chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
23 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Throne Of Katarsis - An Eternal Dark Horizon

Chronique

Throne Of Katarsis An Eternal Dark Horizon
La pochette est moche, oui. Encore un mec en warpaint, les cheveux longs, brandissant une faux et hurlant tout seul dans la forêt, y'a pas plus kitsch vous me direz et je serai totalement d'accord avec vous. On peut se demander comment est-il encore possible qu'en 2007, un groupe se présente comme pouvait le faire les grands groupes de black metal d'il y a 20 ans ? Bah tout simplement parce Throne of Katarsis fait du true black metal et qu'il le fait bien. Alors bon, quitte à adopter l'esprit et la musique d'un courant, pourquoi ne pas en adoptez le visuel également ? Au moins c'est cohérent.

Formé en 2003, le duo aujourd'hui signé sur Candlelight records, nous vient tout droit de Norvège et semble opérer dans la veine black metal de cette région, berceau des plus grands noms.

Du black metal donc, du true, du vile, du blasphématoire. Les ingrédients sont classiques mais efficaces. D'un côté, un batteur et de l'autre un musicien polyvalent qui s'occupe de tous les autres instruments. Peu de monde donc pour un rendu déjà très abouti et digne de cette génération dont ils semblent si attachés.

Du black metal donc, des blasts, des riffs agressifs. La recette est basique mais très bien cuisinée, avec des petites touches perso bien trouvées. Des riffs et des schémas rythmiques qui se suivent sans se ressembler, transformant les ambiances, brisant les attentes et surtout dévoilant un potentiel et un sens musical prononcé. La production est parfaite. La batterie n'a pas un son de casserole, la voix est savamment bien mise en avant et l'amplitude sonore permet des coups de tambours dans et des descentes dans les graves qui font varier les couleurs et ressortir les nuances.

Du black metal donc, une voix écorchée, une guitare acoustique. Finalement rien de nouveau. Quand le tempo ralentit, ou quand l'ambiance est trop froide, surgit une guitare acoustique, subtile, chaleureuse par rapport à l'ambiance que nous offre ce An Eternal Dark Horizon et qui permet d'approfondir le son, les harmonies, de faire des césures dans la violence. Vocalement, c'est riche et émotif. Le chant de Grimnisse n'est pas linéaire, ni monocorde. Tantôt plus écorché, à la façon du dernier Dark Fortress, en passant par les hurlements et cris typiques du style, il se transforme à un moment en voix claire majestueuse, un peu à la Emperor.
Tout est minutieusement travaillé, les morceaux sont structurés malgré leur longueur. On sent l'osmose entre les musiciens à travers l'équilibre qui s'établit entre le jeu de batterie et la guitare. L'un est là pour soutenir l'autre avec ingéniosité ; tout est dosé avec soin pour éviter la répétition et la monotonie.

Du black metal, certes mais avec une touche atmosphérique bien présente qui allège les ambiances et qui s'éloigne un peu des atmosphères trop macabres du style. On peut regretter malheureusement qu'il n'y ait pas plus de ce genre de coupures.

Avec peu on peut faire quelque chose de bien. Avec juste les instruments basiques, sans clavier, juste avec leur oreille et leurs influences nombreuses, Throne of Katarsis nous offre son black metal (très) bien fait, nuancé, varié qui ne laisse pas de place à l'ennui.
Mais l'ennui justement c'est que d'autres l'ont déjà fait avant eux et si il n'y a rien à dire quand à leur manière de reprendre le flambeau, on peut seulement leur reprocher de ne pas aller plus loin.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Throne Of Katarsis
True Black Metal
2007 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (22)  6.71/10

plus d'infos sur
Throne Of Katarsis
Throne Of Katarsis
Trve Black Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Funeral Moonlight
02.   Under Guds Hud
03.   Symbols of Winter
04.   Nattaander
05.   An Eternal Dark Horizon

Durée : 55 minutes

line up
parution
19 Février 2007

voir aussi
Throne Of Katarsis
Throne Of Katarsis
The Three Transcendental Keys

2013 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Darkthrone
Darkthrone
Under A Funeral Moon

1993 - Peaceville Records
  
Stutthof
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust

2004 - Battlefield Records
  
Haemoth
Haemoth
Satanik Terrorism

2003 - Broken Wings Productions
  
Dark Opus
Dark Opus
Ignominious Fundamentals (EP)

2012 - Necrocosm / Battlesk'rs Productions
  
Tsjuder
Tsjuder
Desert Northern Hell

2004 - Season of Mist
  

Hryre
From Mortality to Infinity
Lire la chronique
Enthroned
Towards The Skullthrone Of ...
Lire la chronique
Motörhead
We Are Motörhead
Lire la chronique
Ultha
Converging Sins
Lire la chronique
Stench Price
Stench Price
Lire la chronique
Caveman Cult
Savage War Is Destiny
Lire la chronique
1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique