chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dies Irae - Immolated

Chronique

Dies Irae Immolated
L’an 2000 fut marqué au niveau du Death Metal par la sortie d’un chef d’œuvre du genre (je parle pour moi) : le « Litany » de VADER. Comme les Polonais ne sont pas des gens avares, la moitié du line-up de ce vétéran de la scène, à savoir Doc (batteur) et Mauser (guitare), décida de nous ravir dans la foulée les oreilles en délivrant le premier album de leur side projet DIES IRAE… Le groupe existait déjà depuis de nombreuses années, mais « Immolated » fut le premier album sortant officiellement à l’époque après une démo datant de 1996. Pour compléter le line-up, ils recrutèrent l’ami Novy (à l’époque bassiste chez BEHEMOTH), afin de jouer « la basse qu’on entend pas » et surtout de beugler dans le micro, ainsi que Jacke Hiro pour la seconde guitare (jouant chez SEPTIC).

L’intérêt d’un tel side project peut sembler minime, tant la première écoute suffit à montrer à quel point DIES IRAE est similaire en tous points à VADER (du moins le VADER de l’époque) : même prod que sur « Litany » (avec une grosse caisse un peu moins envahissante heureusement), des blasts à tout va (aaaah Doc… RIP), des riffs en tremolo à plus savoir qu’en faire (aaaaah Mauser…)… Seul le chant de Novy diffère de celui de Peter de VADER, car étant à la fois plus « bœuf » et « Morbidangelien » que ce dernier : d’ailleurs je le préfère sans conteste à celui du leader de VADER… L’idée derrière DIES IRAE était de permettre à Doc et à Mauser de s’exprimer dans leur propre groupe, vu que VADER reste le bébé de Peter son principal compositeur et tête pensante, mais au final c’est à se demander ou est la différence ou presque… !

Alors « Immolated » est-il un album inutile pour qui possède déjà « Litany » ? Vous vous doutez bien vu la note que je pense le contraire, car pour moi les deux sont du même acabit, même si pour la légende (et pour l’indétronable « Wings ») je laisserai un point d’avance à ce dernier… Un album composé et joué par Doc, Mauser et Novy ne pouvait donner qu’une seconde perle de brutalité, tout aussi rapidement exécuté que son homologue d’en face, et les deux se complètent idéalement dans une discothèque d’homme de goût (je parle pour moi deuxième édition). DIES IRAE excelle tout comme VADER dans les titres de Death Metal survitaminés, à l’image d’un « Zohak » ou d’un « Turning Point », alternances de tempos rapides et de tempos ultra rapides (avec ces magnifiques blasts mitraillés de Doc) , et si les riffs sont similaires dans les deux groupes j’aurais bien du mal à départager l’un de l’autre. Si les 7 premiers titres sont efficaces mais somme toute très classiques, « Hidden Lore » et « Lion of Knowledge » se démarquent légèrement de la masse : le premier étant battu sur une rythmique marteau-pilon absolument joussive (faut écouter pour comprendre), et le second étant le titre phare « j’alterne mid-tempos glauques et accélérations soudaines » sans lequel le groupe se serait vu taxer de bourrin de première catégorie (z’ont même tournés un clip pour celui là, c’est vous dire). Les solos sont ici peut être un peu plus mélodiques et moins Slayeriens que chez VADER, ce qui n’est pas un mal vous en conviendrez.

« Immolated » est donc le pendant Death (grâce au chant caractéristique de Novy) d’un « Litany » sorti l’année précédente, et dans tout cela une chose est certaine : si vous aimez le premier, vous aimerez le second (et inversement). Ca tombe bien, j’adore les deux…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dies Irae
Death Metal
2001 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (5)  7.91/10

plus d'infos sur
Dies Irae
Dies Irae
Death Metal - Pologne
  

vidéos
Lion Of Knowledge
Lion Of Knowledge
Dies Irae

Extrait de "Immolated"
  

tracklist
01.   Zohak
02.   Message Of Aiwaz
03.   Sirius B
04.   Immolated
05.   The Nameless City
06.   Bestride Shantak
07.   Turning Point
08.   Hidden Lore
09.   Lion Of Knowledge

line up
voir aussi
Dies Irae
Dies Irae
The Sin War

2002 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Impetuous Ritual
Impetuous Ritual
Relentless Execution Of Ceremonial Excrescence

2009 - Profound Lore Records
  
Necrovorous
Necrovorous
Funeral For The Sane

2011 - Pulverised Records
  
Hellspawn
Hellspawn
The Great Red Dragon

2012 - Wydawnictwo Muzyczne Psycho
  
Obituary
Obituary
Slowly We Rot

1989 - Roadrunner Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast
  

Lord Vicar
Gates of Flesh
Lire la chronique
Diagor
Ненависть к живому (Hatred ...
Lire la chronique
Behexen
The Poisonous Path
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique