Officium Triste font partie de la seconde catégorie. Une classe malheureusement peu reluisante instauré par My Dying Bride et ses deux compagnons de route (Paradise Lost et Anathema premières époques), dans laquelle on jette un peu trop souvent le groupe, qui en contrepartie de lui donner une image de clone, confère au hollandais un statut de valeur sure pour ceux qui leur auront donner une chance.

Officium Triste est effectivement l’un des nombreux fils de cette lignée, pratiquant un doom metal lent et mélodieux, gorgé de ce feeling romantique et triste qui a fait la grandeur des britanniques. Après deux albums et deux split avec Cold Mourning, Officium offre sa troisième offrande sur Displeased en 2004. On pourrait rapprocher le doom d’Officium Triste à celui de formations récentes tels que Swallow The Sun sans le côté « doom-pour-s’faire-des-bisous »

Au premier abord, Reason peut paraître somme toute classique ; de lentes et lourdes complaintes avec un claviers discret et léger en trame de fond, du piano, des growls monocordes mais très expressifs, quelques accélérations bien senties et de somptueux relâchement de pressions avec claviers et leads de guitares bien couinants. Autre petites chose à noter, l'absence totale, à part quelqeus murmures çà et là, de chant clair.

Alors on pourrait se dire « ouai, cool, je vais pouvoir attendre le nouveau MDB, comme ça… », seulement Reason révèle sa magie immédiatement. Même si les circonstances et l’imaginaire sont de la partie, on ne peut passer à côté de l’aura qui se dégage de cet album. Ce mystérieux mélange d’espoir et de désespoir, d’amour et de mépris, de sérénité et de détresse, de paysages tristes et de visions ensoleillés et majestueuses, dualité illustré par les riffs lents et plaintifs et les sublimes moments de piano, de claviers et de mélodies de guitares, imprégnés des émotions citées plus haut. Sentiments qui prennent toute leur ampleur dans des titres tels que In Pouring Rain ou This Inner Twist. Les textes quant à eux, bien que pas très originaux, ont le mérite d'être bien écrits et particulièrement tristes.

On ressort de Reason le cœur et l’esprit tremblant, accablé par tant de sincérité ; Officium Triste n’est peut-être pas personnel dans sa forme (ni généreux parce que bon, 42 minutes pour un album aussi bon, c’est pas top), mais l’est dans son fond. Et c’est sûrement ce petit détail qui fera la différence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Christliar citer
Christliar
05/10/2006 23:27
note: 8.5/10
Rajout du titre This Inner Twist en MP 3. Régalez-vous mes chéri(e)s !
Christliar citer
Christliar
27/06/2006 16:41
note: 8.5/10
@ Clém : euh.... bah c'est pas sur...
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
26/06/2006 9:20
Miam !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Officium Triste
Doom death mélodique
2004 - Displeased Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (12)  7.56/10

plus d'infos sur
Officium Triste
Officium Triste
Doom/Death mélodique - Pays-Bas
  

tracklist
01.   In Pouring Rain
02.   The Silent Witness
03.   This Inner Twist
04.   The Sun Doesn't Shine Anymore
05.   A Flower In Decay

Durée : 42 minutes

line up
voir aussi
Officium Triste
Officium Triste
Mors Viri

2013 - Hammerheart Records
  

Essayez aussi
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Plague of Butterflies (EP)

2008 - Spinefarm Records
  
Amorphis
Amorphis
Black Winter Day (EP)

1994 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire
  
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  

Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique
Dystopia
The Aftermath (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum
Lire la chronique
Fyrnask
Fórn
Lire la chronique
Sad
Utter Nihil Worship
Lire la chronique
Ghoulgotha
To Starve The Cross
Lire la chronique
Blood Incantation
Starspawn
Lire la chronique
Palehorse
Looking Wet in Public
Lire la chronique
Mass Hysteria
Le bien-être et la paix
Lire la chronique