chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sargeist - Satanic Black Devotion

Chronique

Sargeist Satanic Black Devotion
Hear the chant of my tormented soul
In black devotion i have prayed
Veins re-opened, bleeding for Satan
With Pride my flesh is cut


Quoi de mieux pour dépeindre la musique et l'univers de Sargeist que ces quelques paroles issues du titre éponyme de l'album « Satanic Black Devotion »?

Avis aux amateurs, la musique de Sargeist est à l'image de la pochette de l'album. Epurée, d'une grande noirceur, à peine relevée d'une touche de blanc. Prenez une armature black métal basique, ajoutez y une bonne dose des riffs mélodiques, presque entêtants, saupoudrez le tout d'une voix torturée, et vous obtiendrez un groupe doté d'une forte personnalité.

Sargeist vit le jour en 1999 en tant que projet solo de Shatraug -le maitre à penser d'Horna- épaulé par Hoath Torog et Horns, respectivement chanteur et batteur de Behexen, autre formation de black metal finlandaise réputée. Après deux démos en 2001, et un split avec les Français de Merrimack l'année suivante, Sargeist sort finalement son premier album intitulé « Satanic Black Devotion » en 2003 sur le label américain Moribund Records.

Sargeist n'est pas du genre à attendre pour s'affirmer... Les Finlandais nous dévoilent avec ce premier essai un black metal dépressif particulièrement hypnotique, celui là même qu'on écoute presque religieusement les yeux fermés, pour mieux plonger dans l'atmosphère sombre qui s'en dégage. Après une intro très glauque, ou cris, percussions et murmures s'entremèlent, place au titre éponyme qui pose les bases du style Sargeist. La première écoute peut être surprenante, mais on se laisse vite porter par les riffs mélodiques. Parfaitement intégrés, ces derniers font corps avec la musique pour lui conférer une certaine dose d'originalité. Parfois empreints d'une grandeur épique, d'autres fois d'une noire mélancolie, ils sont indéniablement l'élément le plus important de l'album. Pour le reste, Sargeist fait dans le minimalisme et respecte la tradition et le folklore satanique du true black metal. Le jeu de batterie est simple, ocillant entre blast et binaire, les riffs sont répétés à l'envie et la production est glaciale. Le tout est gouverné magistralement par la voix de Hoath Torog, magnifique de haine et de tristesse.

Impossible de s'ennuyer à l'écoute de ce « Satanic Black Devotion », car il recèle son lot de surprises. Une collaboration avec Woods Of Infinity, tout d'abord. Les Suèdois apportent leur pierre à l'édifice en écrivant les paroles de « Frowning, Existing », titre exceptionnellement interprété par Shatraug dont les hurlements suraïgus, à la limite de l'hystérie, vous glaceront le sang... On en vient presque à regretter qu'il ne donne pas de la voix plus souvent. « Black Fucking Murder » quant à lui, a tout d'un tube. Oui vous avez bien lu : un tube! Si vous êtes de ceux qui pensent que ce mot n'a rien à faire dans une chronique de black metal, jetez y donc une oreille. Le titre est construit selon le schéma classique de l'alternance entre couplets et refrain, et ce dernier est absolument dantesque, composé de façon à s'ancrer durablement dans votre tête. Le morceau suivant « Sargeist », retient l'attention par ses mélodies tristes mais attirantes et son final de toute beauté, parfumé de folk. Presque un sans faute... Presque, car la présence d'un « Panzergod » anecdotique fait office de remplissage au milieu de compositions si inspirées. Heureusement les Finlandais, décidés à ne pas laisser leur auditeur sur une impression un peu mitigée, soignent la conclusion de leur album en proposant « Retourning to Misery and Comfort », chant du cygne d'une âme désespérée.

Sargeist nous offre un premier album particulièrement réussi. Hypnotique, dépréssif, haineux, tout en restant mélodique, « Satanic Black Devotion » a tout pour plaire aux amateurs de black metal.
Laissez vous tentez, vous pourriez bien ne plus vous en passer...

Even starlight seems miserable
Fragile memories hurt my mind
Into everlasting misanthropy...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

ChoKos citer
ChoKos
02/11/2007 16:30
Va falloir que je me penche sérieusement sur ce groupe...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Sargeist
Black metal
2003 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8.63/10
Webzines : (6)  7.8/10

plus d'infos sur
Sargeist
Sargeist
Trve Black mélodique - Finlande
  

tracklist
01.   Preludium
02.   Satanic Black Devotion
03.   Obire Pestis
04.   Frowning, Existing
05.   Glorification
06.   Panzergod
07.   Black Fucking Murder
08.   Sargeist
09.   Returning To Misery & Comfort

Durée : 41:35

line up
voir aussi
Sargeist
Sargeist
Feeding the Crawling Shadows

2014 - World Terror Committee
  
Sargeist
Sargeist
Let The Devil In

2010 - Moribund Records
  

Essayez aussi
Praeda
Praeda
Eden... Hele

2003 - Sacral Productions
  
Dux
Dux
Vintras

2012 - Hass Weg Productions
  
Nettlecarrier
Nettlecarrier
Nettlecarrier

2012 - Indie Recordings
  
Angantyr
Angantyr
Hævn

2007 - Det Germanske Folket
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Si Monumentum Requires, Circumspice

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  

Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique