chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

God Dethroned - The Toxic Touch

Chronique

God Dethroned The Toxic Touch
Henri Sattler avait pourtant prévenu : la cuvée 2006 de God Dethroned serait un peu moins forte en blasts qu’à l’accoutumée. S’appuyant sur sa récente tournée avec Bolt Thrower et la réaction semble-il mitigée des foules face aux titres plus agressifs, le groupe et son leader (pas) charismatique assumait donc pleinement la relative baisse des tempos sur ce nouvel opus.

Promesse a été tenu : en plus d’avoir une pochette hideuse (GD n’a jamais brillé à ce niveau là il est vrai, le sens esthétique du groupe me faisant vraiment peur depuis que j’ai vu quelques uns de leurs clips…), « The Toxic Touch » est très clairement l’album le plus « calme » du groupe. Et aussi le plus mélodique. Ah ben tiens, ça y est, ils rangent l’agressivité au placard et vont faire du heavy / death mélo ?



Non je vous rassures… Mais on s’en approche. Argh. Pour tout vous dire, ce nouvel opus de GD m’a parfois fait pensé à Arch Enemy, comparaison plus ou moins flatteuse suivant d’ou l’on se place... Mais reprenons les choses au début : « The Toxic Touch » démarre par une intro très laborieuse, qui enchaîne sur un titre tout aussi lourdingue : « Hating Life », ou le pire titre d’intro de GD. On est loin du splendide riff qui ouvrait le non moins superbe « Nihilism » (définitivement l’un de mes titres préférés du groupe) sur le précédent album… Ici, on se la jouerait presque metalcore, avec un riff tout ce qu’il y a de plus basique, des samples totalement déplacés dans le cadre du titre et un refrain assez quelconque... Bon, Henri n’a pas varié d’un iota son chant, c’est au moins ça de pris. Cela ne s’arrange pas vraiment avec la suite, « 2014 » et « Falling Down » étant des exemples frappants de ce que j’exprimais plus haut : des riffs beaucoup plus mélodiques, sans la noirceur et l’agressivité qui caractérisait auparavant le groupe, et qui sans être mauvais… ne font plus penser à du GD. Les solos d’Isaac Delahaye, arrivé sur le dernier album et qui se la jouait déjà guitar hero, sont on ne peut plus agréables (le bonhomme est doué et cela change des solos Slayeriens totalement insipides dont nous gratifiait Sattler…), mais participent également à cette impression globale : trop de mélodies presque « joyeuses », ne dégageant plus vraiment ce que j’étais en droit d’attendre de GD.

Cette surabondance de mélodies est vraiment déconcertante (et pourtant je ne suis pas le dernier à adorer cela)… mais ce que j’appréciais depuis toujours chez GD, c’était ce parfait équilibre entre brutalité malsaine et mélodies subtilement amenés : ici ça dégouline parfois beaucoup trop, et le groupe perd en personnalité, se rapprochant comme je l’évoquais auparavant d’un Arch Enemy nouvelle époque… Preuve en est entre autres ce titre instrumental qui n’aurait pas fait tache chez les Suédois, ce « Away from Emptiness », et qui ici… fait tache.

Pour ne pas être totalement négatif non plus, certains titres dégagent heureusement un petit quelque chose de plus intéressant ; ainsi certains titres mid-tempos plus mélodiques à la « Sigma Enigma » du dernier album sont quand même à la hauteur du groupe : j’aime ainsi beaucoup « The Day you Died » ou « Typhoid Mary », et dans un registre plus brutal on retrouve même un peu la rage des anciens albums sur « On Wings of Pestilence » ou l’excellent « Macabre World » (le seul à posséder encore cette ambiance qui collait à un album comme « The Grand Grimoire »). Ces quelques morceaux ont gardés un peu l’esprit originel du groupe, mêlant riffs communs et passages davantage inspirés, bien que le même schéma « mélodie agréable en arrière plan sur le refrain » y soit appliqué bien trop souvent…


« The Toxic Touch » est à ce jour l’album le plus faible du groupe à mon goût (« The Christhunt est hors course), et sans être non plus la daube de l’année, il m’a déçu là ou j’attendais une continuité à la tuerie de l’an passée. Trop de mélodies parfois insipides, beaucoup moins de riffs de tueurs, et une brutalité amoindrie qui fait perdre de sa personnalité au groupe… j’espère que la pente sera remontée pour le prochain, histoire que GD ne finisse pas dans la masse grouillante des « groupes qu’étaient vachement bien avant qu’ils ne commencent à faire la même zik que tout le monde ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 01:34
note: 8.5/10
Leur album le plus accessible, Bon album !
Xarion citer
Xarion
23/10/2006 01:08
Je crois que je vais confirmer ton impression en te disant que j'adore la chanson sur leur myspace, de l'excellent death mélo de seconde zone ^^

T'as pas tort pour le côté Arch Enemy, ça se ressent pas mal. Et c'est vrai que là, ils ont opéré un virage à 180 degrés... Ça m'a l'air très accessible.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
God Dethroned
Heavy / Black mélodique
2006 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (7)  4.71/10
Webzines : (23)  7.23/10

plus d'infos sur
God Dethroned
God Dethroned
Death Mélodique - 1991 - Pays-Bas
  

écoutez
tracklist
01.   Faithless
02.   Hating Life
03.   2014
04.   Falling Down
05.   On Wings Of Pestilence
06.   The Day You Died
07.   Away From Emptiness
08.   Macabre World
09.   Typhoid Mary
10.   Fail To Exist

Durée : 38:25

line up
parution
30 Octobre 2006

voir aussi
God Dethroned
God Dethroned
Passiondale

2009 - Metal Blade Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Into the Lungs of Hell

2003 - Metal Blade Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Ravenous

2001 - Metal Blade Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Bloody Blasphemy

1999 - Metal Blade Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  

Essayez plutôt
Rotting Christ
Rotting Christ
Kata Ton Daimona Eaytoy

2013 - Season Of Mist
  
Moonlyght
Moonlyght
Shining

2008 - Mankind's Demise Records
  
Naumachia
Naumachia
Wrathorn

2005 - Empire Records
  
Moonlyght
Moonlyght
Progressive Darkness

2002 - Metal Disk Records
  
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Follow The Reaper

2001 - Nuclear Blast Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique