chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ontogeny - Pillars Of Perversion

Chronique

Ontogeny Pillars Of Perversion
Ce qu'il y a de bien avec Thrashocore, c'est que l'on peut rapprocher un album que l'on va chroniquer de groupes totalement underground, mais dont ici, tout le monde a entendu parler.
Prenons par exemple ce premier album des américains d'Ontogeny. Si je disais sur un webzine plus généraliste que ce Pillars of Perversion sonne comme un album d'Element, je pourrais m'attendre à ce que la majorité de mes lecteurs lèvent un sourcil d'étonnement.
Et avec Thrashocore, je sais que ce ne sera pas le cas. Merci Thrashocore.

Si toutefois, le doute vous habitait encore, sachez qu'Ontogeny pratique au même titre que Element, Odious Mortem, Spawn Of Possession et quelques autres un brutal death technique efficace et accrocheur, avec un chant très profond, parfois un peu plus criard, et qui ne tombe jamais dans la facilité du gruik de bas étage. Mais bien loin d'un simple clone de ces quelques confrères, Ontogeny a su apposer sa patte sur un style pourtant relativement étriqué.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, les trois musiciens du groupe jouent tous dans un autre projet de death metal. Le chanteur ainsi que le guitariste/bassiste jouent dans un obscur groupe de death mélodique nommé Sol Asunder, et le second guitariste officie dans l'un peu plus reconnu Anomalous, groupe de brutal deathcore technique barré (oh la belle étiquette à rallonge).
Mais je vous entends d'ici : mais où est passé le batteur ? Et bien il n'y en a pas ma bonne dame, ce qui dans la majorité des cas signifie malheureusement qu'une boîte à rythmes mal programmée et totalement inorganique va venir gâcher ce qui aurait pu être un bon album de death metal. Et bien je vous rassure tout de suite, si il y a effectivement une boîte à rythmes, elle est programmée d'une manière absolument exemplaire, à tel point que l'on oublie vite qu'il n'y a pas d'homme aux baguettes tant le mimétisme est saisissant.

Et il faut bien l'avouer, si cette réussite est possible, c'est bien grâce au style de composition du groupe. Et si j'ai cité au début de cette chronique Element, Odious Mortem et Spawn Of Possession comme groupes assimilables à Ontogeny, il faut bien reconnaître que nos californiens jouent beaucoup moins la carte de la technicité.
En effet, si parmi les groupes susnommés on n'est pas avare de leads toutes les trois mesures, de changements de tempo et de blasts à la vitesse d'un TGV Paris-Strasbourg, force est de constater que c'est beaucoup moins le cas pour Ontogeny. Oh, n'allez pas pour autant croire que vous pourrez reprendre les neuf morceaux qui composent l'album en trois mois de guitare – ou alors entre nous, vous êtes très fort – mais l'on y trouve beaucoup moins de variations de tempo, et la débauche de notes est ici délaissée au profit d'une grande efficacité.
On retrouve bien entendu tout au long de l'album de nombreuses lignes de tapping et de sweeping à dix-huit doigts, mais l'essentiel des morceaux est basé sur des riffs simples et accrocheurs tout droit hérités des classiques du death metal. A noter tout particulièrement les magnifiques lignes de sweep sur la fin de « Divine Deviation » et le superbe refrain dans le plus pur style Neuraxis sur le très long « Congregating Coffins ».
Tout cela permet que la programmation de la boîte à rythmes soit à la fois simple et efficace : de longues parties de double grosse-caisse sur les passages rapides et soutenus, des roulements sur les breaks, et des matraquages de cymbales en règle pendant les parties saccadées. Simple, efficace, accrocheuse, la recette fait nécessairement mouche, et Ontogeny, en répétant jusqu'à l'usure certains couplets, n'aura pas grand peine à conquérir même l'auditeur le plus réfractaire à la technicité – ce qui vous l'admettrez, est proprement scandaleux de la part d'un de mes lecteurs.
Malheureusement cette relative simplicité d'orchestration est aussi le principal point faible de l'album, car si l'efficacité est au rendez-vous, elle se fait parfois au détriment de la sacro-sainte mélodie et laissent placent à des saccades bien trop longues, qui ne manqueront pas d'irriter l'auditeur réfractaire à ce penchant pour le moins simpliste du death metal. Un travers qui rapproche un peu trop à mon goût Ontogeny d'un Anomalous.
Heureusement, ces passages minoritaires ne sont assez longs pour agacer que sur les morceaux « Embrace Atrophy », « Pillars Of Perversion » et « Processed Madness ».

Mais ce qui personnellement a le plus retenu mon attention dans cet album, c'est l'impression d'entendre une œuvre musicale extrêmement cohérente (tous les morceaux ont la même base de brutal death technique) dans le désordre le plus total, un peu comme si vous écoutiez les Quatre Saisons en appuyant sur la touche shuffle….
En effet, « Exterminate The Merciful », qui est le morceau d'ouverture de Pillars Of Perversion, est, tout comme les deux morceaux qui le suivent, très brutal et rapide. Mais le quatrième morceau « Embrace Atrophy » est quant à lui beaucoup plus mélodique, tout comme les morceaux six et huit, respectivement « Divine Deviation » et « Congregating Coffins ». Le septième morceau, « Pillars of Perversion » et le dernier « Processed Madness », plutôt brutaux et saccadés se rapprochent eux des premiers morceaux. Vous n'y comprenez rien ? Et bien vous n'êtes pas le seul.
Oh, bien sûr, tout cela peut sembler bien futile, mais cette impression d'incohérence est totalement renforcée par le quasi-instrumental Wake, en cinquième position, c'est-à-dire en plein milieu de l'album… Et, je vous le mets dans le mille, cet instrumental - se terminant par un fade-out alors que le morceau suivant départ à toute berzingue - n'est composé que de deux guitares qui se contentent d'une longue et très belle ligne d'arpèges, ultra mélancolique et qui vous fera assurément pleurer si votre tatie Danièle vient de mourir dans un tragique accident impliquant un chat et trois tonnes de bibelots suspendus au dessus du tiroir à punaises. C'est d'autant plus dommage que ce morceau vienne donner un coup de frein à l'album car il lui aurait fait une superbe conclusion, tout comme l'est celle du premier Element…

Heureusement, l'unité du tout fait que le plaisir d'écoute demeure parfaitement intact, et ce défaut mineur ne saurait entâcher un album de très haute qualité. Je passerai donc rapidement sur la production quasi-exemplaire pour une autoprod, où seul un important flux constant de graves fait que la basse n'est pas audible. Une production death metal en somme.
Donc pour résumer, si vous aimez les nombreux groupes cités dans cette chronique, Element, Odious Mortem et Spawn Of Possession en tête, sachez que ce Pillars of Perversion ne fait honte au génie – il fallait bien que je la fasse – de ses illustres aînés.

DOSSIERS LIES

Dépucelages
Dépucelages
Juillet 2007
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Invité
04/02/2011 23:31
J'ai pas écouté les morceaux myspace, j'ai directement chopé l'album sur slsk, pourtant je trouve que la prod' rebute pas mal. Ce côté Super Mario Bros dans les sweep est vraiment énervant, avec en arrière plan une rythmique au son assez clinique, j'en veux pour exemple le final de Heap of Foul Deformity.
C'est dommage parce que ça va sans doute me dissuader de le commander.
Pourtant des prod' un peu plus correcte dans le style tout en étant autoproduit, c'est faisable, Reciprocal s'en était pas trop mal sorti, sans être parfaite non plus.
von_yaourt citer
von_yaourt
11/10/2007 16:01
note: 8/10
Ne te fie pas au myspace, la compression y est vraiment à chier.
On ne peine du tout à distinguer les instruments et la batterie ne rend pas du tout comme ça en vrai... sinon j'en aurais parlé dans la chro.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
11/10/2007 15:15
Dommage que la prod soit digne d'un enregistreur playschool.
Xenocidist citer
Xenocidist
09/10/2007 14:58
note: 8/10
Ah ben voilà, faut vraiment que je passe mon temps à le surveiller celui-là : je me retourne cinq minutes pour aller enregistrer, et qu'est ce que je vois en revenant ? Il n'a rien trouvé de mieux à faire qu'aller écrire une chro toute pourr… ah ben non, pas trop en fait. Bon, ok, sur ce coup là il n'aura pas le droit à son coup de pied au cul le frangin…
Keyser citer
Keyser
09/10/2007 09:01
DR.Jkl a écrit : Chouette chro, ça donne envie (Element et Odious Mortem comme références, ça titille, tout de même).
Sinon maintenant que t'es là, tu nous chroniquerais pas un peu de Death? Keyser préfère les groupes de Gaycore de Myspute Mr Green


T'inquiète, y'a Suffocate Bastard et Haemophagia qui arrivent Double fuck
Scum citer
Scum
09/10/2007 08:54
DR.Jkl a écrit : Chouette chro, ça donne envie (Element et Odious Mortem comme références, ça titille, tout de même).
Sinon maintenant que t'es là, tu nous chroniquerais pas un peu de Death? Keyser préfère les groupes de Gaycore de Myspute Mr Green

Tout pareil que le monsieur Mr Green

Bienvenue mec!
Ander citer
Ander
09/10/2007 08:19
Bienvenue dans la team! Headbang
DR.Jkl citer
DR.Jkl
08/10/2007 23:29
Chouette chro, ça donne envie (Element et Odious Mortem comme références, ça titille, tout de même).
Sinon maintenant que t'es là, tu nous chroniquerais pas un peu de Death? Keyser préfère les groupes de Gaycore de Myspute Mr Green
ChoKos citer
ChoKos
08/10/2007 22:47
Très bonne chro', bienvenue dans la team !
cglaume citer
cglaume
08/10/2007 22:30
Moi je dis bravo et bienvenue à notre nouveau chroniqueur au patronyme germano-bulgare lacté !
Keyser citer
Keyser
08/10/2007 21:23
Il est pas super bon notre nouveau chroniqueur, hein?! En plus il commence avec Ontogeny, l'un des groupes les plus prometteurs du style! Et notez bien son jeu de mot en conclusion, preuve qu'il a bien sa place chez les joyeux poètes de Thrashocore Mr Green

Bienvenue!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/10/2007 21:03
T'inquiètes, c'est pas plus long que ma chro de Pleasure to Kill ! bienvenue dans la team.
von_yaourt citer
von_yaourt
08/10/2007 20:20
note: 8/10
J'avoue c'est un peu long, mais j'ai pas pu faire autrement, j'avais plein de trucs à dire.

Sinon, vous pouvez l'acheter auprès du groupe pour 12 dollarsUS (un peu moins de 8 euros) sans les frais de port. Croyez-moi, ça les vaut... et ça leur fera sûrement plaisir de voir un deuxième acheteur français. Mr Green

Plusieurs titres en écoute sur leur myspace : http://www.myspace.com/ontogenyband

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ontogeny
Brutal Death Technique
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Ontogeny
Ontogeny
Brutal Death Technique - 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Exterminate the Merciful
02.   Among the Dead
03.   Heap of Foul Deformity
04.   Embrace Atrophy
05.   Wake
06.   Divine Deviation
07.   Pillars of Perversion
08.   Congregating Coffins
09.   Processed Madness

Durée : 46:55

Essayez aussi
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Remnants Of Deprivation

2002 - Retribute Records
  
Suffocation
Suffocation
Despise The Sun (MCD)

1998 - Vulture Records
  
Origin
Origin
Echoes Of Decimation

2005 - Relapse Records
  
Henker
Henker
Slave of my Art

2010 - Autoproduction
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
...And Time Begins

2003 - Unique Leader Records
  

Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique