chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blood Red Throne - Come Death

Chronique

Blood Red Throne Come Death
Avec Blood Red Throne, pas de mystères. On sait à quoi s'attendre : du Death, du lourd, du gros, qui tache, et qui malgré sa nationalité un peu étonnante pour le genre (comprendre la Norvège, pays qui nous a davantage habitué à ses sorties Black jusqu'alors), est partisan d'un Death Metal aux accents et aux thèmes floridiens, loin de toute évocation forestière ou sataniste...

Rassurez vous cependant, Blood Red Throne a davantage à offrir qu'une nationalité peu commune dans le style pratiqué : ainsi, le groupe a pour particularité de comprendre dans ses membres fondateurs un monsieur qui ne sort pas de nul part, puisqu'il s'agit ni plus du moins que du sieur Tchort, éminent membre (ou ex) de nombreuses formations talentueuses aux doux noms de Green Carnation, Emperor, ou bien encore Carpathian Forest… assurant chez Blood Red Throne le classique mais indispensable poste de guitariste, il nous aligne depuis quelques années déjà des riffs sanguinolents qui ont réussis à établir Blood Red Throne comme un groupe à part de la scène Norvégienne. Autre "personnalité" du combo, Erlend Caspersson (Emeth, Deeds of Flesh), assure quand à lui le généralement peu méritoire poste de bassiste, dans un genre qui écrase habituellement toutes fréquences graves au profit d'un mur de riffs... or, une fois n'est pas coutume, Erlend ravira les adeptes de la 4 cordes car le sieur Caspersson, loin d'etre manchot à la vue de ses autres groupes, ne joue pas au timide et apporte un réel plus au son du combo Norvégien avec quelques inclusions fort bienvenues... et surtout audibles!! La basse tient en effet le beau rôle chez Blood Red Throne, le mixage lui donnant une réelle ampleur (et chose tout conne, on la distingue sans tendre l'oreille, chose assez rare pour être appréciée) qui assure des rythmiques solides au groupe : preuve en est les nombreux passages ou elle prend le pas sur les guitares ou le chant, tel ce court solo sur l'intro de « Deranged Assassin » ou le break de « Rebirth Assassin. Il est acquis que « Come Death » plaira aux amateurs communs de Death et de basse, car rarement j'ai attendu un album du genre qui daigne accorder autant d'espace à cet instrument, avec un tel éclat au final.

Autre « originalité » diront nous, le groupe a choisi de ne pas se laisser influencer trop par un Death floridien trop classique pour son propre bien : ainsi, même si certains riffs fleurent bon le Cannibal Corpse ou le Monstrosity (en beaucoup moins technique), on ressent toujours une nette volonté de dominer l'ensemble par un groove très appréciable, et à des années lumières du même terme employé injustement chez Six Feet Under : ici, au moins c'est inspiré ! Blood Red Throne prouve que sans être trop technique, on peut quand même envoyer la sauce, aussi bien niveau groove que brutalité (les blasts sont quand même bien présents)… bref, il réussit ce que Six Feet cherche à démontrer depuis bien des albums, même si les deux groupes ne jouent fort heureusement pas dans la même catégorie…

Dernier point en la faveur de nos Norvégiens, et sans doute une réminiscence difficilement réprouvable des racines Black de Tchort, c'est cette propension à immiscer dans des compos globalement bien brutales quelques courts passages ralentis et aussi glauques qu'un repas de famille un dimanhce pluvieux : c'est ainsi que « Slaying the Lamb », « Guttural Screams » ou « … » prennent une nouvelle dimension, plus mélodique, mais cadrant bien avec le léger virage Black

Rien de bien neuf sous le soleil depuis « Altered Genesis » son prédécesseur donc. Mais « Come Death » a le mérite de faire perdurer le style un peu à part des Norvégiens, et il m'est impossible de dire vraiment du mal d'un album de Blood Red Throne (du moins, des deux albums en question). Une bonne sortie de Death Metal, avec les quelques caractéristiques évoqués dans cette chronique qui en font une sortie moins conventionnelle que prévue, et ce n'est pas pour me déplaire. Jetez y une oreille !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
18/11/2007 16:16
note: 7.5/10
Dans la continiuté de Altered Genesis mais je dirais pas qu'il le surpasse...

Je préfère le nouveau chanteur à Mr Hustler qui a une voix commune et moins varié que celle de Vald, et la basse et encore une fois bien mise en avant dans le mix, ça apporte un peu plus de technicité à un ensemble qui ne l'est pas beaucoup. Mr Green

Mes chansons préférées? Guttural Screams, Taste Of God (et ses riffs à la Canniboule) et No New Beginning. Headbang Et aussi la reprise de Gorguts.
Niktareum citer
Niktareum
04/09/2007 21:37
note: 8/10
Très bon album!
Je connais pas bien les précédents (honte à moi) mais celui là Headbang
citer
(ancien membre)
04/09/2007 09:23
note: 9.5/10
Meilleurs que le précedent, cet album m'a mis par terre. Une grosse bombe pour moi.
Chris citer
Chris
03/09/2007 10:16
note: 8/10
Embarassé tu as raison... je suis resté bloqué sur l'idée que Tchort était bassiste chez Emperor, et je n'avais pas vérifié pour BRT... je n'ai pas d'excuses Moqueur bref j'ai refaite la kro, parce qu'en plus il manquait un bout de phrase...ça m'apprendra à ne pas me relire Mr Green
GanjannibaL citer
GanjannibaL
02/09/2007 20:19
Euh c'est Erlend Casperson le bassiste de BRT et pas tchort... a savoir que le gus a d'ailleurs aussi rejoint deeds of flesh et emeth, ce qui atteste fortement de ses capacités..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blood Red Throne
Death Metal
2007 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  6.94/10
Webzines : (21)  7.72/10

plus d'infos sur
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Death Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Slaying The Lamb
02.   Deranged Assassin
03.   Rebirth In Blood
04.   Guttural Screams
05.   Taste Of God
06.   No New Beginning
07.   Come Death
08.   Disincarnated (Gorguts Cover)
09.   Another Kill

line up
parution
3 Septembre 2007

voir aussi
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Altered Genesis

2005 - Earache Records
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Blood Red Throne

2013 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Altars / Heaving Earth
Altars / Heaving Earth
Engulfed (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Illdisposed
Illdisposed
Retro (Compil.)

2000 - DieHard Music
  
Murder Squad
Murder Squad
Unsane, Insane And Mentally Deranged

2001 - Pavement Music
  
Illdisposed
Illdisposed
The Prestige

2008 - AFM Records
  
Tribulation
Tribulation
The Formulas Of Death

2013 - Invictus Productions
  

Motörhead
We Are Motörhead
Lire la chronique
Ultha
Converging Sins
Lire la chronique
Stench Price
Stench Price
Lire la chronique
Caveman Cult
Savage War Is Destiny
Lire la chronique
1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique