chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Thyrfing - Vansinnesvisor

Chronique

Thyrfing Vansinnesvisor
« Vansinnesvisor » marque un changement de cap intéressant dans la carrière de Thryfing, laquelle carrière peut être décomposé en trois périodes : les deux premiers albums, très Viking Metal dans l’esprit, avec un clavier omniprésent qui distillait de petites mélodies tantot guillerettes et parfois épiques, histoire de bien retranscrire l’ambiance des combats… puis des orgies là haut dans le Valhalla.
« Urkfraft » était à lui seul une période entière, car marquant la transition entre les débuts enjoués du groupe, et une certaine maturité qui transparaissait déjà certaines compos, plus « sérieuses » tout en gardant un aspect éminemment accrocheur.
Et arriva alors « Vansinnesvisor », qui marqua pour Thyrfing l’age de la maturité : fini l’aspect festif, qui me faisait parfois comparer le groupe à un Finntroll en plus sérieux, Thryfing est devenu un groupe beaucoup plus sombre… porteur d’une « vibe » black métal toujours présente mais qui se ressentait désormais davantage.

« Vansinnesvisor » n’est pas un album qui marque aux premières écoutes. Il est même permis de passer à coté un bon moment avant de vraiment s’intéresser à son cas. Mais une fois l’effort pris de s’immerger dans ces 8 compos assez complexes, non pas en termes de structures mais de recherche sonore, l’on s’aperçoit de la richesse du nouveau Thryfing.
Thomas Väänänen est devenu avec le temps un grogneur d’excellente, le chanteur de black le plus proche d’un Troll enragé que je connaisse (oubliez définitivement Finntroll, ici le Troll ne dance pas, il arrache les bras à la volée) ; le souhait de garder le Suédois dans pratiquement tous les textes y ajoute un exotisme très agréable.

Musicalement, Thryfing a toujours été ancré dans le heavy, les blasts furieux du black n’étant que rarement présents : cela se confirme sur « Vansinnesvisor », qui est on ne peut plus heavy dans ses (mid) tempos, mais gardant des riffs au caractère très particulier et qui sont à des années lumières d’une joyeuseté quelconque… Le clavier, qui marquait les mélodies festives sur les débuts du groupe, intervient un peu plus rarement ici, même si on le retrouve toujours en appui sur des titres comme « Draugs Harg » ou « Kaos återkomst». Cependant, ce sont surtout les guitares, portant des riffs franchement terribles, et le chant de Thomas, qui font l’essentiel de la musique de Thryfing. Difficile de décrire davantage ce son sans être tenté de vous diriger directement vers le site MySpace du groupe, tant Thryfing a un style particulier…

Les moments de bravoure de cet album sont en tout cas nombreux, une fois que l’on s’est imprégné de l’album. J’en veux pour preuve le superbe final de « Digerdöden » , les chœurs valeureux de « Världsspegeln », soutenu par une mélodie lancinante et sonnant comme l’appel à l’aide d’une horde de guerriers ; que dire de négatif sur les alternances instrumentales d’un « The Voyager » et son refrain headbanguant au possible; ou les quelques passages acoustiques de « Världsspegeln » et la fin instrumentale de « Kaos Aterkomst » … Chaque titre sonne de façon très homogène, et quelque soit le choix des arrangements effectués par le groupe ils sont toujours judicieux et font véritablement voyager l’auditeur vers les lointaines contrées Nordiques, dans des moments magiques comme l’introduction d’ « Ångestens högborg », une magnifique mélodie jouée sur un « keyed fiddle », autrement dit un instrument typique Suédois au son très particulier…

La production n’a pas été confiée à n’importe qui, vu que c’est Daniel Bergstand (In Flames, SYL…) qui donne ici un son énorme aux guitares et à la batterie ; quand à l’artwork je vous assure que l’intérieur du livret est aussi magnifique que la pochette ci-contre.

Thryfing relève donc haut la main le défi de changer d’optique musical avec ce « Vansinnesvisor » : jouant une musique plus mature et plus sombre qu’habituellement, sans renier pour autant ses racines Viking Metal, le groupe prouve son talent et le confirmera encore avec l’excellent successeur de cet album… Une valeur sure.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Christliar citer
Christliar
25/02/2007 15:28
note: 7/10
Ca fait longtemps que j'ai envie de découvrir Thryfing, c'est maintenant chose faite avec ce très agrable album. J'aime beaucoup Angestens Hogborg et son "keyed fiddle" magnifique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thyrfing
Viking Metal
2002 - Hammerheart Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (15)  7.82/10

plus d'infos sur
Thyrfing
Thyrfing
Viking / Folk Metal - 1995 - Suède
  

tracklist
01.  Draugs harg
02.  Digerdöden
03.  Världsspegeln
04.  The Voyager
05.  Ångestens högborg
06.  The Giant's Laughter
07.  Vansinnesvisan
08.  Kaos återkomst

Durée : 43 min.

line up
voir aussi
Thyrfing
Thyrfing
Farsotstider

2005 - Hammerheart Records
  
Thyrfing
Thyrfing
Urkraft

2000 - Hammerheart Records
  
Thyrfing
Thyrfing
De Ödeslösa

2013 - Noiseart Records
  
Thyrfing
Thyrfing
Hels Vite

2008 - Regain Records
  
Thyrfing
Thyrfing
Valdr Galga

1999 - Karmageddon Media
  

Essayez aussi
Amon Amarth
Amon Amarth
Versus The World

2002 - Metal Blade Records
  
Turisas
Turisas
Battle Metal

2004 - Century Media Records
  
Týr
Týr
Eric The Red

2006 - Napalm Records
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Avenger

1999 - Metal Blade Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Voimasta Ja Kunniasta

2001 - Spikefarm Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report