chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brand New Sin - Tequila

Chronique

Brand New Sin Tequila
Après avoir fait la fermeture du « Doggy Style » tous les soirs de la semaine depuis 2 mois, tu avais commencé à ressentir le besoin de changer d’horizon. Ton Levi’s commençait à sentir le cheval mort, et n’ayant pas davantage la force de laver tes habits que de te mettre à l’eau, tu avais besoin qu’on prenne soin de toi.

Heureusement, pas loin de ton Etat se trouve la frontière commune avec le Mexique, et à l’idée de pouvoir retrouver Maria et sa Tequila réputée dans toute la région, tes bollocks avaient rugies de plaisir. Entraînant Harry et Ted dans ton trip vers le Sud, vous étiez partis avec ta vieille Cadillac sur la Highway menant directement au Mexique.

Le soleil tapait fort, et la bière n’étant plus fraîche depuis longtemps, c’est carrément à la Tequila que vous avez attaqués le premier apéro du soir, affalés dans des fauteuils au bar du motel « El Chiquita de la Muerta, Tacos del Prada ». La tequila, tu la connais, c’est aussi traître qu’une maîtresse jalouse : au début on ne se doute de rien, et on se retrouve vite d’un coup au fond du caniveau à vomir ses tripes ou à regretter d’avoir menti à une femme possessive….


Le nouvel album de Brand New Sin est un peu du même acabit : au début il ne paie pas de mine, mais alors qu’on attend que la sauce prenne, on se retrouve soudainement avec une bonne gueule du bois, mais du genre agréable. Le groupe qui jouait si bien un bon vieux hard des familles, teinté d’influences blues et métal pas dégueus sur « Recipe for Disaster », n’a pas varié ou presque sa formule, si ce n’est cet habillage mexicain qui disparaît bien vite dès les premières notes de « Said and Done ». 13 titres, mêlant titres hards et courts interludes acoustiques (« Worm Hole », « Ice Man », « Acehole », « Elogio ») assurant les subtiles transitions entre les morceaux… et une reprise absolument géniale du standard « House of the Rising Sun », à la sauce Brand New Sin bien entendu.

« Tequila » est dans la continuité de son prédécesseur, avec un Joe Altier absolument magistral au chant, le bougre au physique de routier ayant définitivement une des voix les plus chaleureuses que j’ai eu l’occasion d’entendre. Il est dommage de devoir attendre la reprise de « House of the Rising Sun », pour l’entendre véritablement dévoiler son … organe, et se présenter comme un chanteur à la voix incomparable. J’espère avoir d’autres titres originaux du groupe dans le futur, lui laissant la même latitude à s’exprimer vraiment vocalement, parce qu’il y a véritablement de quoi faire un tube en or… Concernant les compositions faisant le reste de l’album, il manque ce coté furieusement accrocheur du précédent album, la plupart des titres étant agréables mais pas… mémorables. J’ai quand même repéré quelques perles, parmi lesquels « Old » (et son refrain réellement touchant), « See the Sun » (un single pour radios américaines, sans tomber dans le commercial pour autant) ou bien encore l’énergique « Motormeth »… Je regrette quand même la variété des titres de « A Recipe… », qui alternait intelligemment ballades acoustiques et gros titres de hard bien énergiques ; car ici l’album se veut plus riche en compositions et en énergie, mais est un peu plus indigeste et moins direct d’assimilation. Etonnante est l’apparition de Peter Steele, le Géant Vert de Type O Negative, sur « Reaper Man »… sa contribution modeste au refrain du morceau est assez anecdotique de toute façon.

Dans l’ensemble, « Tequila » est donc un bon degré en dessous de son prédécesseur, les titres m’apparaissant moins accrocheurs malgré le surplus d’énergie incontestable…je reviendrais plus souvent vers son prédécesseur, mais ce n’est pas un mauvais album pour autant. « Tequila » confirme en tout cas que Brand New Sin est un groupe à part au sein de l’écurie Century Media, moins métal et plus hard que leur panel habituel… et c’est tant mieux, aussi longtemps qu’ils sauront pondre des tubes aussi accrocheurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brand New Sin
Southern Hard Rock
2006 - Century Media
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (18)  6.75/10

plus d'infos sur
Brand New Sin
Brand New Sin
Southern Hard Rock - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Said and Done
02.   Did Me Wrong
03.   Spare The Agony
04.   Ice Man
05.   Proposition
06.   Old
07.   Worm Whore
08.   See The Sun
09.   Motormeth
10.   Numero Dos
11.   Elogio
12.   Reaper Man
13.   Acehole
14.   House Of the Rising Sun

line up
parution
20 Novembre 2006

voir aussi
Brand New Sin
Brand New Sin
Recipe For Disaster

2005 - Century Media
  

Dead Limbs
Spiritus/Sulphur
Lire la chronique
Predatory Light
Predatory Light
Lire la chronique
The Flight of Sleipnir
Skadi
Lire la chronique
Emptiness
Not For Music
Lire la chronique
Internal Suffering
Cyclonic Void Of Power
Lire la chronique
Hard Charger
Bad Omens
Lire la chronique
Goatmoon
Stella Polaris
Lire la chronique
Kickback
Cornered
Lire la chronique
Theosophy
Eastland Tales - Part II
Lire la chronique
Mors Principium Est
Embers Of A Dying World
Lire la chronique
Ekpyrosis
Asphyxiating Devotion
Lire la chronique
Angelcorpse
The Inexorable
Lire la chronique
Hour Of Penance
Cast the First Stone
Lire la chronique
Bilan 2016
Lire le bilan
Death Worship
Extermination Mass (EP)
Lire la chronique
Barren Earth + Insomnium + Wolfheart
Lire le live report
Wędrujący Wiatr
O turniach, jeziorach i no...
Lire la chronique
Niedergang
Átszellemülés
Lire la chronique
Putrid Pile
Paraphiliac Perversions
Lire la chronique
Cursed
III: Architects of Troubled...
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Mnemeed
Lire le podcast
Obed Marsh
Înnsmouth
Lire la chronique
Kladovest
Ignitiate
Lire la chronique
Motörhead
Inferno
Lire la chronique
Disposal Of The World - European Tour 2017
Defeated Sanity + Putrid Pile
Lire le live report
Totten Korps
Supreme Commanders Of Darkness
Lire la chronique
Ramesses
Misanthropic Alchemy
Lire la chronique
Dehumanized
Beyond The Mind
Lire la chronique
Mono
Requiem for Hell
Lire la chronique
Purgatory
Ωmega Void Tribvnal
Lire la chronique