chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Officium Triste - Reason

Chronique

Officium Triste Reason
A une ère où le doom metal refait surface, un peu comme pour toute choses mises de côté qui sortent de l’oubli, on retrouve deux types d’acteurs : ceux qui innovent et sortent du lot, et ceux qui se basent sur les acquis. Les hollandais d’Officium Triste font partie de la seconde catégorie. Une classe malheureusement peu reluisante instauré par My Dying Bride et ses deux compagnons de route (Paradise Lost et Anathema premières époques), dans laquelle on jette un peu trop souvent le groupe, qui en contrepartie de lui donner une image de clone, confère au hollandais un statut de valeur sure pour ceux qui leur auront donner une chance.

Officium Triste est effectivement l’un des nombreux fils de cette lignée, pratiquant un doom metal lent et mélodieux, gorgé de ce feeling romantique et triste qui a fait la grandeur des britanniques. Après deux albums et deux split avec Cold Mourning, Officium offre sa troisième offrande sur Displeased en 2004. On pourrait rapprocher le doom d’Officium Triste à celui de formations récentes tels que Swallow The Sun sans le côté « doom-pour-s’faire-des-bisous »

Au premier abord, Reason peut paraître somme toute classique ; de lentes et lourdes complaintes avec un claviers discret et léger en trame de fond, du piano, des growls monocordes mais très expressifs, quelques accélérations bien senties et de somptueux relâchement de pressions avec claviers et leads de guitares bien couinants. Autre petites chose à noter, l'absence totale, à part quelqeus murmures çà et là, de chant clair.

Alors on pourrait se dire « ouai, cool, je vais pouvoir attendre le nouveau MDB, comme ça… », seulement Reason révèle sa magie immédiatement. Même si les circonstances et l’imaginaire sont de la partie, on ne peut passer à côté de l’aura qui se dégage de cet album. Ce mystérieux mélange d’espoir et de désespoir, d’amour et de mépris, de sérénité et de détresse, de paysages tristes et de visions ensoleillés et majestueuses, dualité illustré par les riffs lents et plaintifs et les sublimes moments de piano, de claviers et de mélodies de guitares, imprégnés des émotions citées plus haut. Sentiments qui prennent toute leur ampleur dans des titres tels que In Pouring Rain ou This Inner Twist. Les textes quant à eux, bien que pas très originaux, ont le mérite d'être bien écrits et particulièrement tristes.

On ressort de Reason le cœur et l’esprit tremblant, accablé par tant de sincérité ; Officium Triste n’est peut-être pas personnel dans sa forme (ni généreux parce que bon, 42 minutes pour un album aussi bon, c’est pas top), mais l’est dans son fond. Et c’est sûrement ce petit détail qui fera la différence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Christliar citer
Christliar
05/10/2006 23:27
note: 8.5/10
Rajout du titre This Inner Twist en MP 3. Régalez-vous mes chéri(e)s !
Christliar citer
Christliar
27/06/2006 16:41
note: 8.5/10
@ Clém : euh.... bah c'est pas sur...
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
26/06/2006 9:20
Miam !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Officium Triste
Doom death mélodique
2004 - Displeased Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (9)  7.51/10

plus d'infos sur
Officium Triste
Officium Triste
Doom/Death mélodique - Pays-Bas
  

tracklist
01.   In Pouring Rain
02.   The Silent Witness
03.   This Inner Twist
04.   The Sun Doesn't Shine Anymore
05.   A Flower In Decay

Durée : 42 minutes

line up
voir aussi
Officium Triste
Officium Triste
Mors Viri

2013 - Hammerheart Records
  

Essayez aussi
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  
Amorphis
Amorphis
Black Winter Day (EP)

1994 - Relapse Records
  
Inborn Suffering
Inborn Suffering
Wordless Hope

2006 - Sound Riot Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire
  

Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique