chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
52 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Elend - Weeping Nights

Chronique

Elend Weeping Nights
A peine un an après le torturé "Les Ténèbres du Dehors", alors que l'on attendait la conclusion de l'Officium Tenebrarum, Elend sortit cet album, souvent rattaché à leur première trilogie, et que l'on pourrait presque considérer comme un EP vu son contenu. En effet, malgré sa durée considérable, "Weeping Nights" ne contient au final que 3 titres inédits (les 3 premiers), le reste se composant de réinterprétations de morceau de leur précédent album. Quel peut bien être l'intérêt d'un tel disque me direz-vous ? Et bien c'est ce que l'on va voir.

En réalité, parmi les 3 trois titres inédits, seul "Weeping Nights" a été entièrement composé par Elend (ce qui pourrait expliquer le choix du titre de l'album). Les 2 autres ont été inspirés par Henry Purcell, "The Embrace" étant même une libre interprétation d'un morceau du défunt compositeur britannique. Comparé à "Les Ténèbres du Dehors", cette entrée en matière marque une certaine cassure sur le plan musical avec des compositions s'inscrivant toujours dans un registre classique / ambient / gothique mais plus calmes, plus posées et dominées par le superbe chant de Nathalie Barbary. Cette intéressante entrée en matière donne finalement le ton de l'album ; c'est dans cette direction qu'ont été réinterprétés les 6 autres morceaux extraits de "Les Ténèbres du Dehors". Des versions originelles ont été ôtés le chant et les hurlements masculins, pour ne conserver que les complaintes de Nathalie Barbary et les parties instrumentales. L'atmosphère dégagée s'en trouve bouleversée et délaisse ainsi la souffrance (parfois à la limite du supportable...) apportée autrefois par les hurlements.

Certains reprocheront peut-être à "Weeping Nights" de tenter de faire du neuf avec du vieux, ou de vouloir rendre la musique de groupe plus accessible mais personnellement, j'ai trouvé que ces 65 minutes apportaient une vision différente de la musique d'Elend. Moins sombre, moins dur que son grand frère, cet interlude avant l'achèvement de l'Officium Tenebrarum n'est pas pour autant dénué d'émotions, la tristesse et le désespoir imprégnant chaque seconde qui passe. Une très bonne surprise en ce qui me concerne et un moyen de redécouvrir "Les Ténèbres du Dehors" sous un autre angle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
30/04/2008 12:10
D'accord. J'avais des aprioris sur cet album car, comme tu dis Dead, j'avais peur qu'ils aient enlevés les hurlements de sur "Les Ténèbres du Dehors" pour rendre leur musique plus accessible. Je me pencherai dessus pour avoir une autre écoute de ce précédent album que j'adore pour sa noirceur, dont les cris sont pour beaucoup.
just gnu it citer
just gnu it
24/04/2008 18:05
Très bel "album" pour ma part. En revanche je n'ai pas écouté Les Ténebres Du Dehors, mais à prori je trouve l'ambience calme de Weeping Night très appréciable au vu des compositions.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Elend
Ambient / gothique sombre
1997 - Holy Records
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs : (3)  3.17/10
Webzines : (5)  6/10

plus d'infos sur
Elend
Elend
Ambient / gothique - Autriche / France
  

tracklist
01.   Weeping Night
02.   O Solitude
03.   The Embrace
04.   Nocturne
05.   Ethereal Journeys
06.   The Luciferian Revolution
07.   Eden (The Angel in the Garden)
08.   Dancing under the Closed Eyes of Paradise
09.   Les Ténèbres du dehors

Durée : 65 min.

line up
voir aussi
Elend
Elend
Les Ténèbres Du Dehors

1996 - Holy Records
  
Elend
Elend
The Umbersun (Rééd.)
(Au tréfonds des Ténèbres)

2008 - Orphika
  
Elend
Elend
Sunwar The Dead

2004 - Holy Records
  
Elend
Elend
The Umbersun

1998 - Music For Nations
  
Elend
Elend
A World In Their Screams

2007 - Holy Records
  

Phrenelith
Desolate Endscape
Lire la chronique
Grief
Miserably Ever After
Lire la chronique
Falaise
My Endless Immensity
Lire la chronique
King Satan
King Fucking Satan
Lire la chronique
Father Befouled
Desolate Gods
Lire la chronique
Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal
Lire l'interview
Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique