chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Spearhead - Decrowning The Irenarch

Chronique

Spearhead Decrowning The Irenarch
(The Doctrine Of Imperial Fidelity And The Supertemporal Divine Right Of War)

Spearhead, soit fer de lance dans la langue de Shakespeare. Autant dire que ce groupe se la pète pas mal. Et pourquoi pas appeler son album Follow The Leader aussi pendant qu'on y est?! Le truc c'est que si le nom de ce combo peut paraître présomptueux, c'est qu'il a des arguments à faire valoir! Fer de lance peut-être pas car celui-ci ne révolutionne rien réellement mais Spearhead se place au moins parmi les plus intéressants, en nous proposant un produit ma foi fort bien foutu.

Ah oui merde, j'allais oublier les présentations. Spearhead est donc un quartette britannique formé en 2003 et signé sur Invictus Productions pour lequel il sortira un 1er album en 2005, Deathless Steel Command, un album dont je n'ai même pas honte de dire que je n'en ai pas écouté la moindre note. Après une chtite (pour coller à l'actualité cinématographique) démo l'année suivante, les Anglais donnent un petit frère à leur premier rejeton lors des fraîches nuits de décembre 2007. Baptisé Decrowning The Irenarch, cet opus devrait donner à la formation la force de frappe nécessaire à son putsch.

Pochette magnifique, ça commence bien. Thématique guerrière et philosophique, on continue dans les bons points. Maîtrise technique parfaite avec personnalité dans les riffs, c'est sûr, on tient un bon client! Difficile de cataloguer Spearhead dans un quelconque genre, les Britanniques jouant à la fois du death (riffs, batterie), du black (voix, riffs) et du thrash (rythme, solis) mais plutôt un mélange savamment dosé des trois, sans pouvoir être étiqueté war métal car pas assez sauvage. Du métal extrême quoi finalement, pour faire vague, comme en Thailande. Souvent véloce, très agile, le groupe fait la démonstration durant 9 titres (plus 2 instrumentaux samplés, "Prolegomenon" et "Interregnum") qu'il manie les armes de façon extrêmement précise avec une technique top niveau. C'est clair on a affaire à d'excellents musiciens, très carrés. Seule la basse, audible mais aux lignes très conventionelles, fait un peu tâche parmi un batteur surexcité qui ne laisse jamais de répit à ses pauvres fûts, des guitaristes impressionnants que ce soit en rythmique ou en lead et un chanteur formidable. Mais s'il n'y avait que deux choses à retenir, c'est bien ces deux derniers. Barghest, l'orateur (et qui est aussi le bassiste d'où sans doute le manque d'initiative de la quatre-corde), possède une voix black mais pas trop, éraillée et très compréhensible, au flow très accrocheur. Car oui, Decrowning The Irenarch est un album accrocheur, vous le verrez. Invictus, l'homme à la rythm guitar comme ils disent là-haut, nous délivre lui des riffs ingénueux, techniques, virulents, mélodiques et toujours entraînants (celui d'"In the Face Of The Absolute" est un pur bijou!). Et quant au soliste Nephilim c'est évidemment par ses nombreux solis chaotico-mélodico-tatayoyo-technique qu'il se distingue (mon dieu la conclusion de "Thus Always to Tyrants", sacré bouquet final!). Si malgré un jeu tout à fait juste je n'ai pas retenu le batteur Vortigern pour les honneurs, c'est que le bonhomme ne blaste pas assez à mon goût, se contentant souvent de semi-blastouille, même si ça bourre quand même pas mal la plupart du temps!

Et voilà la magnifique transition vers les reproches trouvée, parce qu'il y en a toujours. Cette pénurie de bons gros blasts des familles va de paire avec un manque de brutalité qui je trouve impacte sur l'aura guerrière et tranchante de Spearhead. Decrowning The Irenarch est ainsi un peu trop propre sur lui, pas assez bestial. Un sentiment renforcée par une production limpide, mais justement trop limpide. Les guitares portent trop dans les aigües et le son de batterie clinique manque de naturel. Et pour finir, si la plupart des riffs s'avèrent exemplaires, d'autres bien que toujours accrocheurs se révèlent trop simplistes par rapport à ce que le groupe est capable de faire, les rendant ainsi dispensables.

Ne restez toutefois pas sur ce dernier paragraphe critique, Decrowning The Irenarch est un très bon album que tout bon fan de métal extrême avec un minimum de goût saura apprécier de par son accroche rapide malgré une technicité supérieure à la moyenne, et ce grâce à des riffs percutants, des soli mélodiques très appréciables et des vocals patterns péchus. Spearhead possède également sa propre patte et pourrait être décrit comme une version plus sophistiquée d'Angelcorpse. Seul un quota moyen de sauvagerie m'a un peu laissé sur ma faim mais ceci, on l'expliquera de cette manière: Spearhead n'a malgré son nom pas vocation à pénétrer les rangs ennemis en 1ère ligne tel un vulgaire fantassin déjà condamné. C'est un fin stratège qui, comme les plus grands maîtres de guerre de l'histoire l'ont fait avant lui, prend le temps d'établir un plan ingénueux afin d'assurer sa victoire, qui n'en sera que plus écrasante. Un groupe qui a grave la classe quoi!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
30/12/2016 15:16
note: 8/10
A priori c'était pas parti pour me plaire (écouté le tilte track après achat seulement), finalement j'accroche bien à ce death/thrash guerrier. C'est fun la guerre des fois.

Keyser a écrit : (mon dieu la conclusion de "Thus Always to Tyrants", sacré bouquet final!)

C'est plutôt le final de Mors Trimphalis dont tu veux parler, non?


Caacrinolas citer
Caacrinolas
18/03/2008 20:12
note: 8/10
Très bonne découverte que cet album et j'espère sincerement que la future tournée avec Impiety passera par Paris
Xenocidist citer
Xenocidist
18/03/2008 13:52
"pour faire vague, comme en Thailande"
Ouarf, j'adore!
Keyser citer
Keyser
18/03/2008 13:45
note: 8/10
Trois extraits vous sont proposés sur MySpace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spearhead
Death/Black/Thrash
2007 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (7)  8.17/10

plus d'infos sur
Spearhead
Spearhead
Elitist Blackened Death Metal - 2005 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Prolegomenon
02.   Decrowning The Irenarch
03.   When The Pillars Fall
04.   Road To Austerlitz
05.   Interregnum
06.   Iulianus Augustus Apostata
07.   In The Face Of The Absolute
08.   Thus Always To Tyrants
09.   Mors Triumphalis
10.   Brotherhood Of Arms
11.   Aftermath

Durée : 38'20

line up
parution
6 Décembre 2007

Essayez aussi
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media
  
Scythian
Scythian
Hubris In Excelsis

2015 - Hells Headbangers
  
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
The Furor
The Furor
Cavalries Of The Occult

2017 - Transcending Obscurity
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report