chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Defleshuary - Zombie Plague, Rampant Horror

Chronique

Defleshuary Zombie Plague, Rampant Horror (EP)
Si je me suis interessé à ce groupe quasiment inconnu dans nos contrées, c'est d'abord grace à cette magnifique pochette signée Andy Zubko. Un somptueux zombie à la gueule ensanglantée et vérolée comme on les aime. Comme quoi une belle pochette n'est pas si inutile que ça! Et de zombies donc, il est pas mal question ici (cf. le titre de l'EP et de certains morceaux).

Bref, voici Defleshuary, jeune groupe américain infecté il y a déjà 3 ans du côté de Lancaster en Pennsylvanie et embrigadé dans la colonie Homicide Watch Records. Ce Zombie Plague, Rampant Horror est déjà la 4ème sortie du quartet après une démo en 2004 et un EP et une autre démo en 2006. Pour être encore plus précis, Zombie Plague, Rampant Horror rassemble en fait les 6 titres de l'EP You Could Wake Up Dead Tomorrow de l'année précédente avec deux nouveaux titres, "Zombie Plague, Rampant Horror" et "Self Inflicted Zombie Victim".

Les présentations ainsi faites et Defleshuary n'ayant désormais plus de secrets pour vous, passons si vous le voulez bien à la musique. Pour faire simple, disons que Defleshuary propose un mix intergénérationnel entre Cannibal Corpse et Devourment. Du death quoi! Etonnant non?!

Les influences Cannibal Corpse sont à trouver dans certains mid-tempi lourds headbangants, les riffs aux mélodies sinistres et certaines rythmiques rapides orientées old-school. Pour ce qui est de Devourment, on retrouve une voix grave très gutturale et évidemment peu intelligible, ainsi que des bonnes grosses slam parts période Butcher The Weak, slam parts qui arrivent bizarrement seulement à partir du 3ème titre. Tout comme l'intérêt de cet EP d'ailleurs, les deux premiers morceaux ("Wax Sarcophagus" et "Gutted And Chopped In Two") étant les plus faibles du disque car beaucoup trop courts (respectivement 2'21 et 1'53) et très pauvres d'un point de vue technique et diversité. Un reproche un peu moins flagrant pour la suite du mini-album mais qui gâche malgré tout un peu l'écoute au fur et à mesure. Les titres ne dépassent ainsi jamais les 3 minutes (excepté le dernier) et sont la plupart du temps introduits par un sample de film horrifique (enlevez donc 10 à 15 secondes). Et niveau variété on reprochera un parti pris pour le mid-tempo plus ou moins rapide mais pas toujours inspiré alors que quand le groupe met les gaz et commence à blaster, le plaisir est tout autre.

C'est d'autant plus dommageable que le combo a du potentiel et sait donner à ses compos une ambiance et du groove. Defleshuary étonne même à plusieurs reprises en se transformant en groupe de deathcore par de vraies mosh parts hardcore notamment sur ses nouveaux titres, plus intéressants que ceux de l'EP You Could Wake Up Dead Tomorrow car plus variés et travaillés avec une production plus claire et puissante. Des mosh parts qui déboitent même si on les a déjà entendues 5000 fois (comme toutes les mosh parts après tout, l'essentiel étant ailleurs).

Defleshuary a la bonne recette mais ne l'utilise pas toujours à bon escient encore. Un peu court (un peu plus de 20 minutes pour 8 titres) surtout que la plupart sont recyclés, Zombie Plague, Rampant Horror manque encore de sel pour vraiment attirer l'attention plus qu'un simple "ah pas mal ouais". Il n'est toutefois pas dénué de qualités, loin de là: influences alléchantes, ambiance grasse et production bien lourde (un mix trop en avant sur la grosse caisse par contre) au programme! Mais l'horizon semble plus prometteur si l'on en juge par la qualité supérieure des deux nouveaux morceaux. A confirmer (ou pas) sur le prochain split à venir avec Torsofuck, Cumbeast et Decrepit Womb. Et puis de toute façon, des gens qui citent Iron Maiden comme le plus grand groupe de tous les temps ne peuvent pas être foncièrement mauvais!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Defleshuary
notes
Chroniqueur : 2.75/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  1.5/5

plus d'infos sur
Defleshuary
Defleshuary
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Wax Sarcophagus
02.   Gutted And Chopped In Two
03.   Corpse You Up
04.   Hooked And Sawed
05.   Island Of Zombies
06.   Hunger Spirit
07.   Zombie Plague, Rampant Horror
08.   Self Inflicted Zombie Victim

Durée : 21'58

parution
18 Février 2007

Essayez plutôt
Desultory
Desultory
Bitterness

1994 - Metal Blade
  
Morbid Flesh
Morbid Flesh
Embedded In The Ossuary (EP)

2014 - Unholy Prophecies
  
Demilich
Demilich
Nespithe

1993 - Necropolis Records
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Divine Incarnation

2011 - Massacre Records
  
Sinister
Sinister
The Carnage Ending

2012 - Massacre Records
  

Cave Ne Cadas + Jucifer + Torture du Sphinx
Lire le live report
Lord Vicar
Gates of Flesh
Lire la chronique
Diagor
Ненависть к живому (Hatred ...
Lire la chronique
Behexen
The Poisonous Path
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique