chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vital Remains - Icons Of Evil

Chronique

Vital Remains Icons Of Evil
« Dechristianize » a clairement marqué un tournant dans la carrière de Vital Remains. Tournant sur le plan musical autant que professionnel. Musicalement l'album marquait une progression dans la brutalité, leur musique s'affirmant plus brutal death et par conséquent un peu moins "variée" qu'auparavant, et professionnellement l'arrivée au micro de Glen Benton a contribué pour beaucoup au regain de notoriété du groupe. En effet, la venue du beugleur de Deicide a permis au groupe de Rhode Island d'avoir un nombre plus conséquents de projecteurs braqués sur eux et dès lors de sortir du manque relatif de notoriété dans lequel le groupe se trouvait depuis des années et ce malgré des albums d'une qualité évidente.

C'est donc avec une grande impatience que j'attendais ce « Icons of Evil », curieux de voir (ou plutôt d'entendre) ce que les ricains nous réservaient pour cette nouvelle offrande. La réponse à ma curiosité ne mis pas très longtemps à venir. De fait dès l'écoute de l'intro et du premier titre « Icons of evil » on sait à quoi on a affaire (ou du moins on s'en doute fortement) tant la ressemblance avec « Dechristianize » est flagrante. Le son est quasi le même (caisse claire et voix très en avant), le type de riffs est le même, la construction des chansons est la même. Rien de bien étonnant me direz-vous, c'est le même groupe ! Certes, mais durant mes premières écoutes ce côté « Dechristianize bis » tellement énorme m'a personnellement un peu gêné. Sans remettre en cause la qualité intrinsèque de ce nouvel opus, je fus quand même un peu déçu par ce manque d'évolution évident, l'album ne réservant au final aucune surprise.

Certes Vital Remains joue bien, très bien même. Le niveau technique proposé ici est absolument irréprochable. Notamment, et une fois de plus, grâce à Dave Suzuki qui nous montre encore une fois s'il en était besoin toute l'étendue de son talent. Que ce soit à la batterie derrière laquelle il n'a de cesse d'asséner des blasts d'une violence imparable et des roulements de double incessants, ou alors à triturer le manche de sa guitare pour en sortir des riffs en béton armé ou encore des soli à faire pâlir plus d'un gratteux sur cette planète (on en a aussi la démonstration grâce à la dernière piste « Disciples of hell », reprise de la guitare-heroïne Yngwie Malmsteen, assez surprenante et plutôt bien foutue, dans laquelle Suzuki s'en donne à cœur joie). Benton quant à lui est comme à son habitude, égal à lui même, rien d'extraordinaire, une voix puissante (que personnellement j'apprécie) et de temps en temps quelques petits égarements plus gutturaux ( à la fin de « Born to rape the world ») ou quelques petits effets dans la voix (« Scorned »).
« Eh ben alors ! Qu'est-ce que t'as à râler ? » me direz-vous. Et bien malgré un bon nombre d'écoutes supplémentaires et malgré des compositions d'une qualité, en soi, irréprochable, reste toujours cette impression d'écouter « Dechristianize part 2 », comme le dit si bien Alexis dans sa chronique chez un de nos concurrents préférés « Vital Remains nous propose du Vital Remains, ou plutôt du « Dechristianize » ». Et c'est un peu dommage au regard du potentiel du groupe, qui a clairement décidé (ça c'est à cause de Benton !) de se reposer sur ses lauriers. L'arrivée du frontman de Deicide a été une très bonne chose pour le groupe (« Dechristianize » est quand même un putain d'album, et ils ont gagné en notoriété) mais il ne faudrait pas que cette reconnaissance nouvelle enferme les américains dans une impasse qui consisterait à ne plus du tout se renouveler pour assurer leurs arrières et sortir tous les 3 ans le même album.

Bon si vraiment on me mettait le couteau sous la gorge pour trouver quelques différences entre ce petit nouveau et son illustre prédécesseur, je dirais que globalement ce « Icons of Evil » est peut-être encore plus brutal que « Dechristianize », les mélodies s'y faisant un peu plus discrètes et moins épiques que sur « Dechristianize » (la chanson) ou « Entwined by vengeance » par exemple. Attention, il en reste quand même et elles sont toujours accrocheuses (« Scorned », « In infamy »…). Je reprocherai également le manque de gros mid tempos ravageurs comme sur « Infidel » et dont les albums antérieurs sont remplis. Et, une fois de plus, ce qui me manque le plus sur les albums actuels de Vital Remains ce sont les nappes de clavier et les ambiances presque black d'un « Into Cold Darkness » ou « Forever Undeground », et qui ont pour le coup totalement disparu. Le groupe a gagné en brutalité ce qu'il a perdu en ambiances. Brutalité accrue par une production (signée Erik Rutan) un peu plus puissante encore.

Alors oui Vital Remains a changé depuis ce fameux « Dechristianize ». Mais là où ce dernier marquait clairement une évolution vers une musique encore plus brutale, ce « Icons of Evil » marque lui au contraire une stagnation. Bien sûr mieux vaut stagner à ce niveau de qualité qu'à un niveau médiocre, mais une petite pointe d'originalité n'aurait pas été de trop. Ce sera peut-être pour le prochain, en tous cas je l'espère fortement.

Un mot sur la pochette qui une nouvelle fois va déchaîner les passions, entre ceux qui la trouveront « magnifique » et les autres qui la qualifieront au mieux de « laide et mal dessinée ». Elle aura au moins le mérite de ne laisser personne indifférent et d'enfoncer un peu plus le clou (ha ha ha) pour ceux qui auraient pu croire que nos quatre gus se seraient calmés niveau antichristianisme.

Cet album ne devrait donc pas décevoir ceux qui avaient pris une bonne baffe avec « Dechristianize », pour peu qu'ils ne cherchent pas une quelconque évolution qu'ils ne trouveront pas. « Icons of Evil » est un bon album, voire un très bon album, malheureusement trop marqué par le sceau de son prédécesseur. Pour finir je ne saurai que trop conseiller, encore une fois, à ceux qui auraient découvert Vital Remains grâce à « Dechristianize » de se pencher sur le reste de leur discographie (notamment les trois albums le précédant) et de découvrir une autre facette du groupe, certes pas à des années lumières non plus de ce qu'ils font maintenant, mais simplement plus riche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Thelema Ï citer
Thelema Ï
14/02/2008 22:43
note: 4.5/10
Oh oui, c'est peut-être bien foutu, mais.. faudrais dire à Benton & cie que 1 bon riff répété pendant 3 min, ca le fait pas. Perso j'écoute l'intro, le premier titre, et je change.
citer
nem
12/05/2007 17:17
j'adhère vraiment à 100% à ce groupe, je trouve pour ma part que cet album est mieux foutu que Dechristianize, surtout au niveau de la production (merci Erik), mais également au niveau des mélodies.
Chris citer
Chris
12/05/2007 14:30
note: 8/10
ayé je l'ai..les mélodies sont un chouilla moins accrocheuses, mais la prod est bien meilleure, j'ai écouté les deux à la suite et du coup j'ai du mal à revenir sur "Dechristianize". je l'aime carrément, par contre pour le prochain faudra innover un peu ou sinon je passerais mon tour...
citer
Ant'oïn
23/04/2007 20:56
Ca y'est je les acheters écouter 2 fois de suite !!! la grosse claque !!!!! album énorme plus mélodique que dechristinize plus brutal également peut etre pas mieux mais bien du même niveau !
citer
Niktareum
03/04/2007 18:46
Ant'oïn a écrit : Ben je voie déja une grande évolution...ou est le mot "melodique" ? Si il y'a bien quelque chose qui fait que Vital Remains est Vital Remains c'est bien des parties en arpeges acoustique ou des swipings ultra mélodique, la ça m'a l'air d'etre franchement conforme a un brutal death des plus classiques, mais j'ai écouter que le morceaux en écoute et lus la chronique qui ne me dit rien de franchement bon... Heu par contre je suis surpris que ça sois Dave Suzuki qui fasse les parties batteries, j'ai toujours lus que c'était Tim Yeung.
Y'a encore des arpèges a l'acoustique et des mélodies t'inkiètes. Clin d'oeil

Sinon oui c'est bien Dave Suzuki qui enregistre la batterie en studio, et bien sur la lead guitare! Hail


edit: merci TJ.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
03/04/2007 17:14
D'accord avec Chris pour ce qui est de la longueur des morceaux, ça frôle souvent le déraisonnable.
Groupe et chro excellents sinon.
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
03/04/2007 16:34
note: 7/10
Ant'oïn : t'es mal renseigné,Tim Yeung à été un batteur live uniquement pour VR.
A l'heure actuelle c'est un dénommé Antonio Donadeo qui tient les baguettes sur les dates.
citer
Ant'oïn
03/04/2007 16:11
Ben je voie déja une grande évolution...ou est le mot "melodique" ? Si il y'a bien quelque chose qui fait que Vital Remains est Vital Remains c'est bien des parties en arpeges acoustique ou des swipings ultra mélodique, la ça m'a l'air d'etre franchement conforme a un brutal death des plus classiques, mais j'ai écouter que le morceaux en écoute et lus la chronique qui ne me dit rien de franchement bon... Heu par contre je suis surpris que ça sois Dave Suzuki qui fasse les parties batteries, j'ai toujours lus que c'était Tim Yeung.
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
03/04/2007 12:37
note: 7/10
Moi j'aime cet album,une copie de ce calibre j'en voudrait bien à tout les petit dej' !
Les riffs et la batterie sont henauuurmes,putain Dave Suzuki ! En revanche le mix est étrange,la voix est trop en avant,ça rappelle un peu Demigod de Behemoth.
Les compos sont un peu mois mélodiques qu'auparavant,c'est dommage le style de Vital Remains s'est un peu "normalisé" vers un brutal death extrêmement bien exécuté mais manquant un peu d'âme. Sois dit au passage; la pochette est reussie,sans être vraiment "belle"
Et sinon trés bonne chro !
cglaume citer
cglaume
03/04/2007 12:34
Je sais pas pourquoi mais je sens que celui-là je ne vais pas l'acheter ... il y a tellement de bons trucs à côté !
Niktareum citer
Niktareum
03/04/2007 12:29
note: 7.5/10
Merci! Clin d'oeil

Moi perso la longueur des titres m'a jamais trop dérangé...
Chris citer
Chris
03/04/2007 11:37
note: 8/10
très bonne chronique et meme avis! par contre, je suis tjs aussi peu fan de la durée des chansons, ils pourraient réduire de 3-4 minutes et on y gagnerait en efficacité! ça c'est vraiment chiant par contre...
mais ça blaste à la folie, c'est bien brutos et les mélodies, bien que devenues plus rares, sont tjs agréables Sourire
Niktareum citer
Niktareum
03/04/2007 11:24
note: 7.5/10
"Hammer Down The Nails" est écoutable sur myspace, lien sur la page du groupe. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vital Remains
Brutal Death
2007 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (17)  7.12/10
Webzines : (30)  7.79/10

plus d'infos sur
Vital Remains
Vital Remains
Brutal Death - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Where Is Your God Now
02.   Icons Of Evil
03.   Scorned
04.   Born To Rape The World
05.   Reborn The Upheaval Of Nihility
06.   Hammer Down The Nails
07.   Shrapnel Embedded Flesh
08.   Til Death
09.   In Infamy
10.   Disciples Of Hell

Durée : 67'18

line up
parution
16 Avril 2007

voir aussi
Vital Remains
Vital Remains
Dechristianize

2003 - Century Media Records
  
Vital Remains
Vital Remains
Dawn Of The Apocalypse

2000 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Exmortem
Exmortem
Nihilistic Contentment

2005 - Earache Records
  
Kronos
Kronos
Arisen New Era

2015 - Unique Leader Records
  
Trigger The Bloodshed
Trigger The Bloodshed
The Great Depression

2009 - Rising Records
  
Embryonic Depravity
Embryonic Depravity
Constrained By The Miscarriage Of Conquest

2009 - Permeated Records
  
Haemophagia
Haemophagia
From Sickness To Cult

2007 - Pathologically Explicit Recordings
  

Déception de l'année
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report