chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Disgust - Years Of Torment

Chronique

Disgust Years Of Torment
Putain que ça faisait longtemps que j'avais pas pondu une chronique! Je sais que je vous ai manqué amis lecteurs, ne dîtes pas le contraire! Vous me direz que parler de soi dès l'introduction peut sembler narcissique et vous n'aurez pas tort, mais nous ici à Thrashocore, le webzine qui vaut son pesant d'or, on est comme ça, on se la pète et on aime ça!

Donc oui j'aime parler de moi mais j'aime aussi parler musique, on est là pour ça au départ après tout. Et donc on va parler d'un petit groupe canadien, Disgust (à ne pas confondre avec nos nationaux) qui nous vient non pas du Québec pour une fois mais de l'Ontario. Formé en 2000, le groupe prend son temps (ou a du mal au choix) et sort sa 1ère démo seulement en 2004. Disgust enchaînera par contre la même année sur un full-length, Years Of Torment, comme quoi!

Et la question qui tue bien sûr, c'est un groupe de quoi Disgust? Un indice: c'est marqué en haut à droite! De toute façon j'allais pas revenir sur une chronique de Marilyn Manson hein?! Donc pour résumer, Disgust fait dans le death métal, la musique la plus pure qui soit. Et Disgust trouve son inspiration principalement chez Cannibal Corpse. On y retrouve les riffs vicieux et l'atmosphère old school lourde et oppressante (ouch la fin presque doom de "Years Of Torment"!) qui ont fait le succès de The Bleeding. Et l'auditeur ressent toujours la même envie d'headbanguer furieusement face à ces riffs certes pas très inventifs mais ô combien efficaces et accrocheurs. On remarquera d'ailleurs un sens prononcé du groove chez les Canadiens, qui vont même jusqu'à balancer une énorme mosh part à la Devourment sur "Illegal Consumption". Ultra jouissif! Ce qu'il y a de bien aussi avec Disgust, c'est les soli, les mecs aiment ça et ne s'en privent pas, toujours 2-3 par morceaux. Alors c'est sûr c'est pas du Malmsteen (et heureusement d'ailleurs :p) mais il y a du feeling, c'est plutôt bien exécuté et ça donne de la saveur aux morceaux. Le côté chaotique colle bien aux titres en plus.

Mais Disgust n'est pas une énième copie de Cannibal Corpse, d'autres influences venant étoffer son registre et lui conférer une certaine personnalité. Du thrash et du hardcore principalement, ou plutôt du deathcore. On en retrouve dans certaines rythmiques et certains riffs mais également dans une des voix, hurlée bien grave de pitbull. Oui "une des" parce que ce que je n'ai pas encore dit c'est que Disgust sait bien varier de ce côté et nous propose 3 types de vocaux: le chant hardcore donc, un chant plus criard et des bons gros growls bien glaireux.

Rien de révolutionnaire dans ce Years Of Torment mais on s'en branle parce que c'est joué avec conviction et il est indéniable que Disgust a du talent. L'album est en plus autoproduit par le propre label du groupe et bénéficie d'une production excellente, ni trop léchée, ni trop underground, qui fait agréablement ressentir qu'on a bien à faire à une formation de death (des samples de films sont aussi là pour renforcer l'atmosphere horrifique). Un groupe très sympathique qui n'attend que d'être découvert alors n'hésitez pas!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

DR.Jkl citer
DR.Jkl
16/01/2007 23:20
Aaah ça fait plaisir de retrouver des chros de groupes un peu virils Mr Green
Les extraits sont sympas, effectivement ça fait bien penser au côté "gluant" de The Bleeding Headbang
citer
Sakuragi
16/01/2007 23:16
bah ayé enfin tu refais des chro! Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
16/01/2007 22:34
Du son sur le MySpace du groupe!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disgust
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Disgust
Disgust
Death - Canada
  

tracklist
01.   Shot In The Face
02.   Self Hell
03.   Hate With Hatred
04.   Optical Vein
05.   Negativity
06.   A Penis Named Hate
07.   Illegal Consumption
08.   Sledgehammer Death
09.   Necrophuck
10.   Mug Shot
11.   Years Of Torment

Durée : 43'45

line up
voir aussi
Inveigh / Disgust
Inveigh / Disgust
Bleed The Gemini (Split-CD)

2005 - Big Metal Records
  
Disgust
Disgust
Slicing And Bleeding Until The Bones Crack (Compil.)

2006 - Big Metal Records
  

Essayez aussi
Vader
Vader
The Empire

2016 - Nuclear Blast
  
Scarve
Scarve
Irradiant

2004 - Listenable Records
  
Fleshdoll
Fleshdoll
[w.o.a.r.g]

2005 - Autoproduction
  
Kataklysm
Kataklysm
Serenity In Fire

2004 - Nuclear Blast
  
Gojira
Gojira
Terra Incognita

2001 - Next Music / Boycott
  

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique