chargement...

haut de page
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Comity - ...As Everything Is A Tragedy

Chronique

Comity ...As Everything Is A Tragedy
Les chansons de HxC chaotique, on sait quand ça commence mais on ne sait jamais quand ça finit. Candlelight ne m'a donc pas vraiment facilité la tâche en tronçonnant en 99 plages le 2ème album de Comity, nommé "As Everything is a tragedy". Comity n'est pas un groupe qui fait du gros hardcore qui tâche à la hatebreed, mais qui fait du gros hardcore qui braille à la Converge. J'aurai pu m'amuser à essayer de deviner les débuts et les fins des chansons, mais la première que j'ai trouvée faisait déjà 24 minutes 38. Ce qui laissait un peu plus de 30 minutes pour les 11 autres chansons, c'était pas jouable. J'ai donc logiquement abandonné et j'ai continué ma partie à mon jeu préféré : "Adibou et le prêtre pédophile". (C'est un jeu vachement rigolo, il faut arriver à échapper à un ecclésiastique priapique qui aime les petits garçons, mais là je suis rendu au niveau où il faut échapper à l'évêque, et c'est vachement plus dur.)

Plus tard, je m'apprêtais donc à trousser une chronique vite fait bien fait, avec ce style léché, cet humour mordant, et ce cynisme glauque que vous me connaissez tous (si j'attends les compliments, j'ai pas fini de patienter) en faisant un joli copier/coller de ma chronique de Panthéon de Shoemaker Levy 9, autre groupe français du genre. Mais réduire cet album à une galette supplémentaire et/ou dispensable dans la discographie grandissante du genre ou a un support pour rouler des pétards (je sais que vous le faites, ne niez pas, bande de fumeurs de chlorophylle…) ne serait pas loin de la malhonnêteté intellectuelle. Et même si j'aime bien dire que je connais tout, et que je suis le meilleur et que vous êtes tous des merdes sans nom, ma malhonnêteté intellectuelle a des limites. Et pour cause il faudrait déjà que je sois intelligent.

Passé les 24 premières pistes (je le rappelle dues au saussiçonnage maison de Candlelight), j'ai du donc nuancer mon jugement, puisque le groupe s'embarque dans des passages post-hardcore (comprendre : tout lent, avec des braillements qui exciteraient une truie hors des périodes de rut, et des accords semi-saturées qui donnent envie de se pendre). Et là, la musique de Comity prend une autre dimension, plus Mars Voltesque (si je puis me permettre le qualificatif) sous amphétamines (de crayon), avec un chanteur qui s'écartèle les cordes vocales à la place des vocalises de Cédric Bixler Zavala.

Et je crois ici toucher à l'essence de la musique de Comity. Ils auraient pu rester dans l'ombre des grands frères ricains s'ils n'avaient eu l'idée de mélanger le post-hardcore et le hardcore chaotique. En résulte un mélange assez harmonieux (entendons-nous bien, je veux dire : cohérent) des parties lentes, ou en tout cas plus posées et de parties blastées, le tout donnant une impression d'apocalypse dépressive qui doit faire des morts en concert.

Comity nous offre ici, enfin, nous vend, un album riche, plutôt bien enregistré, avec un rendu live qui colle bien à l'atmosphère cradingue et écorchée de la musique. Le chant un peu en retrait (quoiqu'en dise le chanteur en interview) qui m'avait étonné au premier abord trouve finalement sa justesse de placement à l'écoute de l'album entier puisque la puissance qui se dégage est surtout véhiculée par le batteur qui ressemble plus à une pieuvre géante des Mers des Galapagos qu'à une crevette de la mer du Nord et par les guitares qui savent se faire techniques dans des parties chaotiques, et mélodiques sur d'autres plus posées.

Bref, pour résumer : Comity c'est bien, écoutez-en.
Et Candlelight, ils font chier à jouer aux apprentis boucher charcutier avec les albums. Ils n'ont qu'à passer le CAP. Merde quoi.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
m.Kekchoz
15/09/2011 16:40
Ce qu'il y a de dommage avec cet album, c'est que peux de monde ont compris comment écouter cet album. Il ne s'écoute pas d'une traite de la plage 1 à 99 comme n'importe quel CD, mais il se lit en aléatoire. Vous comprendrez un peu plus ou a voulu en venir Comity avec ce chef d'oeuvre !
Dead citer
Dead
22/08/2006 8:23
$am a écrit : ha autant pour moi. Candlelight a pour habitude de faire ce truc là, et comme j'ai pas eu énormément (comprendre : rien) comme infos autour du cd.

Oui apparemment Candlelight a fait des efforts sur la présentation de ses promos mais a arrêter d'envoyer des papiers de présentation. Il faut aller voir sur leur site web en fait Sourire
$am citer
$am
21/08/2006 21:03
ha autant pour moi. Candlelight a pour habitude de faire ce truc là, et comme j'ai pas eu énormément (comprendre : rien) comme infos autour du cd.
master of puppets citer
master of puppets
21/08/2006 20:06
Pour info, ce n'est pas Candlelight qui a charcuté l'album puisque la version officielle que je possède est faite également de 99 pistes ! Clin d'oeil C'est voulu par le groupe !

On démarre dans un bordel ultra chaotique où ca part dans tous les sens, c'est dissonant, brutal pour arriver vers des moments beaucoup plus forts en émotions tout en restant violents (la spécialité du groupe quoi) !

Même si je ne suis pas fana du concept "une chanson en 99 pistes", cet album est vraiment énorme tout comme le précédent sortit il y a 3 ans que je ne peux que vous conseiller ! Ultra intense/emotionnel/violent/dissonant !

Comity n'a vraiment pas à rougir face à la concurrence ricaine !


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Comity
Post HxC Chaotique
2006 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (13)  7.04/10

plus d'infos sur
Comity
Comity
Post Hardcore Chaotique - France
  

tracklist
01.  As Everything Is A Tragedy

line up
voir aussi
Comity
Comity
The Journey Is Over Now

2011 - Throatruiner Records
  

chronique Chronique
Starofash
Ghouleh
chronique Chronique
Dark Fortress
Venereal Dawn
interview Interview
Machinae Supremacy pour l'album ''Phantom Shadow''
chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud