chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
81 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Guttural Engorgement - The Slow Decay Of Infested Flesh

Chronique

Guttural Engorgement The Slow Decay Of Infested Flesh
Engorge, Engorged, Engorgement, Disgorge, Disgorged, Guttural…avec ces six mots de base et en y ajoutant éventuellement un deuxième devant ou derrière vous pouvez composer à peu près 32456 noms de groupes, dont la moitié existe certainement déjà. Et avec des noms comme ça ce sont bien évidemment des groupes de brutal death pour 99% d'entre eux (restent 0.5% de goregrind et 0.5% de musette). Bref tout ça pour dire qu'en matière de brutal death et a fortiori de brutal guttural slammoshing death metal l'originalité, qu'elle soit patronymique ou même musicale, ne trouve que très rarement sa place. Intéressons nous donc aujourd'hui aux ricains de Guttural Engorgement qui ont sorti cette année pour moi l'un des tout meilleurs albums en matière d'extrême brutalité musicale.

« The slow decay of infested flesh » (miam !) ne fait en effet pas dans la dentelle! Ne cherchez pas une once de finesse ni de subtilité, tout ici n'est que violence sonore, lourdeur dégoulinante, putridité abominable. Inspiré des allmighty Devourment, le trio nous assène une musique alliant passages ultra brutaux de circonstance, ralentissements écrasants, sans oublier une bonne dose de groove. A l'instar d'un Cephalotripsy, Guttural Engorgement apprécie fortement le slam (non je ne fais aucunement référence ici à un grand homme à la santé défaillante) et l'on retrouve à tout va ces passages ultra lourds et bien souvent ultra entrainants, je pense en particulier à ce moment monstrueux sur « Chopsaw sodomy » à partir de 1'15 pour n'en citer qu'un. Impossible de ne pas avoir envie de se déboiter la tête sur de tels riffs-enclumes ! Mais pour continuer dans la comparaison avec Cephalotripsy il est à noter toutefois que Guttural Engorgement a beaucoup plus souvent tendance à appuyer sur l'accélérateur que la bande à Ochoa. Nos caroliniens du sud ne se font pas prier pour nous balancer de gros blasts qui avoinent en pleine face !
Fait très appréciable sur ce « The slow decay of infested flesh », le mix est tout a fait approprié ne se laissant pas envahir comme souvent par une batterie trop envahissante. Les guitares s'en trouvent du coup très audibles, et tant mieux car même si les riffs ne sont bien évidemment pas ultra techniques ils n'en sont pas moins assez bien foutus et souvent facilement mémorisables. On a même le droit à un semblant d'arpège sur "Molested dissection" et même presque un peu de mélodie sur "Cadaveric maggot copulation"! La batterie quant à elle, même si le son de caisse claire est encore une fois un peu poêlé, trouve bien sa place sans accaparer incessamment nos tympans. Ici même remarque que pour l'ensemble, ne cherchez pas une démonstration de technique, l'objectif principal étant l'efficacité.
Comme dans tout bon groupe du style qui se respecte leur musique ne serait pas aussi jouissivement nauséabonde sans une voix d'outre tombe. Ici le dénommé Mark Rawls (ancien batteur chez Sikfuk) nous gratifie de son joli timbre ultra guttural et bien ronronnant qui ne décevra personne. Quelques accès porcins viendront varier ses lignes de « chant », bien sûr complètement monotones, mais tellement agréables pour les cages à miel ! On notera au passage les classiques titres de chanson si empreints de poésie : « Cadaveric maggot copulation », « Steak knife face fuck » (assez ultime celui là je trouve !) ou encore « Gangrenous torso fermentation ».

« The slow decay of infested flesh » ne brille évidemment pas par son originalité il va sans dire, Guttural Engorgement reprenant les ingrédients typiques du brutal slammoshing death metal pour faire sa popotte personnelle. Comme tout album du style, on ne peut pas dire qu'il regorge d'une variété exceptionnelle tout au long de ces 11 titres (si je ne compte pas l'intro et l'interlude toutes deux inutiles), et à moins d'être vraiment fan du style l'auditeur lambda ne pourra certainement pas s'empêcher de trouver le tout un peu répétitif à la longue. En cela la durée assez courte de l'album ( à peine plus de 20 minutes de musique) est un réel atout qui évite justement l'installation de ce sentiment d'ennui, les titres étant tous très courts (entre 1 minute 30 et 2 minutes en moyenne).

Mis à part les défauts inhérents au style pratiqué et assez communs à tous les groupes, cet album est tout simplement un des meilleurs du style sorti cette année. Les amateurs de cette brutalité musicale extrême devraient donc y trouver leur compte. A noter que malheureusement le groupe est aujourd'hui séparé : le chanteur Mark s'étant barré, les deux restants ont décidé de continuer l'affaire sous le nom de Hematuria, et sont toujours à l'heure actuelle il me semble à la recherche d'un vocaliste. Avis aux amateurs si vous vous sentez les cordes vocales assez solides !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

max.scxxxd citer
max.scxxxd
07/12/2014 02:06
Entendu et ré-entendu des dizaines des fois, on a l'impression que toutes les pistes sont basées sur le même riff.

3/10
Scum citer
Scum
02/01/2008 13:58
note: 5.5/10
Déception pour ma part, pourtant la pochette laissait augurer une bonne galette.

Je trouve étrange l'utilisation d'interludes quand on fait un album qui dépasse à peine la vingtaine de minutes, elles ne servent vraiment à rien. Les riffs ne sont pas franchement mémorables, j'ai l'impression de les avoir entendu 150000 fois ailleurs, les plans sont très souvent similaires bref, ça ne cassepas des briques. Seul bon point, le chant absolument démentiel (sauf quand le gaillard crie, c'est tout bonnement naze) et aussi quelques bons passages lourdauds.

Un album qui ne laissera pas un souvenir impérissable d'après moi.
John citer
John
01/01/2008 11:43
note: 7.5/10
Ouep' !

Bien sympa ce skeud Sourire
Keyser citer
Keyser
31/12/2007 16:16
note: 7.5/10
Yz a écrit : Pas mal du tout en effet, bien moins chiant que Cephalotripsy je trouve. Encore un peu trop de passages slam à mon goût mais c'est bien foutu.

Normal c'est du slam en même tps Mr Green

Très bon album sinon, bien groovy et putride! Peut-être un peu court mais bon! On appréciera aussi quelques petites aventures en dehors du cadre strict du genre!
Yz citer
Yz
31/12/2007 16:06
note: 6/10
Pas mal du tout en effet, bien moins chiant que Cephalotripsy je trouve. Encore un peu trop de passages slam à mon goût mais c'est bien foutu.
Niktareum citer
Niktareum
31/12/2007 15:43
note: 7.5/10
Du son sur myspace Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Guttural Engorgement
Brutal Guttural Slammoshing Death Metal
2007 - Inherited Suffering Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  6.58/10
Webzines : (3)  5.22/10

plus d'infos sur
Guttural Engorgement
Guttural Engorgement
Brutal Guttural Slammoshing Death Metal - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Process Begins (intro)
02.   The Slow Decay of Infested Flesh
03.   Job For A Hammer
04.   Bile Defilement
05.   Molested Dissection
06.   Cadaveric Maggot Copulation
07.   Omnipresent Ecchymosis
08.   Cinder Block Facial Reconstruction
09.   Steak Knife Face Fuck
10.   Chopsaw Sodomy
11.   Gangrenous Torso Fermentation
12.   Beyond Recognition (interlude)
13.   Wretched Sacrament

Durée : 23'56

line up
parution
15 Avril 2007

Essayez aussi
Cephalotripsy
Cephalotripsy
Uterovaginal Insertion Of Extirpated Anomalies

2007 - Amputated Vein
  
Disconformity
Disconformity
Depravation Of Stigma (MCD)

2005 - WD Sounds
  
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report