chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gorod - Leading Vision

Chronique

Gorod Leading Vision
Gorod. Il y a avait longtemps qu'un groupe (français qui plus est) ne m'avait autant enthousiasmé. Peut-être depuis Gojira et leur « Terra incognita » il y a de cela 6 ans. En effet Gorod est indubitablement mon coup de cœur du moment.
J'ai découvert le groupe, ou plutôt sa musique, en voguant au hasard sur le net, même si ce nom ne m'était pas totalement inconnu. Et c'est pourtant le cas malheureusement pour trop de monde ! Il était temps que cela cesse ! C'est pourquoi tel un zorro du métal, je m'en vais réparer ce tort grâce à cette chronique (et l'interview qui va avec) aussi affûtée que la pointe d'une épée. Alors j'espère que tu ne tiens pas trop à ce beau t-shirt, car je le signerai à la pointe de ma chronique, d'un « G » qui veut dire…gros débile.

Bon, trêve de galéjades, je suis là pour vous parler de Gorod ; et comme je le disais plus haut, malgré le fait que nos 5 compères soient originaires de Bordeaux, et en dépit de la qualité évidente de leur musique, on ne peut pas dire que le nom de Gorod soit sur toutes les lèvres, comme peut l'être celui de Gojira par exemple. Et pourtant dieu sait qu'ils le mériteraient ! Dès leur premier album « Neurotripsicks » sorti chez Deadsun Records en 2004, on perçoit le talent du groupe qui est aussi flagrant que le nez au milieu de la figure d'Eddy Mitchell. Ce premier effort faisait déjà preuve d'une maîtrise instrumentale et d'un sens de la composition assez impressionnants. Ceci n'a d'ailleurs pas échappé au label américain Willowtip qui en a acquis les droits et a ressorti une version agrémentée de 2 titres bonus.

Ce « Leading Vision » est donc le deuxième album de Gorod, toujours pas distribué en France soit dit en passant…Le gros point fort de Gorod, ce qui personnellement m'a directement séduit, c'est la capacité du groupe à jouer un death metal, certes (très) technique, mais qui reste toujours compréhensible et surtout énormément accrocheur ! Rien n'est superflu dans la musique de nos bordelais, rien n'est jamais fait dans une optique technique pure. Tous les éléments sont savamment dosés pour aboutir à des compositions qui possèdent une énergie communicative et un groove phénoménal. Gorod a trouvé le juste milieu, le parfait équilibre entre la technicité et la brutalité. "Here die your gods » qui ouvre l'album est en cela un parfait exemple : on commence avec un riff typique death metal technique sur une alternance blast/rythme thrash, puis à 47" première manche de secouage de cheveux ; et hop on est reparti de plus belle. Et puis d'un coup tac un petit break et à 2'08 on remet un coup de séchoir avec un riff à faire headbanger ta grand-mère, accompagné d'un solo tout en toucher à l'image du reste de la musique : technique certes, mais sans tomber dans la démonstration. Bref vous l'aurez compris avec Gorod impossible de s'ennuyer. Les compos sont très travaillées sans pour autant proposer 47 riffs par chanson et sont finalement assez rapidement assimilables et c'est aussi à ça qu'on reconnaît le talent du groupe : savoir toujours rester dans la juste mesure. Au fur et à mesure des titres on saura également apprécier une basse bien présente mais qui sait surtout tantôt se faire discrète, tantôt passer au premier plan avec des petits gimmicks particulièrement bien sentis.

Pour autant, le simple fait d'avoir un bon dosage entre technique et brutalité ne fait pas à lui seul un bon album. C'est pourquoi je vous parlerai maintenant de la qualité intrinsèque de la musique de Gorod, ce que je me dois d'appeler « le talent », le fait de trouver LE riff accrocheur ou LA mélodie qui fait mouche. Et question mélodies on est également bien servi tant certaines sont imparables : je pense par exemple à la partie mélodique récurrente de « Blackout » (à 0'35 et à 3'14) ou encore au riff absolument génial (il n'y a pas d'autre mot) de « Chronicle from the stone age » (certainement l'une des meilleurs compos du groupe pour moi) ou encore ce passage à 1'49. Il serait de toute façon impossible et inutile de toutes les citer…
Bref ce « Leading Vision » est bourré de qualités et regorge de passages certains très accrocheurs (impossible d'en citer un plus qu'un autre. Mais bon histoire de me contredire (oui, je suis con) je citerai le début de l'excellente « Sate of Secret ») d'autres plus en toucher, presque planants parfois (le petit moment à 1'36 de « Chronicle from the stone age »). Inutile de préciser que le niveau des deux gratteux Arnaud et Mathieu est assez impressionnant (je les soupçonne même d'en garder volontairement un peu sous le pied), tant au niveau des riffs que des soli. Tout est ultra carré, y'a pas une couille qui dépasse. Je tiens d'ailleurs à insister également sur la qualité des soli, tous très bien sentis, toujours parfaitement intégrés dans la structure des chansons et loin d'être un assemblage de bouts de gammes comme on le voit parfois. Sandrine derrière les fûts (oui tu as bien lu, et alors ? Ca te bouscule dans ton slip ?) assure comme une chef sa part de la rythmique en alliant les classqiues blasts aux parties plus thrash. Mais attention, ici pas de blasts à 358 bpm, non pas de surenchère phallique, une fois de plus ce n'est absolument pas le propos de Gorod. La batterie mise une fois de plus, comme le reste, sur l'efficacité. Comme je le disais plus haut, Ben à la basse nous gratifie de moments vraiment jouissifs, avec de petite incursions au premier plan dont la justesse du placement n'a d'égal que la qualité propre. Guillaume quant à lui évolue dans un style plutôt guttural, quoiqu'un peu plus rauque que sur « Neurotripsicks », se réservant toujours quelques passages plus « porcins » et toujours un bon petit hurlement de temps en temps (on ne va pas perdre les bonnes habitudes non mais !). La production est très bonne tout comme le mixage et l'on peut noter quelques différences par rapport au premier opus des bordelais : tout d'abord comme je viens de le dire, la voix sonne un peu plus rauque et paraît un poil plus en retrait, tout comme la batterie dont la caisse claire claquait comme un fouet sur « Neurotripsicks ». Les guitares sonnent un peu moins thrash, moins saturées, et la basse est plus audible, on ne va pas bouder notre plaisir ! Bref le tout est ici plus homogène.

La dernière fleur que je lancerai à Gorod (ah non pardon, l'avant dernière) c'est qu'au final leur musique évoque des tas de styles, sans se cantonner au death technique. On pensera évidemment à Cynic ou à Death parfois, un peu à Spawn of Possession, mais également à des groupes plus thrash comme Coroner par exemple. On retrouvera même un petit côté très rock n' roll dans la dansante « Hidden genocide » et sa fin à la Django Reinhardt. Et je ne vous parle pas des légères influences jazzy qui laissent parfois pointer le bout de leur nez…
Le dernier bon point (et j'en aurai terminé promis) concerne l'artwork vraiment très soigné et recherché, faisant référence aux paroles qui traitent de…qui parlent de…ben allez lire l'interview je pense que ce sera plus clair. Et ça m'évitera d'écrire encore une page parce que là je commence à avoir mal au poignet…(non non je ne parlais pas de ça espèce de petit coquinou ! Tu as les idées très mal placées…).

In fine vous l'aurez compris Gorod est vraiment mon coup de cœur de l'année 2006 ! Alors je n'aurai qu'une seule chose à vous dire pour terminer : jetez-vous dessus et mangez-en ! C'est tellement bon !

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

16 COMMENTAIRE(S)

Saikicekon citer
Saikicekon
16/05/2009 14:51
note: 8/10
Les 2 nouveaux titres en écoute sur Myspace sont terribles !!!
Le nouvel album prévu pour juin prochain risque d'être une vrai tuerie.
von_yaourt citer
von_yaourt
10/10/2007 12:44
note: 8/10
J'ai connu le groupe avec cet album (même si j'avais déja écouté le gorgasm français, enfin bref, je me comprends), et si cet album est très bon, je lui préfère le précédent, beaucoup moins saccadé. Mais bon, chronicle from the stone age est probablement leur meilleur morceau.
Saku' citer
Saku'
09/10/2007 23:37
note: 9/10
Cet album tourne chez moi depuis Mars, une vrai tuerie, je m'en lasse pas du tout ! :respect:

Vivement le prochain Headbang
cglaume citer
cglaume
01/07/2007 23:26
note: 9.5/10
STOG a écrit : Une vraie claque !!! Très bonne découverte !!!
Merci Cyril ;-)


You're welcome my dear !
... Dommage que tu n'accroches pas autant sur WHOURKR Clin d'oeil
citer
STOG
01/07/2007 22:18
Une vraie claque !!! Très bonne découverte !!!
Merci Cyril ;-)

cglaume citer
cglaume
16/03/2007 09:14
note: 9.5/10
Fabuleux !!
citer
Sakuragi
14/01/2007 12:59
Après avoir lu la chro', écouter les titres de leurs myspace, je me suis acheté l'album! Et c'est vraiment excellent, ca s'écoute tout seul.
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
08/01/2007 19:51
Bah quoi ? Je dis juste que c'est cool de voir une fille ailleurs que sur une pochette. Après j'ai pas dit qu'elle était bonne batteuse. Non mais!
Niktareum citer
Niktareum
08/01/2007 15:06
note: 9/10
usinedelapeur.arnaud a écrit : Les extraits en écoute sur myspace me donne bien envie d'acquérir cet album.
C'est vraiment sympa, très technique mais pas chiant. Il y a des petites mélodie qui me font penser à Cynic, puis j'accroche bien à la voix.
Encore un e belle découverte pour ma part.

Vivement que Relapse reçoive à nouveau des exemplaires pour que je puisse passer commande.

Tu peux aussi le commander par Willowtip! Clin d'oeil


@Kleym: dis surtout pas ça à Silenced Self!! Mr Green
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
07/01/2007 21:51
Les extraits diffusés sur myspace sont bien sympa et pour une fois que c'est une congénère derrière les fûts, ça fait plaisir! Après je dis pas que c'est mieux !
citer
usinedelapeur.arnaud
07/01/2007 16:30
Les extraits en écoute sur myspace me donne bien envie d'acquérir cet album.
C'est vraiment sympa, très technique mais pas chiant. Il y a des petites mélodie qui me font penser à Cynic, puis j'accroche bien à la voix.
Encore un e belle découverte pour ma part.

Vivement que Relapse reçoive à nouveau des exemplaires pour que je puisse passer commande.
Keyser citer
Keyser
04/01/2007 20:05
note: 8/10
Une excellente surprise pour ma part! Le groupe a bien trouvé l'équilibre entre technicité pure et groove accrocheur. Ca fait plaisir de voir un groupe français pondre ce genre d'album. Bravo les gars!
citer
Darkclem
03/01/2007 22:50
Groupe incontournable de la scéne bordelaise,c'est vraiment efficace et original ce qu ils font, ils meriteraient plus de reconnaissance en france.Si ils passent prés de chez vous je vous conseille d'aller les voir en plus ils sont hyper sympas!!!
Gobbos citer
Gobbos
01/01/2007 18:38
note: 9/10
Gobbos aime ce groupe.

Gobbos a parlé.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
01/01/2007 15:39
note: 8/10
Encore réécouté une fois et toujours le même constat:
La batterie me rebute globalement, elle prétend ne pas vouloir faire une course à la vitesse pour mieux groover, mais justement son jeu est pile entre j'en fais pas assez pour tout écraser et le j'en met trop ce qui empêche le groove. Il y a trop de passages ou j'ai l'impression d'entendre un métronome.
C'est vraiment con parce que je suis bien fan des guitares et de la basse.
Charles citer
Charles
01/01/2007 01:00
les extraits dispo sur leur page Myspace sont très bons, je vais jeter un oeil là dessus!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Gorod
Death metal technique
2006 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (25)  8.6/10
Webzines : (5)  8.7/10

plus d'infos sur
Gorod
Gorod
Death Metal Technique - France
  

tracklist
01.   Here Die Your Gods
02.   Thirst For Power
03.   Blackout
04.   Chronicle From The Stone Age
05.   Life Controller
06.   Edaenia 2312
07.   State Of Secret
08.   Eternal Messiah
09.   Obsequium Minaris
10.   Hidden Genocide

Durée : 42'52

line up
voir aussi
Gorod
Gorod
A Perfect Absolution

2012 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Process Of A New Decline

2009 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Transcendence (EP)

2011 - Autoproduction
  
Gorod
Gorod
Neurotripsicks

2005 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Arsis
Arsis
A Diamond For Disease (EP)

2005 - Willowtip Records
  
Emeth
Emeth
Insidious

2004 - Brutal Bands
  
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave
When Legends Become Dust

2009 - Sumerian Records
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Psalms Of The Moribund

2007 - Grindethic Records
  
Origin
Origin
Entity

2011 - Nuclear Blast
  

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique