chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Myrkskog - Deathmachine

Chronique

Myrkskog Deathmachine
Tu cherchais un groupe hybride piochant dans le (brutal) black scandinave et le brutal death technique ricain ? Tu as frappé à la bonne porte. Myrkskog (forêt du Seigneur des Anneaux) répond parfaitement à cette description. Formé en 1993 dans la ville (carte postale) norvégienne Drammen, Myrkskog (à mes souhaits) subira de nombreux changement de line-up dont l’arrivée (en 1996) du batteur (anciennement guitariste d'Odium) permanent Sechtdamon (hurleur/bassiste chez Zyklon). Un autre membre de Zyklon fait partie de la fête (guitare) et pas des moindres puisqu’il s’agit de Destructhor (ou l’homme à la rapidité inhumaine), fondateur de Myrkskog. A côté des membres du groupe « star » Zyklon (qui ne le savent pas encore), nous retrouvons Master V (Kenneth Lindberg) au chant et à la basse ainsi que Savant M (Haakon Forwald) à la guitare. Le groupe se fera remarquer par le fameux label Candlelight Records après quelques démos et signera pour leur premier album, le bien nommé Deathmachine.

« What is it look like ? Death. » La machine de la mort est lancée. Un petit conseil avant écoute : échauffement auditif de vigueur sous peine de sérieuses courbatures ! Car effectivement une fois le hit épileptique « Discipline Misanthropy » démarré, difficile de ne pas se laisser embobiner dans ce brouhaha apocalyptique : ce premier opus de Myrkskog rime clairement avec « tuerie sonore » ! Aucun temps mort ici, çà joue à la vitesse de la lumière pendant plus de 35 minutes. En première ligne deux guitares balançant des vagues de riffs ultra massifs (à en avoir les doigts et le poignet en feu) mais surtout un Sechtdamon qui en mettra sur le cul par son jeu de batterie impressionnant de vitesse et de technicité ! Non content de jouer de la basse comme un chef (Zyklon) et d’hurler comme les plus grands (Zyklon, Odium), le barbu au gentil minois dévoile une autre corde à son arc. D’ailleurs Master V, qui propose un chant fort original, situé entre le black et le death, se voit appuyer (ou carrément remplacer) par les hurlements et les grognements de Destructhor et de Sechtdamon, ajoutant un côté encore plus mamouthesque à la chose.

Tout a été pensé pour que l’auditeur se convertisse à cette folie musicale : d’une part une musique d’une richesse incroyable (il faudrait bien quatre mains pour compter le nombre de riffs et de breaks différents sur chaque titre) avec « les » riffs qui tuent (dans « A Poignant Scenario of Horror » ou « Morphinemangled Torture » par exemple). D’autre part un côté extrême des plus jouissifs où il est humainement impossible de ne pas se laisser hypnotiser par les moults accélérations décoiffantes. Mais dans Deathmachine c’est surtout un travail d’ambiance assez considérable. Bien évidemment la noirceur des influences black metal y joue pour beaucoup mais la présence d’un clavier compte de manière conséquente. Relativement discret, les nappes percevables devraient vous asséner le coup fatal, il suffit de poser une oreille sur « Syndrome 9 » ou le fantastique « Deathfare To The Devil » (mon dieu !). Avec en plus des samples éparpillés un peu partout (« Welcome to human race »), tout ceci ajoute un côté moderne d’un certaine froideur, parfait pour un film de science-fiction glauque situé dans un vaisseau spatial (« Au-delà du réel » yeah !).

Les fans de Dark Funeral devraient trouver pas mal de similitudes dans certains riffs et ma foi il n’ont pas tort : il suffit d’écouter l’intro de « The Hate Syndicate », toute droit sortie d’un « Thy Legions Come » ! On sent que Myrkskog a puisé ses ressources un peu partout d’où certains passages sonnant comme du « déjà entendu »… L’éclectisme du groupe ira jusqu’à faire une version techno/indus de « Syndrome 9 » : étonnant ! Mis à part ceci, çà reste tout de même du black/death violent de niveau supérieur, qui donne une bouffée de fraîcheur au style. Un premier opus qui sera suivi du départ du guitariste Savant M (parti former le groupe black Disiplin) et du chanteur Master V.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
07/03/2007 22:02
note: 8.5/10
album proprement énorme, très proche d'un Zyklon ("World of Worms"Clin d'oeil meme si encore plus complexe dans ses structures..un aspect "cyber métal" prononcé, une brutalité sans pareille, un son dantesque... méconnu mais grandissime Headbang
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
16/11/2006 08:15
Les variations de tempos, accélérations et décélérations sont vraiment intéressantes (Utter Human Murder) de leur premier album. C'est bien fait. Mais c'est vrai que le titre Deathmachine fait "déjà vu".
Mitch citer
Mitch
15/11/2006 20:11
note: 8.5/10
Le problème c'est que je trouve que le titre éponyme est le plus faible de l'album... Pas super représentatif donc... Confus
Niktareum citer
Niktareum
15/11/2006 19:42
J'avais jamais écouté ce groupe dont je connaissais le nom depuis un moment. Ca m'en a donné l'occasion.
Ben c'est vrai que c'est plutot pas mal!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Myrkskog
Brutal Black/Death technique et moderne
2000 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.61/10
Webzines : (6)  8.11/10

plus d'infos sur
Myrkskog
Myrkskog
Brutal Death - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Discipline Misanthropy
02.   The Hate Syndicate
03.   A Poignant Scenario Of Horror
04.   Sinthetic Lifeworm
05.   Syndrome 9
06.   Morphinemangled Torture
07.   Deathfare To The Devil
08.   Deathmachine
09.   Pilar Deconstruction (Syndrome 9 Re-Mix)

line up
voir aussi
Myrkskog
Myrkskog
Superior Massacre

2002 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Azarath
Azarath
Blasphemers' Maledictions

2011 - Witching Hour Productions
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
I: The Law Of Retaliation

2015 - Autoproduction
  
Odem
Odem
The Valley Of Cut Tongues (EP)

2013 - Daemon Worship Productions
  
Panzerchrist
Panzerchrist
Regiment Ragnarok

2011 - Listenable Records
  
Angelcorpse
Angelcorpse
The Inexorable

1999 - Osmose Productions
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report