chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rotting Christ - Theogonia

Chronique

Rotting Christ Theogonia
Exactement 3000 ans, 56 jours, 32 heures et 89 secondes avant notre ère, Zeus convoqua tout les habitants du Mont Olympe à le rejoindre à sa table. Un grand banquet était organisé, avec ambroisie à volonté, et où l'hydromel coulerait à flot. Ce qu'ils fêtèrent ? Personne ne le sait. Certains supposent que ce n'était qu'une des innombrables orgies des dieux pour tromper leur ennuie. Mais cette fois-ci, une aventure singulière se déroula. Ce secret, ma famille se le transmet de génération en génération : ainsi, je le tiens de mon père, qui le tient de son père avant lui, qui le tient de son père avant lui, qui le tient de son père avant lui, qui le…QUELQUES HEURES PLUS TARD… et qui lui aussi, le tient du cousin de sa tante Cunégonde, fille de l'archiduchesse d'Hérodote de Scythie. Bref, soyez attentifs, cette histoire comporte les clés de la compréhension de la recette du Gloubiboulga, recette millénaire.

Avec les cartons d'invitation que Zeus envoya à ses femmes, frères, sœurs, pères, mères, amies et autres protagonistes, se trouvait l'ordre de venir au banquet accompagné d'un présent symbolisant leur attribut. C'est ainsi qu'Athéna arriva avec sa célèbre armure, arborant fièrement l'inscription « Si vis Panem, para Avoinum ». Héra arriva avec un paquet des toutes dernières couches Pampers, Aphrodite avec le nouveau porte-jarretelles de J'enpôle Goth-Yé. Poséidon apporta une fourchette révolutionnaire avec seulement trois dents, Arès un composé chimique permettant d'améliorer le napalm, et Héphaïstos des allumettes se consumant une minute de plus. Chaque invité arrivait à leur tour avec leur cadeau pour Zeus, lorsque Apollon arriva, avec, comme à son habitude, un retard de quelques demi-lunes.

Zeus, se fâcha tout rouge, car en pleine mastication d'un sanglier rôti, devant cet être insolent arrivant comme un cheveu sur de la cervoise.

« Gniifouf ?! Gkrnid przzztbrounch dprèkillamhhppfff ? » hurla-t-il alors.

C'est alors que sa femme bien aimée et cocue, Héra, lui fit remarquer qu'il serait peut-être plus pratique d'avaler sa bouchée avant de parler. Zeus s'exécuta (et pensa que c'était bien une réplique de femme, ça), et lui offrit un petit cube de fromage de sa conception pour la remercier. L'apéricube était né. Il reprit la parole et dit alors :

« Je disais donc : comment ?! C'est à cette heure-là que t'arrives ? »

Apollon, répondit effrontément : « Oui, c'est à cette heure-là que j'arrive. »

Un long silence se fit alors sur le banquet. Toute discussion fut interrompue. Tous les dieux, déesses, anges et suppôts de Sitoire (le nom grec de Satan) fixèrent leur regard sur les deux divinités.

Zeus : « Qu'as-tu à dire pour ta défense, jeune éphèbe ? »

Apollon : « Il se trouve que si j'ai autant tardé, ce n'était que pour t'apporter un cadeau qui te ressemblerait tant par la beauté, la puissance, et l'émotion qui s'en dégagent. J'ai arpenté les montagnes de Scythie, la Thrace, la Mésopotamie. Je me suis rendu chez les Mèdes et les Hittites (ils sont fous ceux-là). Mais au final, c'est sous nos pieds, en plein pays hellène que j'ai découvert ce présent. Ce sont quatre poètes et musiciens grecs, qui viennent de composer leur dixième histoire. Celle-ci saura te plaire, ô Zeus, tant par son côté épique et guerrier, digne de ta foudre, mais par le fait qu'elle est entièrement dédiée à ta puissance. »

Zeus : « Si ce que tu dis est vrai, Apollon, alors tu seras recouvert d'or, sinon, tu seras recouvert de merde. Héraclès, fiston, vient donc nous interpréter ce recueil musical, en attendant que j'invente la chaîne Hi-Fi. »

Héraclès : « Euh, d'accord papa. »

Zeus : « Bon garçon. Tiens, voilà un os pour te récompenser. »

Une heure passa. Un grand silence suivit. Apollon prit alors la parole.

Apollon : « Ô grand Zeus, ressens-tu toutes les merveilles qui se distillent lors de cette écoute ? Ne ressens-tu point l'incroyable sentiment de puissance développé par les leads mélodiques des guitares, par le croisement d'un chant rageur et de chœurs incantatoires ? N'as-tu pas l'impression de revivre la genèse de notre Panthéon ? Lorsque j'écoute ces mélodies, j'ai l'impression que c'est toi, ô Dieu parmi les dieux, qui leur a insufflé ton esprit créateur ? »

Zeus : « Je te suis sur tous ces questionnements, Apollon, mais tu oublies quelque chose : c'est toi qui est le Dieu de la musique parmi nous. Je me trompe ? Oseras-tu dire que je me trompe ? »

Apollon : « Non Zeus, tu ne trompes pas. J'avais seulement oublié à quel point j'étais surpuissant, et que je pouvais inspirer des idées si grandioses. »

Zeus : « Petit garnement va. J'apprécie particulièrement certaines compositions, notamment l'enchaînement des deux premiers titres, The Sign of Prime Creation et Keravnos Kivernitos. On croirait entendre ma Foudre Divine résonner dans l'air. Ce souffle épique me fait vibrer l'échine et m'hérisse la pine ! Ce style musical que pratiquent ces troubadours, l'acier noir, ne ressemble pas aux autres productions du style. Les mélodies sont bien plus présentes que dans bon nombre de groupes de ce style : ils semblent avoir diluer leur vin avec de l'hydromel ! Les soli font montre d'un sens musical qui sait me toucher, et il n'est pas rare que leur musique drague d'autres genres, comme le Heavy ou, de manière moins marquée, le Gothic. Ils ne sont pas d'ailleurs sans me rappeler deux groupes mésopotamiens : Melechesch et Orphaned Land. La voix féminine sur Enuma Elish me renvoie au second, tandis que la mélodie jouée au mélodica sur Nemecic me renvoie au premier ! Ah, cela me fait me remémorer les batailles de la guerre de Troie ! Héra, n'était ce pas un épisode de notre histoire des plus jouissifs ? »

Héra : « Oh oui, Zeus, quelle marade ! »

Zeus : « La ferme, femme, personne ne t'a demandé ton avis. Quant à toi Apollon, je suis plus que satisfait de ton présent, bien que certains passages soient plus faiblards que d'autres, notamment sur He, The Aethyr ou Helios Hyperion, où les riffs semblent dénués d'inspiration, et le break plagié sur Fuel for Hatred des Scandinaves de Satyricon. J'en parlerai d'ailleurs avec Thor, il se peut qu'il soit néanmoins intéressé. La voix aussi manque parfois de puissance et de hargne, comme si le combat affaiblissait ce guerrier. Mais je suis clément, et je saurai leur pardonner ces talons d'Achille. Tu mérites l'or que je t'ai promis, Apollon ! Cependant, une question me taraude : le nom du groupe, Rotting Christ, que peut-il bien signifier ? Qui est ce Christ ? Et ai-je donner mon accord pour un barbecue d'un être inconnu ? Parle, Apollon ! »

Apollon : « Je ne sais pas, Zeus. Peut-être un personnage dont la renommée ne nous a pas encore atteint, ou le webmaster d'un journal sur papyrus gaulois, Thrashocore, je ne saurai te dire. Dans tous les cas, je peux t'affirmer une seule chose : j'ai faim ! »

Zeus : « Alors, à table ! Que tout le monde se goinfre, se baffre, s'enivre ! Que tout le monde partouze et copule ! »

Les dieux : « Aaaaah ! Voilà qui est bien parlé ! »

Apollon : « Zeus ? »

Zeus : « Oui ? »

Apollon : « Tu as un bout d'ambroisie sur la joue ! »

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con !
Chroniques à la con !
Février 2007
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
27/08/2008 15:53
note: 7.5/10
Grosse baffe à sa sortie, je ne peux maintenant l'écouter que périodiquement.

scabbycoco citer
scabbycoco
27/08/2008 14:28
Enormissime cet album, peut-être dans leur top 3!
NightSoul citer
NightSoul
26/08/2008 19:59
note: 9/10
L'un des meilleurs album de 2007 tout simplement^^
cultissime!
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
08/02/2007 12:05
note: 7.5/10
Superbe chronique !
Et superbe album !
Dead citer
Dead
08/02/2007 08:35
Excellent Hail
Ant'oïn citer
Ant'oïn
08/02/2007 01:02
CULTE !!! Hahahaha exellent, ça donne envie d'écouter je vais me lancer tiens.

(putain et la je suis connecté, je vous assure j'y comprend rien !!!)
Stygian citer
Stygian
08/02/2007 00:30
note: 8/10
Marrante la chro Clin d'oeil.

D'accord avec la note aussi. Une des meilleurs sorties de ce début d'année, vivement les concerts.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rotting Christ
Heavy Black Metal
2007 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (17)  8.76/10
Webzines : (23)  8.6/10

plus d'infos sur
Rotting Christ
Rotting Christ
Black Metal Orchestral Ritualiste - 1987 - Grèce
  

vidéos
Enuma Elish
Enuma Elish
Rotting Christ

Extrait de "Theogonia"
  

tracklist
01.   The Sign of Prime Creation
02.   Keravnos Kivernitos
03.   Enuma Elish
04.   Gaia Tellus
05.   Helios Hyperion
06.   Nemecic
07.   He, The Aethyr
08.   Phobos' Synagogue
09.   Rege Diabolicus
10.   Threnody

line up
parution
22 Janvier 2007

voir aussi
Rotting Christ
Rotting Christ
Aealo

2010 - Season Of Mist
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Khronos

1999 - Century Media
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Kata Ton Daimona Eaytoy

2013 - Season Of Mist
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Sleep Of The Angels

1999 - Century Media
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Rituals

2016 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Melechesh
Melechesh
Emissaries

2006 - Osmose Productions
  
Satariel
Satariel
Hydra

2005 - Regain Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Godspeed On The Devil's Thunder

2008 - Roadrunner Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Midian

2000 - Music For Nations
  
Naumachia
Naumachia
Wrathorn

2005 - Empire Records
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique