chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nasum - Helvete

Chronique

Nasum Helvete
Le grindcore - tout comme son morveux de petit cousin l'ultra-brutal-death-metal-from-Texas (le TXDM pour les intimes) - est un genre qui traîne un certain nombre de casseroles qui en rendent la digestion difficile pour le métalleux au cœur (et à l'oreille) sensible : un son qui allie le meilleur de la pompe à aquarium et de la navette spatiale en phase de décollage, une certaine linéarité (tout au moins en apparence), bref un manque de lisibilité qui aboutit bien souvent au rejet – pour les plus impulsifs et les moins patients – ou au bâillement de compétition – pour les moins impressionnables mais néanmoins non convertis.
Alors évidemment, quand un groupe prend la peine d'ouvrir toutes grandes les portes du genre pour une « journée portes ouvertes » de vulgarisation grand public, il y a de quoi se réjouir – à moins bien sûr d'être au fond du trve (!). Nasum est l'un de ces bienfaiteurs qui amènent le grindcore au niveau du death-métalleux moyen … Et pour ce faire, pas question de faire dans le progressif ou l'expérimentation avant-gardiste. Non, chez Nasum, un album de grind, ça reste un condensé de « Pan dans ta gueule ! » réparti – comme le veut la tradition - en plus d'un vingtaine de titres pour un durée qui ne dépasse que légèrement la demi-heure. Sur "Helvete", ne pensez pas échapper aux morceaux qui démarrent à 200 Km/h sans crier gare et sans vaseline (« Doombringer », « We curse you all », « Scoop » …), aux passages épileptiques à la limite du chaos sonore (« Violation », « Drop dead », « Your words alone » …) ni à l'agression omniprésente. Non, il est question de grind ici crénom !

Sauf que Nasum sait vraiment y faire pour rendre son grind sexy. Déjà, la prod' est vraiment top : on entend bien chacun des instruments, et même lors des passages où ça blaste que-même-Schwarzy-ça-lui-arrache-le-slip, on se rend compte que « Non, c'est pas vrai : je comprends ce qui est en train de se passer là !!?? ». Et en plus de nous avoir mitonné un son aux petits oignons, Mieszko - grand manitou en chef du clan Nasum - va à contre-courant de beaucoup de formations grind en proposant au sein de ses morceaux une grande diversité de plans et de styles. A ce titre, un morceau comme « Scoop » est emblématique du grind selon St Nasum : ça commence sur une avalanche de blasts et de gratte en fusion, le tout restant aisément déchiffrable. Ca continue sur une dynamique punk à la Impaled Nazarene (teigneux et extrême le punk !), et on se rend vite compte que tout cela est porté par une « mélodie » simple mais efficace et grandiose. Puis vers 1:10, tout se ralentit soudainement, le tempo s'écrase sur vos baskets, et on passe à un break où seules les cymbales servent de background à une gratte aérienne. Enfin, on passe tout en souplesse à une basse et un gros riff rythmique qui tâche pour parachever ce qui est au final un vrai hit Nasumien.

Quand on analyse un peu le contenu de "Helvete", on se rend compte que Nasum lève souvent le pied : sur plus de la moitié des titres de l'album, on a le droit à des passages slow à mid-tempo. A ce titre, « The final sleep » mériterait presque l'appellation de « ballade», le titre incorporant même des passages planant rappelant des groupes comme Textures. Par ailleurs, en plus de grosses influences punk très sensibles tout au long de l'album, Nasum n'hésite pas à mettre également une bonne dose de death metal dans son grind : ainsi « Whip » démarre sur un plan très death, « Worst case scenario » contient un passage qui semble être un hommage à Napalm Death dans sa période la plus death (écoutez moi ça vers 1:15), « I hate people » débute sur un riff rythmique copie conforme de celui du « Hate Song » de The Haunted … Bref, vous l'aurez compris, il n'y en a pas que pour les intégriste ici !

Ce qui est vraiment top avec "Helvete", c'est qu'à la fin de l'écoute de l'album, on se retrouve avec l'impression d'avoir entendu une galette variée, pleine de morceaux aux personnalités propres – certains pouvant même prétendre au titre de hits, tels « Scoop », « Relics » (Ah, ce gun fight sur fonds d'apocalypse !) ou encore « Breach of integrity ». Bref, on est loin de ces gros pavés grind dont on se dit après coup : « Ah ouais, sympa : j'ai pris cher là … m'enfin bon, j'écouterais pas ça tous les jours : c'est un peu chiant sur la durée … Ah bon, ça durait que 25 minutes ? ». "Helvete" n'est peut-être pas le gros carton du niveau d'un "Inhale/Exhale" ou d'un "Shift", mais il arrive tout près derrière, et il serait dommage que les deux plus gros succès du groupe fassent oublier cette autre petite perle. R.I.P. Mieszko.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
26/12/2009 20:44
note: 8/10
LostSon a écrit : Tiens j'en profite, comme ca fait 5 ans jour pour jour que Mieszko est mort: a quand les chroniques des autres albums ? Helvete est sans doute le moins bon album du groupe (c'est relatif), le moins agréssif et rentre dedans, mais y'a quand meme quelques très bons titres sur ce disque.

Scum s'est réservé les chros de "Shift" et "Inhale / Exhale", mais s'il continue à rester aussi peu actif, je suis candidat à la chronique du 1er !!! Moqueur
LostSon citer
LostSon
26/12/2009 14:41
note: 7/10
Tiens j'en profite, comme ca fait 5 ans jour pour jour que Mieszko est mort: a quand les chroniques des autres albums ? Helvete est sans doute le moins bon album du groupe (c'est relatif), le moins agréssif et rentre dedans, mais y'a quand meme quelques très bons titres sur ce disque.
citer
bamlot
16/08/2007 14:15
il son tro puissan c avec e que jai decouvert le grind
zibe citer
zibe
03/08/2007 10:39
note: 8.5/10
très bon album, mais celui que j'apprécie le moins. Pourtant, c'est avec helvete que j'ai découvert le grindcore.
Mais quand j'ai écouté "human 2.0", là je suis tombé sur mon derrière !
Yz citer
Yz
12/06/2007 00:31
note: 8.5/10
Un très très bon album. Surement leur album le moins violent mais j'adore Sourire
Ander citer
Ander
11/06/2007 12:49
J'connais que les chansons Scoop (avec le clip) et Go! et ça dépote! Headbang
GanjannibaL citer
GanjannibaL
11/06/2007 12:34
note: 9.5/10
Je dois avouer avoir connu le grind avec cet album et j'adore toujours le réécouter, une pièce à part mais o combien excellente Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nasum
Grindcore
2003 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (12)  8.38/10
Webzines : (15)  8.28/10

plus d'infos sur
Nasum
Nasum
Grind - 1992 † 2012 - Suède
  

tracklist
01.   Violation
02.   Scoop
03.   Living Next Door to Malice
04.   Stormshield
05.   Time to Discharge
06.   Bullshit
07.   Relics
08.   We Curse You All
09.   Doombringer
10.   Just Another Hog
11.   Drop Dead
12.   I Hate People
13.   Go!
14.   The Final Sleep
15.   Slaves to the Grind
16.   Breach of Integrity
17.   The Everlasting Shame
18.   Your Words Alone
19.   Preview of Hell
20.   Illogic
21.   Whip
22.   Worst Case Scenario

Durée : 35:16

line up
voir aussi
Nasum
Nasum
Shift

2004 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Napalm Death
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)

1989 - Earache Records
  
Unsu
Unsu
K.I.A.I.

2014 - Autoproduction
  
Lycanthrophy
Lycanthrophy
Lycanthrophy

2011 - Bones Brigade Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Abuse to Suffer

2016 - Season Of Mist
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  

The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique