chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

G.T.I. - One Thousand Blasting Words

Chronique

G.T.I. One Thousand Blasting Words
C'était il y a presque 2 ans. G.T.I. (pour Grotesque Through Incoherence) sortait son 1er album Utopia City. Pratiquement personne ne connaissait ce groupe et pourtant il allait devenir, en quelques semaines, l'un des gros espoirs de la scène métal française. Par un son original et un humour décalé, avec derrière un réel travail sur des compos brutales mais soignées, Utopia City faisait office de kiss cool et rafraîchissait une scène qui se prend parfois un peu trop au sérieux. "Critically acclaimed" comme on dit de l'autre côté de la Manche ou de l'Atlantique. Sur un plan plus personnel, c'est avec cet opus que je me suis mis à écrire des chroniques pour Thrasho. C'est donc un peu grâce à G.T.I. que je suis là...(* lâche une larme *).

Enfin bref, le groupe revient en ce mois d'octobre avec un 2ème album, One Thousand Blasting Words, toujours sur Several Bleeds Records. Un album que, vous vous doutez bien, j'attendais avec intérêt, pour voir si les petits gars seraient capables de nous recoller une telle baffe. Satisfaits, et on les comprend, du travail de Neb Xort (Anorexia Nervosa) à la production, les G.T.I. ont refait appel à lui et se sont donnés un plus grand tremplin en s'attachant les services d'Alan Douches (Sepultura, Converge) pour le mastering. Résultat: le son est encore plus énorme que sur le précédent brulôt!

Musicalement, les Nantais appliquent les mêmes ingrédients qui avaient fait la réussite d'Utopia City. Cette non-prise de risque étant pratiquement la seule chose qu'on pourrait d'ailleurs leur reprocher. Si le 1er opus bénéficiait de l'effet de surprise, One Thousand Blasting Words ne peut plus jouir de ce privilège. Celà dit, la formule fait mouche à nouveau. Vous aimez headbanguer comme des malades sur des gros riffs plombés ultra efficaces à la double? Vous allez en avoir pour votre argent car c'est l'outil principal des Français. Mosh-parts de tueurs à l'horizon ("Sphere", "Shame", "Sunlight", "Scarecrow"...remarquez que tous les morceaux commencent par la lettre "s")!. Le combo n'oublie pas pour autant les blasts avec tout une cargaison bien brutale ("Stabilized", "Smoky", "Soundsuckers", "Status Quo"). Et bien sûr, les désormais célèbres délires du groupe sont toujours là, pour notre plus grand plaisir. Si vous n'êtes pas familiers avec l'humour de G.T.I., sachez que le quintette aime les mélanges de genre improbables et se plait à planter des interludes décalées là où on ne les attend pas. Le groupe nous refait le coup des samples comiques (notamment le célèbre "j'sais pas qui c'était les enculés d'en face, mais ça doit être des drôles d'enculés parce que s'en prendre à un bébé!" ou juste un bon "Timmy!") et des sonorités cyber-indus-techno-électro, mais nous sort aussi des petits passages heavy-métal ("Soundsuckers" et son solo de shredder des 80s à la Kirk Hammett), rap (scratches sur "Smoky" et"Soundsuckers"), gothiques/atmosphériques ("Scold", "Serum"), ballades pop ("Sunlight"), néo-métal (avec une imitation excellente de Jonathan Davis de Korn sur "Scandal"!) ou western ("Stabilized"). Ca évite la monotonie au moins!

Tout ceci me fait dire que, même s'il est clair que G.T.I. a voulu rester dans la droite lignée d'Utopia City, les Français se sont émancipés un peu plus. Les compos sont plus abouties et plus travaillées, on sent davantage d'assurance. Une assurance sans doute gagnée par tous les compliments reçus depuis 2005. Et ça se ressent chez tous les musiciens, que ce soit la voix hurlée plus puissante de Guillaume (qui a cependant abandonné toutes cochonailles), le jeu de batterie plus technique de Yann (qui se prend pour Mike Smith à un moment sur "Status Quo"), la basse plus présente de Yoann ("Sphere", "Scandal" et l'énorme instru "Serum") ou les parties de guitares plus travaillées d'Yvan et Romain (qui se croient même dans Metallica sur le solo de "Soundsuckers" et sur le final de "Sphere" qui rappelle celui de "The Thing That Should Not Be" avec son effet de guitare bizarroïde).

Pour moi c'est clair, G.T.I. a réussi son coup, une nouvelle fois. L'effet de surprise empêchera sans doute cet album de faire parler de lui comme son aîné l'avait fait mais One Thousand Blasting Words n'en est pas moins un putain de bon album. En voiture Simone!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
18/10/2017 09:58
note: 5/10
Jamais pu m'y faire et l'écouter en entier sans que ça me saoule...ça se commande pas ...du coup vendu sur PM !
Sagamore citer
Sagamore
18/10/2016 18:47
note: 10/10
L'album a dix ans ! La vache. Un de mes albums cultes, en tout cas. Complètement barré, niveau technique excellent, compositions franchement bien foutues et toujours cette absence de sérieux qui rendait le groupe si sympathique. Découvert à sa sortie par un Hard'N'Heavy dont le sampler contenait "Sphere" (sur lequel je me suis fait saigner les doigts à la batterie haha). Un mag qui définitivement m'aura fait faire un paquet de découvertes.
citer
Cannibal JC
30/10/2006 12:53
Une réplique de bernie dans le CD ? merde faut que j'écoute l'album Gros sourire
citer
Keider
26/10/2006 02:33
J'ai Adoré le premier et Sphere me parait deja tres tres prometeur : )
citer
Quelqu'un
24/10/2006 03:54
Excellent !

Rien à dire ... ça débwate

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
G.T.I.
Deathcore décalé
2006 - Several Bleeds Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
G.T.I.
G.T.I.
Deathcore décalé - 2001 † 2008 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Stabilized
02.   Smoky (Feat. Mr Guepe)
03.   Sphere
04.   Soundsuckers (feat. Mr Guepe)
05.   Scold (feat. Asphodel)
06.   Scandal
07.   Shame
08.   Serum (instru)
09.   Sunlight (feat. Arno Strobl)
10.   Status Quo
11.   Scarecrow

Durée : 42'41

line up
parution
18 Octobre 2006

voir aussi
G.T.I.
G.T.I.
Utopia City

2004 - Several Bleeds Records
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique