chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Aborym - Kali Yuga Bizarre

Chronique

Aborym Kali Yuga Bizarre
Crée en 1992 par Malfeitor Fabban, Aborym (« abhor him ») ne se résumait à cette époque qu'à une bande de jeunes effrontés s'amusant à reprendre des titres de Celtic Frost, Mayhem ou Darkthrone. Un an plus tard, le groupe sort une démo puis se sépare brutalement. Il faudra attendre l'année 1997 pour que Malfeitor Fabban (basse) et Seth Teitan (guitare) retrouvent leur volonté démoniaque et reforment le groupe italien, appuyés de Nysrok à la deuxième guitare ainsi que d'un certain Yorga SM au chant. Aborym signera alors un contrat de deux albums chez Scarlet Records puis s'attèlera à remodeler ses anciennes compositions et à en créer de nouvelles : Kali Yuga Bizarre (« Kali Yuga » ou l'âge du vice pour les hindous) était né.

Premier album et premières marques de fabrique pour Aborym : les bases et l'univers de leur black metal sont déjà posés. Contrairement aux opus suivants, les Italiens privilégient avec Kali Yuga Bizarre une musique plutôt « accessible », entendre par là « mélodique » et sans boîte à rythmes cybernétique overclockée (sauf le titre bonus). Pas de black mélo mielleux mais un metal accrocheur hybride marié à l'électronique et aux trips psychédéliques sous acides (je vous invite à lire les paroles). Les connaisseurs retrouveront ces sons électro délogés de la tête d'un psychopathe, ces nappes de claviers enchanteresses, ces leads entêtants (« Roma Divina Urbs ») ou encore ces passages pour secouer la crinière. Véritable perfectionniste, chaque compo d'Aborym sent bon la finition (arrangements et breaks indénombrables éparpillés) et se laisse déguster à petit feu. Certains aspects sont d'ailleurs plantés avec Kali Yuga Bizarre, que ce soient ces moments épiques (« Darka Mysteria » ou « Roma Divina Urbs » et son intro tout droit sorti d'un « Conan le barbare ») ou ces titres carrément ambient (plus marqués dans le futur).

Au nombre de deux, ces titres instrumentaux inquiétants se placent inéluctablement dans le panthéon de leur discographie et assurément dans le black metal indus lui-même. Le titre « Hellraiser » et « First Four Trumpets » (avec la mélodie au clavier à vous hanter pendant des décennies) reflètent à eux-seul l'esprit dérangé des membres (certainement sous substances illicites : « Join us and commit suicide! » sur « Metal Striken Terror Action »). Peut-être le fait qu'Attila Csihar (Mayhem), invité de renom et aidé de Malfeitor et Yorga, pose ses cris inhumains ou sa voix de possédé (anglais, latin et italien au menu) à en faire frémir n'importe quel mortel. Dommage que la bande n'ait pas plus développé cette composante « noire » (chose faite sur Fire Walk With Us!) au profit de ce black metal (trop) éclectique sans ligne directrice : l'album « culte » aurait atteint ce Kali Yuga Bizarre. Néanmoins le niveau de composition et l'émotion dégagée sont tels (surtout pour un premier essai) qu'on ne peut saluer l'immense talent des musiciens.

Kali Yuga Bizarre ressemble plus à un pot pourri et à un ovni dans leur discographie qu'autre chose mais qu'importe, avec ce tout premier album Aborym s'impose comme l'une des révélations black metal du nouveau millénaire. Les bases sont d'ores et déjà installées et n'attendent plus qu'à être développées par la suite (où « black metal industriel » prend toute son ampleur), chose exécutée avec Fire Walk With Us!.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

citer
Sunn0))
28/02/2009 16:32
Cet album est un pure chef d'œuvre, black indus ultra chargé en ambiances. Des titre comme Hellraisser vous prennent aux tripes
cglaume citer
cglaume
05/11/2007 00:27
C'est moi ou les 6 dernières chros se voient toutes attribuer 8.5/10 ?
... celui-qui brisera la chaîne de l'espoir sera maudit jusqu'à la 12e génération ! Moqueur

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborym
Black Metal industriel
1999 - Scarlet Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.7/10
Webzines : (2)  7.07/10

plus d'infos sur
Aborym
Aborym
Black Metal industriel - Italie
  

tracklist
01.   Wehrmacht Kali Ma
02.   Horrenda Peccata Christi
03.   Hellraiser
04.   Roma Divina Urbs
05.   Darka Mysteria
06.   Tantra Bizarra (bonus)
07.   Come Thou Long Expected Jesus
08.   Metal Striken Terror Action
09.   The First Four Trumpets

line up
voir aussi
Aborym
Aborym
Dirty Remix (Compil.)

2014 - Stridulation Records
  
Aborym
Aborym
With No Human Intervention

2003 - Code666
  
Aborym
Aborym
Dirty

2013 - Agonia Records
  
Aborym
Aborym
Psychogrotesque

2010 - Season of Mist
  
Aborym
Aborym
Fire Walk With Us

2001 - Scarlet Records
  

Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique
Dystopia
The Aftermath (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum
Lire la chronique
Fyrnask
Fórn
Lire la chronique
Sad
Utter Nihil Worship
Lire la chronique
Ghoulgotha
To Starve The Cross
Lire la chronique
Blood Incantation
Starspawn
Lire la chronique
Palehorse
Looking Wet in Public
Lire la chronique
Mass Hysteria
Le bien-être et la paix
Lire la chronique
Ahpdegma
Seolfkwyllen
Lire la chronique
Présentation de nouveaux chroniqueurs sur Thrashocore
Lire le podcast