chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Reverend Bizarre - III - So Long Suckers

Chronique

Reverend Bizarre III - So Long Suckers
La saga du Reverend Bizarre est close :

2002 : « I – In The Rectory of The Bizarre Reverend »
2005: « II – Crush the Insects »
2007: « III – So Long Suckers »

3 albums seulement, entrecoupés d'Eps et de singles (!), et une histoire, qui bien que courte, aura laissé une trace dans le petit monde du Doom Metal. Loin de toute scarification, de regard vague perdu au dessus d'un lac embrumé ou de boites de mouchoirs vidés en pensant au soudain départ de l'être aimé (ah on me dit que ça c'est de l'emogaycore, autant pour moi), Reverend Bizarre s'assumait pleinement dans le rôle du trublion qui ne jurait que par les seventies, s'affichant dans un esprit furieusement old school et se revendiquant d'une filiation directe avec Black Sabbath, St Vitus et Pentagram. Je ne vous ferais pas l'affront de prétendre connaitre la discographie de ces 3 combos, le fait étant que Reverend Bizarre était d'après la critique unanime une réelle résurrection du genre… jusqu'à l'annonce de ce dernier album posthume.

Pour ceux qui auraient loupés des chapitres, je vous laisserais vous repencher sur mes deux précédentes chroniques, qui en substance glorifiait le premier opus des Finlandais et s'étonnait du manque d'inspiration du second. « So Long Suckers », ce testament musical au nom délicieusement revanchard, est bien évidemment dans la filiation directe des deux précédents, mais surtout il parvient à faire partir le groupe la tête haute, ce qui n'était pas gagné au départ.

Il aurait été en effet navrant que la dernière offrande des Finlandais ne soit pas à la hauteur : que l'on se rassure, c'est avec pas loin de 130 minutes (et un double cd) que le Reverend tire sa révérence… Le premier cd, qui aligne au compteur 66.06 minutes (ce n'est pas innocent :p), charge directement la balance avec seulement 3 titres, dont la durée ne fait pas rire : 29.05 minutes rien que pour le premier titre, 25.20 pour le second, le dernier fait en comparaison presque ridicule avec ses 11min41 ( !) . Le second cd est un peu plus digeste, et vous accordera davantage de répit si un besoin pressant se faisait sentir au milieu d'une écoute.

Stylistiquement, « So Long Suckers » est la symbiose parfaite des deux premiers albums : il renoue en effet avec la lourdeur et l'esprit Doom du premier opus, sa gravité et ses tempos lourdingues ; mais il y associe comme sur « Crush the Insects » une dominante plus rock, ces quelques riffs groovys qui surgissent quand on ne les attend plus, et qui font sortir du marasme oppressant que fait ressentir un quart d'heure de BPM à un chiffre… L'équilibre est donc enfin trouvé entre les parties lentes (qui restent excessivement majoritaires) et ces démarrages rocks souvent inattendus, qui évitent que la monotonie s'installe. Car garder le bien en tête, Reverend Bizarre est fortement déconseillé aux impatients, impulsifs, et autres nerveux du bouton « avance rapide » : le Reverend s'apprécie sur la durée, dans une spirale éternellement centrée sur elle-même… et comme on dit, « plus c'est long plus c'est bon ».

« They Used Dark Forces / Teutonic Witch » est idéal pour ouvrir l'album, car il est faussement entraînant, bâti sur un riff rock carrément dansant, avant de virer vers le Doom le plus pachydermique qui soit, comme de bien entendu ; belle transition vers « Sorrow », qui me ramène aux meilleurs heures de « Cirith Ungol », le chef d'œuvre de lourdeur qui cloturait « In The Rectory… ». « Funeral Summer » est un petit recyclage à peine avoué d'un titre qui traînait ici et là sur les différents EPs qu'a pu sortir le groupe, dans la droite lignée du reste.

Le second cd fait quand à lui étrangement beaucoup plus appel d'un coup à la basse : la 4-cordes appuie en solo dès « One Last Time » le chant éthérée d'Albert Magus, et se voit ensuite au cœur de l'instrumental rockisant « Kundalini Arisen ». « Caesar Forever » renoue une nouvelle fois avec les tempos hippopotamesques (histoire de ne pas faire toujours appel au même animal) ; et « Anywhere Out of This World » conclue la boucle avec le même mélange rock entraînant / doom pesant qu'utilisait « They Used… ». « Mallorca » est en guise de conclusion une courte outro fantomatique basé sur des sons étranges… dispensable.

Le Reverend nous quitte donc sur un album fidèle à sa légende, ni décevant ni surprenant pour autant. Qualitativement, je le situe entre les deux précédents, bien meilleur que « Crush… » mais moins authentique et inspiré qu' « In The Rectory ». L'ordre d'écoute et de découverte est donc tout trouvé pour ceux qui voudraient enfin se pencher sur la légende de ce groupe qui se sépare sur une note…jusqu'à la reformation ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Reverend Bizarre
Doom Metal
2007 - Spikefarm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8.63/10
Webzines : (6)  8.83/10

plus d'infos sur
Reverend Bizarre
Reverend Bizarre
Doom Metal - 1995 † 2007 - Finlande
  

tracklist
Disc 1

01.   They Used Dark Forces/Teutonic Witch
02.   Sorrow
03.   Funeral Summer

Durée : 66 minutes


Disc 2

01.   One Last Time
02.   Kundalini Arisen
03.   Caesar Forever
04.   Anywhere Out Of This World
05.   Mallorca

Durée : 63 minutes

line up
parution
25 Septembre 2007

voir aussi
Reverend Bizarre
Reverend Bizarre
I - In the Rectory of the Bizarre Reverend

2004 - Spikefarm Records
  
Reverend Bizarre
Reverend Bizarre
II - Crush The Insects

2005 - Spinefarm Records
  

Essayez aussi
Cross Vault
Cross Vault
The All-Consuming

2015 - Northern Silence Productions
  
Type O Negative
Type O Negative
Life Is Killing Me

2003 - Roadrunner Records
  
Avatarium
Avatarium
The Girl With the Raven Mask

2015 - Nuclear Blast
  
Type O Negative
Type O Negative
October Rust

1996 - Roadrunner Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique