chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dies Ater - Odium's Spring

Chronique

Dies Ater Odium's Spring
Encensé par les critiques metal d'outre-Rhin et internationales, Odium's Spring des Allemands de Dies Ater (le « jour noir/fatal » en latin) est l'aboutissement d'un dur labeur. Formé depuis 1994, Dies Ater nous pond en cette année 2007 son quatrième album (sans compter Ep's et divers Splits) après moults conflits au sein du groupe et avec leur label (cf la faillite de Last Episode et autres). Désormais sous l'aile de Twilight-Vertrieb (inconnu pour ma part) et armé d'une volonté acharnée, Dies Ater peut enfin pleinement répandre son black metal polymorphe sur nos terres.

Parfois brutal black/death tantôt doom voire carrément goth, difficile de classer Dies Ater dans une sous-catégorie de black metal même si le groupe revendique clairement ses penchants atmosphériques et mélodiques (première phrase de leur bio). En tout cas, c'est bien de black metal que nous traitons, il suffit simplement de se pencher sur l'artwork classieux (avec le batteur Impurus en guise de couverture) prônant un groupe qui joue le rituel de l'image démoniaque. Le titre d'ouverture rentre-dedans « Dark Strike » annoncera la première teinte de leur musique : quand Dies Ater joue brutal, il le fait sans concession à l'instar de pas mal de groupes germaniques. Le son méchamment puissant et clair se veut d'ailleurs maison, un certain Andy Classen (Belphegor, Dew-Scented, Krisiun, Legion Of The Damned…). Lorsqu'en plus le batteur touche sa bille, je vous laisse imaginer l'efficacité des nombreuses accélérations et blasts parsemés (ouch « Hail Old Times ! »). «Parsemés » oui, car le reste des compositions ne tombent pas dans ce schéma « classique » et vient ajouter une touche éclectique des plus fameuses.

Ainsi coincés entre deux déferlantes de riffs et blasts massifs, se greffent des passages mélancoliques (« Still Rising » qui n'aurait pas fait tache sur un album de funeral doom/black) et épiques (« The Arrival » à écouter les cheveux gras dans le vent) plutôt étonnant. Certainement ce chant allemand aux traits tristes ou ce clavier finement utilisé couplé à des musiciens inspirés (le titre éponyme aux accents goth/rock électro devraient en étonner plus d'un) et pas franchement manchots. Le résultat de cette symbiose donne parfois des hits comme « Die Gewissheit Zu Siegen » (rappelant la belle époque black/death scandinave) alliant à la fois mélodie (quelle intro !), brutalité et froideur (ces nappes de claviers discrètes mais d'une précision chirurgicale folle) ! Dommage cependant que Dies Ater n'ait pas réussi sur Odium's Spring à créer un autre titre aussi accrocheur et dévastateur. Le travail de composition ceci-dit reste impressionnant (arrangements et riffs à découvrir à chaque nouvelle écoute) mais certains passages paraissent moins inspirés que d'autres ma foi. Il manque ce « petit quelque chose » qui rendrait l'album incontournable, peut-être une composante « émotion » pas assez approfondie au détriment d'un album melting-pot ? Difficile de pointer précisément un aspect…

Les éloges d'Odium's Spring étaient bien fondées malgré quelques inégalités et pertes de vitesse. Les teutons de Dies Ater nous apportent un black metal hybride qui donne une bouffée d'air frais à l'auditeur. Le vent devrait sans hésitation tourner vers le groupe pour qu'ils se fassent bien mieux connaître car ils le méritent amplement. Une des découvertes majeures de cette année personnellement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dies Ater
Black Metal
2007 - Twilight-Vertrieb
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  7.33/10

plus d'infos sur
Dies Ater
Dies Ater
Black Metal - 1994 † 2014 - Allemagne
  

tracklist
01.   Crimson Blood
02.   Dark Strike
03.   Hail Old Times!
04.   Die Gier nach eurem Untergang
05.   Odium's Spring
06.   The Arrival
07.   Created to Persist
08.   Die Gewissheit zu siegen
09.   Still Rising

line up
parution
19 Octobre 2007

voir aussi
Dies Ater
Dies Ater
Hunger For Life

2012 - Obscure Abhorrence Productions
  

Essayez aussi
Patria
Patria
Magna Adversia

2017 - Soulseller Records
  
Antaeus
Antaeus
Cut Your Flesh and Worship Satan

2000 - Baphomet Records
  
The Ruins Of Beverast
The Ruins Of Beverast
Exuvia

2017 - Ván Records
  
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Brume d'Automne

2012 - Sepulchral Productions
  
Archgoat
Archgoat
The Light-Devouring Darkness

2009 - Moribund Records
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique
Bark
Like Humans Do
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
Exuvia
Lire la chronique