chargement...

haut de page
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Diabolicum - The Dark Blood Rising

Chronique

Diabolicum The Dark Blood Rising
(The Hatecrowned Retaliation)

Prédits par l'introduction glaciale The Grandeur Of Hell, ténèbres et chaos ont envahi les terres ravagées par les bombardements de cette nouvelle guerre mondiale. Diabolicum, armée crée de haine et de folie, revient nous rapporter les horreurs commises dans cet univers apocalyptique en s'appuyant cette fois, de textes écrits par le discipline sataniste Jon Nödtveidt (Dissection : RIP) et Dirge Rep (ex-Enslaved). Dirigée de mains de maître par Sasrof, l'armada de Diabolicum reste identique à celle de 1999 mais délaisse Napalm Records au profit du label italien Code666. Le sang peut désormais couler.

The Dark Blood Rising est l'évolution logique de The Grandeur Of Hell : Diabolicum intensifie sa noirceur et sa froideur en développant ses aspects industriels passé. Effets électro étranges (l'ambiant/noise « Sound The Horns Of Reprisal »), moults samples éparpillés, nappes de claviers hypnotisantes, boîte à rythme moins « organique »…. Le groupe suédois a clairement franchi la limite qu'il s'était imposée sur leur album précédent et apporte un soutient non négligeable à leur brutal black metal typé suédois primitif. Efficace certes mais sans surprise. La balance dorénavant inversée, l'auditeur aura une vision parfaite du monde désolé imaginé par Diabolicum. Vous deviendrez ainsi le témoin de cette guerre annihilatrice sans fin, riffs massifs diaboliques et blasts (le titre d'ouverture « Heavens Die » en tête) feront offices de balles et d'obus tirés en rafale sur le champ de bataille (la mitrailleuse lourde du break de «Bloodspawn » est des plus jouissives). La thématique guerrière est on ne peut plus explicite sur The Dark Blood Rising, un coup d'œil à l'artwork ou aux paroles confirmera le rapprochement (« Totalitarian Black Metal » comme le dit si bien leur label).

L'album devrait d'ailleurs peut-être donner chez certains un arrière goût de « dérangeant ». La faute sans nul doute à ce fond de « guerre » mouillé à des samples particulièrement malsains. Difficile de trouver les sources, mais ceux tirés de « Salo ou les 120 journées de Sodome » (Pasolini) ou celui du break du titre majeur « The War Tide » (une femme se faisant violer/torturer et hurlant à la mort) vous donneront un avant-goût de l'esprit glauque de ce The Dark Blood Rising. Comme à son habitude Sasrof nous offre des riffs d'une puissance sans équivoque. Simples mais à vous traverser le corps entier (« The Hatecrowned Retaliation » ou « Into The Dementia »), le bonhomme n'oublie pas ses nombreux soli techniques typés death. Genre retrouvé dans les excellentes variations de l'hurleur Blackblood, épaulé de grands noms tels que Wraath (Naglfar) ou Martin Schirenc (Pungent Stench) au chant clair sur le titre ovni « The Song Of Suffering ». Le clavier magistral aura quant-à lui une sonorité très symphonique que l'on pourrait rapprocher à un Limbonic Art (« The Dark Blood Rising » ou « Bloodspawn »). Inutile de vous faire une liste exhaustive des arrangements et effets, leur nombre est considérable (à écouter au casque de préférence).

Au final 45 minutes qui paraîtront trop courtes pour l'auditeur enrôlé. Diabolicum nous a pondu un grand album. Néanmoins quelques défauts subsistent sur ce The Dark Blood Rising, notamment quelques passages vraiment trop pauvres musicalement mais de suite rattrapés par une déferlante de riffs ou un sample horrifique. La sortie de l'opus sera suivi par le départ de tous les membres du groupe (vers Aeon), excepté celui de son créateur, Sasrof. Le musicien recrutera alors le fameux Kvarforth (Shining) pour le chant ainsi que DD Executioner pour l'autre guitare. Le groupe au complet, un troisième album sera enregistré (Vengeance (The Matricide)) mais ne satisfera pas le groupe et ne verra pas le jour. Réarmement en attente…
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

Yz citer
Yz
28/01/2008 21:31
Même pas pensé d'écouter des mp3... olol.
Mitch citer
Mitch
28/01/2008 18:36
note: 8.5/10
Yz a écrit : Non mais ça ressemble à Aborym, à V:28 ou à autre chose ?

Bah les mp3 te donnent un bon aperçu : du black (typé swedish et teinté de death) indus totalitaire samplé à mort. Perso je trouve qu'ils ont un son bien à eux mais on peut trouver des similitudes avec les groupes que tu as cités (je ne connais pas assez bien V:28 ). Devil
Yz citer
Yz
28/01/2008 18:22
Bahh c'est pas ça mais... Mr Green

Non mais ça ressemble à Aborym, à V:28 ou à autre chose ?
Mitch citer
Mitch
28/01/2008 18:20
note: 8.5/10
Yz a écrit : Je viens de tomber sur cette kro... ça risque de bien me plaire. Quelqu'un d'autre a écouté ?

Tu me fais pas confiance petit malotru ?! Mr Green
cglaume citer
cglaume
28/01/2008 17:55
Yz a écrit : Je viens de tomber sur cette kro... ça risque de bien me plaire. Quelqu'un d'autre a écouté ?

Nop. Dans le style je connais tout juste Aborym et Diabolos Rising ...
Mr Green
Yz citer
Yz
28/01/2008 17:26
Je viens de tomber sur cette kro... ça risque de bien me plaire. Quelqu'un d'autre a écouté ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Diabolicum
Black Metal industriel
2001 - Code666
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (6)  6.03/10

plus d'infos sur
Diabolicum
Diabolicum
Black Metal industriel - Suède
  

tracklist
01.  March Of The Misanthrope
02.  Heavens Die
03.  
04.  The Hatecrowned Retaliation
05.  The War Tide (All Out Genocide)
06.  The Dark Blood Rising
07.  Sound The Horns Of Reprisal
08.  Bloodspawn
09.  The Song Of Suffering (Eleven Blades Of Darkness)
10.  Into The Dementia
11.  The Nemesis Speaks...

line up
voir aussi
Diabolicum
Diabolicum
The Grandeur Of Hell
(Soli Satanae Gloriam)

1999 - Napalm Records
  

chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
5 : The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low
chronique Chronique
Winterfylleth
The Divination of Antiquity
chronique Chronique
Bloodsoaked
Religious Apocalypse (EP)
chronique Chronique
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")
interview Interview
The Haunted pour l'album ''Exit Wounds''