chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ansur - Axiom

Chronique

Ansur Axiom
Il est des fois nécessaire et de bon ton de changer de registre. Alors laissons de côté le brutal death des bois le temps de cette chronique et aventurons-nous dans l'univers complètement différent de ce jeune groupe norvégien, nouvelle signature du label de Samoth Nocturnal Art Production.

1er album d'Ansur après une démo en 2005, Axiom montre déjà un groupe mature qui sait où il va. Un groupe, c'est bon signe, difficile à cataloguer. Sur une base métal extrême empruntant surtout au black métal et un peu au thrash, la musique d'Ansur mêle des éléments épiques, atmosphériques et progressifs. Je n'aime pas trop ce terme qui veut à la fois tout et rien dire mais c'est pourtant ce qui ressort de cet Axiom. Ce qui explique la durée de l'album, près de 45 minutes. Celà peut paraître normal mais sachez que l'opus ne comporte que 6 morceaux! Ce qui fait plus de 7 minutes en moyenne par titre! Des minutes pas très bien réparties d'ailleurs. Si le 1er morceau, "Earth Erasure" ne fait que 3 minutes et nous propose une sorte de black thrashisant réhaussé par quelques subtilités atmosphériques, le 2ème, "Post-Apocalyptic Wastelands" pointe déjà à 5 minutes et se montre plus fouillé. "Interloper" et "The Axiom Depicted" sont quant à eux les titres les plus longs, s'étirant respectivement jusqu'à 9 et 11 minutes. Des longueurs auxquelles je ne suis pas habitué et qui ont plutôt tendance à me faire piquer du nez. Que nenni, Ansur possède assez de cordes à son arc pour captiver l'auditeur jusqu'à la fin. Sa musique a un pouvoir hypnotisant, une musique à écouter la nuit, dans le noir, allongé sur son lit les yeux fermés pour savourer pleinement le voyage auquel nous convient les Scandinaves.

Les morceaux, vous l'aurez donc compris, s'étalent et sont composés de multiples passages différents. Tout en restant assez brutal et nerveux (du métal quoi!), Ansur donne à ses compos une toute autre dimension par l'utilisation de nombreux arpèges et parties acoustiques qui peuvent apparaître seuls mais qui se retrouvent le plus souvent en accompagnement des riffs électriques. L'incorporation d'éléments atmosphériques, notamment par des claviers ou des samples aériens, renforce un peu plus cette volonté de sublimer ses morceaux. L'ensemble dégage une ambiance sombre qui est la 1ère responsable de notre stimulation auditive. Et l'apport de quelques soli aériens et mélodiques ne fait que nous conforter dans cette atmosphère captivante (quoiqu'un ou deux ne collent pas trop au paysage ai-je trouvé, sonnant trop 80s) où une batterie certes rudimentaire mais qui martèle des rythmiques simples et parfois martiales pour s'assurer que notre esprit ne divague pas a aussi son rôle à jouer.

Voilà un groupe qui a le mérite d'avoir son propre univers. Une personnalité également affirmée dans sa production plutôt spéciale, paradoxalement agressive et douce en même temps. Ansur a eu la bonne idée d'enregistrer dans son propre studio, ce qui explique qu'il ne sonne pas comme tout le monde. Le chant possède lui aussi ses particularités et il est clair que beaucoup n'adhèreront pas. Entre le hurlé et le parlé, avec un grain éraillé proche du black, on a l'impression que les vocaux proviennent d'un haut-parleur de téléphone. Ceux-ci, parait-il, nous racontent une histoire, j'aurai alors aimé avoir les paroles devant moi pour m'impliquer davantage dans l'écoute déjà passionnante de cet Axiom.

Je suis tombé sous le charme de ce groupe alors qu'au départ, sa musique n'est pas spécialement faite pour moi. Je suppose donc que les personnes ayant l'habitude d'évoluer dans ces contrées trouveront comme moi de quoi passer de bons moments. Prenant, sombre, froid et inspiré, Ansur est une belle surprise pour cette rentrée!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
18/09/2006 14:12
Gothenburg a écrit : la pochette fait un peu penser à celle de orphaned land - mabool je trouve.

Tout à fait. C'est ce que je me suis dis en recevant le promo (avant de le passer à Keyser) Clin d'oeil
Gothenburg citer
Gothenburg
17/09/2006 16:13
la pochette fait un peu penser à celle de orphaned land - mabool je trouve. sinon ca passe plutôt bien les extraits
Krow citer
Krow
17/09/2006 12:24
J'aime beaucoup les extraits.

Ca fait plaisir de voir un disque de ce genre chroniqué par toi ! Clin d'oeil
Ander citer
Ander
17/09/2006 11:34
"Des minutes pas tès bien réparties d'ailleurs" tRès !

Sinon les extraits sont bons.
Keyser citer
Keyser
17/09/2006 11:21
note: 8/10
Sortie demain. Un autre extrait: "Post-Apocalyptic Wastelands".

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ansur
Métal extrême sombre progressif
2006 - Nocturnal Art Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (18)  6.85/10

plus d'infos sur
Ansur
Ansur
Métal progressif à grosses fleurs - Norvège
  

tracklist
01.   Earth Erasure
02.   Post-Apocalyptic Wastelands
03.   Interloper
04.   Desert Messiah
05.   Sowers Of Discord
06.   The Axiom Depicted

Durée totale: 43'56

line up
voir aussi
Ansur
Ansur
Warring Factions

2008 - Nocturnal Art Productions
  

Sacroscum
Stillbirth (Démo)
Lire la chronique
Blood Stain Child
Epsilon
Lire la chronique
Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique