chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Samael - Passage

Chronique

Samael Passage
Considéré comme l'un des chefs d'œuvres metal de cette fin du XXème siècle, omettre cette chronique de Passage de la discographie de Samael et plus globalement du webzine, aurait été une grossière erreur. Pour ma première chronique de 2008 je fais mon mea culpa et vous propose de corriger cet oubli honteux.

Aucun adepte des premières heures black metal de Samael n'aurait pu imaginer un changement de style si abrupt et pourtant… Seuls les quelques auditeurs de leur EP Rebellion (sorti un an après Ceremony Of Opposites) à mon sens auront certainement pu sentir ce clavier encore plus présent et ce début de virage vers un metal industriel/électronique. Ces nappes de clavier ne sont d'ailleurs pas nouvelles vous diront les connaisseurs, Xy utilisant cet instrument (puis remplacé en 1993 par Rodolphe H.) depuis leur premier opus Worship Him. Pour ce quatrième album, Samael se sépare de son claviériste/sampler Rodolphe H. et fait revenir Xy au combo batterie/claviers/programmations, puis ajoute enfin dans ses rangs un deuxième guitariste dénommé Kaos.

Si je vous introduis Passage par « Rain », vous me promettez de ne pas monter le volume au maximum et d'headbanguer façon crise d'épilepsie ? J'ai encore besoin de vous pour lire ma chronique jusqu'au bout. Comme à son habitude, les Suisses débutent avec un hit énormissime (assurément dans le panthéon metal à l'instar d'un « Year Zero ») qui démontre dès les premières secondes le contraste majeur avec le début de discographie. Samael entame ainsi son évolution et son « passage » vers un tout autre metal, plus moderne mais aussi beaucoup plus accrocheur. Contrairement aux œuvres suivantes cassant tout lien avec le passé (Eternal en est le principal acteur), Passage possède toujours une base black metal (timide soit elle) que ce soient dans les riffs (rappelant parfois ceux de Ceremony Of Opposites), dans les paroles de Vorph (noires et mystiques à la fois) ou le timbre de ce dernier (toujours aussi possédé par le Malin). Ce changement de style entraîne avec lui une image de Samael complètement différente. Finis les délires sataniques passé, le groupe se la joue sobre et futuriste (l'artwork parle de lui-même).

Inutile de vous faire subir une chronique « track-by-track », sachez que ce Passage ne comporte que des hits en puissance et une ambiance hors du commun. Le travail ahurissant de Xy se fait enfin sentir, les arrangements et la rythmique hybride (« The Ones Who Came Before » est le plus bel exemple) surpassant de loin une flopée d'albums s'aventurant dans ce style. C'est bien simple il m'arrive encore de découvrir des effets électro sur certaines écoutes (le casque me paraît un outil indispensable pour cet album) ! Concernant les parties clavier, Xytraguptor (Xy pour les nouveaux) n'a franchement rien à envier aux groupes symphoniques de renom : les splendides « Angel's Decay » (orgue) et « Moonskin » (piano) ainsi que les indénombrables nappes mélodiques parsemées, sauront vous transporter dans cet espace froid et infini. Impressions accentuées par une production absolument remarquable (lisse et puissante, sans tomber dans le synthétique) du fameux Waldemar Sorychta, le producteur faisant un écart impressionnant avec son son brut antérieur (producteur attitré de Samael depuis Blood Ritual) !

Combinant à la fois les quelques racines des débuts ainsi que ce nouveau côté futuriste et planant à l'ambiance si orgasmique, difficile de ne pas tomber sous le charme même pour les plus récalcitrants. Les puristes du black metal signeront le divorce avec Eternal, gommant entièrement les axes maléfiques antécédents. Impossible pour ma part de départager le ténébreux Passage et l'ultra-accrocheur Eternal (sorti 3 ans plus tard), les deux se complétant parfaitement. Comme pour Eternal on regrettera quelques longueurs sur certains titres selon les goûts de chacun (metal rentre dedans ou ambiancé électro) qui essoufflent un album pas excessivement long (42 minutes au compteur). Hormis ces points mineurs, Samael offre un album exceptionnel et novateur (nous sommes en 1996) qui marque à la fois la consécration mais aussi la future période sombre et mouvementée du groupe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
03/01/2008 07:24
note: 9/10
Putain de chef d'oeuvre !

Ah sinon je vois que j'ai le même parcours que Cyril concernant SAMAEL (pourquoi je ne suis pas surpris?). Si mes souvenirs sont bons, la version de "My Saviour" sur le sampler était différente de celle sur album.
von_yaourt citer
von_yaourt
02/01/2008 18:46
A chaque fois que je vois cet album je pense à un bouquin de Valéry Giscard d'Estaing... c'est grave docteur ?
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
02/01/2008 17:48
note: 8.5/10
Un grand album, d'accord avec la chronique !
cglaume citer
cglaume
02/01/2008 17:47
note: 9/10
J'ai découvert cet album (et ce groupe) avec le 1er sampler Metallian (si mes souvenirs sont bons) sur lequel figurait "My Saviour" !! Miam; quel panard: j'ai direct acheté l'album (chez Adipo à l'époque !).

Ah, "The Ones Who Came Before", quel tube aussi !
Et ce concert avec SYL en 1ere partie au Club Dunois: putain, c'était bon Headbang
(... et putain je suis vieux !)
Mitch citer
Mitch
02/01/2008 17:34
note: 9/10
Album réédité (ainsi qu'Eternal) depuis Octobre avec un nouvel artwork, livret, commentaires et titres bonus (ici ce sont les titres de l'EP Exodus).

Vous pouvez écouter des extraits sur le site du groupe. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Samael
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (17)  8.97/10
Webzines : (14)  9.05/10

plus d'infos sur
Samael
Samael
Electro/Black Indus - 1987 - Suisse
  

tracklist
01.   Rain
02.   Shining Kingdom
03.   Angel's Decay
04.   My Saviour
05.   Jupiterian Vibe
06.   The Ones Who Came Before
07.   Liquid Soul Dimension
08.   Moonskin
09.   Born Under Saturn
10.   Chosen Race
11.   A Main In Your Head

Bonus réédition :
12.   Exodus
13.   Tribes Of Caïn
14.   Son Of Earth (re-recording '96)
15.   Winter Solstice
16.   Ceremony Of Opposites (re-recording '96)
17.   From Malkuth To Kether

line up
voir aussi
Samael
Samael
Exodus (MCD)

1998 - Century Media Records
  
Samael
Samael
Eternal

1999 - Century Media Records
  
Samael
Samael
Reign Of Light

2004 - Regain Records
  
Samael
Samael
Lux Mundi

2011 - Nuclear Blast Records
  
Samael
Samael
Solar Soul

2007 - Nuclear Blast Records
  

Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique