chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brand New Sin - Tequila

Chronique

Brand New Sin Tequila
Après avoir fait la fermeture du « Doggy Style » tous les soirs de la semaine depuis 2 mois, tu avais commencé à ressentir le besoin de changer d’horizon. Ton Levi’s commençait à sentir le cheval mort, et n’ayant pas davantage la force de laver tes habits que de te mettre à l’eau, tu avais besoin qu’on prenne soin de toi.

Heureusement, pas loin de ton Etat se trouve la frontière commune avec le Mexique, et à l’idée de pouvoir retrouver Maria et sa Tequila réputée dans toute la région, tes bollocks avaient rugies de plaisir. Entraînant Harry et Ted dans ton trip vers le Sud, vous étiez partis avec ta vieille Cadillac sur la Highway menant directement au Mexique.

Le soleil tapait fort, et la bière n’étant plus fraîche depuis longtemps, c’est carrément à la Tequila que vous avez attaqués le premier apéro du soir, affalés dans des fauteuils au bar du motel « El Chiquita de la Muerta, Tacos del Prada ». La tequila, tu la connais, c’est aussi traître qu’une maîtresse jalouse : au début on ne se doute de rien, et on se retrouve vite d’un coup au fond du caniveau à vomir ses tripes ou à regretter d’avoir menti à une femme possessive….


Le nouvel album de Brand New Sin est un peu du même acabit : au début il ne paie pas de mine, mais alors qu’on attend que la sauce prenne, on se retrouve soudainement avec une bonne gueule du bois, mais du genre agréable. Le groupe qui jouait si bien un bon vieux hard des familles, teinté d’influences blues et métal pas dégueus sur « Recipe for Disaster », n’a pas varié ou presque sa formule, si ce n’est cet habillage mexicain qui disparaît bien vite dès les premières notes de « Said and Done ». 13 titres, mêlant titres hards et courts interludes acoustiques (« Worm Hole », « Ice Man », « Acehole », « Elogio ») assurant les subtiles transitions entre les morceaux… et une reprise absolument géniale du standard « House of the Rising Sun », à la sauce Brand New Sin bien entendu.

« Tequila » est dans la continuité de son prédécesseur, avec un Joe Altier absolument magistral au chant, le bougre au physique de routier ayant définitivement une des voix les plus chaleureuses que j’ai eu l’occasion d’entendre. Il est dommage de devoir attendre la reprise de « House of the Rising Sun », pour l’entendre véritablement dévoiler son … organe, et se présenter comme un chanteur à la voix incomparable. J’espère avoir d’autres titres originaux du groupe dans le futur, lui laissant la même latitude à s’exprimer vraiment vocalement, parce qu’il y a véritablement de quoi faire un tube en or… Concernant les compositions faisant le reste de l’album, il manque ce coté furieusement accrocheur du précédent album, la plupart des titres étant agréables mais pas… mémorables. J’ai quand même repéré quelques perles, parmi lesquels « Old » (et son refrain réellement touchant), « See the Sun » (un single pour radios américaines, sans tomber dans le commercial pour autant) ou bien encore l’énergique « Motormeth »… Je regrette quand même la variété des titres de « A Recipe… », qui alternait intelligemment ballades acoustiques et gros titres de hard bien énergiques ; car ici l’album se veut plus riche en compositions et en énergie, mais est un peu plus indigeste et moins direct d’assimilation. Etonnante est l’apparition de Peter Steele, le Géant Vert de Type O Negative, sur « Reaper Man »… sa contribution modeste au refrain du morceau est assez anecdotique de toute façon.

Dans l’ensemble, « Tequila » est donc un bon degré en dessous de son prédécesseur, les titres m’apparaissant moins accrocheurs malgré le surplus d’énergie incontestable…je reviendrais plus souvent vers son prédécesseur, mais ce n’est pas un mauvais album pour autant. « Tequila » confirme en tout cas que Brand New Sin est un groupe à part au sein de l’écurie Century Media, moins métal et plus hard que leur panel habituel… et c’est tant mieux, aussi longtemps qu’ils sauront pondre des tubes aussi accrocheurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brand New Sin
Southern Hard Rock
2006 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (18)  6.75/10

plus d'infos sur
Brand New Sin
Brand New Sin
Southern Hard Rock - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Said and Done
02.   Did Me Wrong
03.   Spare The Agony
04.   Ice Man
05.   Proposition
06.   Old
07.   Worm Whore
08.   See The Sun
09.   Motormeth
10.   Numero Dos
11.   Elogio
12.   Reaper Man
13.   Acehole
14.   House Of the Rising Sun

line up
parution
20 Novembre 2006

voir aussi
Brand New Sin
Brand New Sin
Recipe For Disaster

2005 - Century Media
  

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique