chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Thrudvangar - Zwischen Asgard Und Midgard

Chronique

Thrudvangar Zwischen Asgard Und Midgard
Alex **** sortit du bâtiment. La porte en vieux bois vermoulu se referma derrière lui sur un bruit menaçant. Il regarda à droite, à gauche, prit une grande inspiration et s'engagea dans la ruelle tout en serrant l'enveloppe sur sa poitrine. Il n'avait jamais aimé se rendre dans la vieille ville le soir... Et puis, ce crachin obstiné qui collait ses cheveux à son front, ces nuages menaçants qui se profilaient à l'horizon, ce silence obsédant qui régnait autour de lui. Tout faisait naitre en lui un vague malaise, ou plus exactement un mauvais pressentiment.. Plus que quelques pas, et il atteindrait la station de métro. Avant de dévaler l'escalier qui le mènerai vers plus de sécurité, il prit de nouveau ses précaution : un coup d'œil rapide à droite, puis à gauche. Il glissa le courrier sous son pardessus. C'était pas le moment de se faire prendre...


Arrivé chez lui, Alex souffla. Il se débarrassa de son pardessus alourdi par la pluie, jeta ses clefs sur la commode de l'entrée. Tout en enlevant ses chaussures, il se dirigea vers son bureau et se laissa tomber sur son fauteuil de cuir. Le jeune homme s'accorda un moment pour retrouver ses esprits. Il saisit son coupe papier et ouvrit soigneusement l'enveloppe. Le contenu glissa sur la surface d'acajou. Un cd et un livret dont le visuel évoquait la mythologie nordique et fleurait bon les clichés en tout genre pour un groupe qui défiait les lois de la prononciation. «Zwischen Asgard Und Midgard» de Thrudvangar : huit titres entièrement écrits dans la langue de Goethe. Alex avait étudié l'allemand dans son enfance, mais il n'en avait plus que de très vagues souvenirs. Tout à coup, il ne fut plus sûr d'avoir envie de faire ce travail. En y réfléchissant la demande de son client mystère lui paraissait de plus en plus incongrue. Certes, c'était bien payé. Mais franchement, se mettre en danger pour essayer de savoir pourquoi l'équipe de Thrashocore n'avait jamais chroniqué d'album de la formation germanique, c'était vraiment ridicule... L'employeur s'était bien renseigné et savait qu' Alex nourrissait une passion pour les courants les plus extrêmes du metal. Le détective parcourut le livret. D'après la publicité qui s'y trouvait et qui encourageait à l'achat des deux premiers albums du groupe « Ahnenthron » et « Walhall », Thrudvangar pratiquait un « Epic Viking Metal » composé par des « German Warriors ». ça promettait. D'une pression sur un bouton de la télécommande, il alluma sa chaine hifi, et glissa la galette dans la lecteur. Il régla soigneusement le son, afin de ne pas éveiller les soupçons des voisins. Puis il se ravisa, préférant l'écoute au casque. Un coup de tonnerre retentit, immédiatement secondé par des nappes de clavier Bontempi. Un cri de guerre un peu faiblard, posé sur des riffs de guitares bourdonnants lançait « Thor » le premier titre de l'album. Alex sourit. Voilà un genre d'intro que beaucoup de groupes de Viking metal affectionnaient. Mais cette fois ci, cela lui paraissait presque efficace. Il fallait bien admettre que le clavièriste disposait d'une mélodie entêtante et qu'il ne pénalisait pas le titre, malgré les sonorités très kitch de son instrument. La voix du chanteur manquait, il est vrai de rage, mais s'accommodait parfaitement avec le style des Allemand. Peut être avait il jugé les Teutons un peu trop vite... D'après ce premier titre, il semblait que Thrudvangar avait les moyens de se distinguer de la masse des formations qui surfait sur le style viking ou pagan black metal. Puis « Bärenpelz Und Wolfsmantel » débuta. Et là, ça se gâtait. Des riffs déjà entendu mille fois, des mélodies au synthé usées jusqu'à la corde et l'impression d'une chanson qui traînait en longueur. Dieu que c'est chiant, soupira Alex. Il ne put réprimer un bâillement. Sa journée avait vraiment été longue, et l'affaire « Thrudvangar », aussi étrange pouvait elle paraître était comme un répit parmi toutes les enquêtes sordides qu'il devait mener. Il allait espérait la conclure rapidement. Cependant, au milieu de « Heimwärts », le jeune homme plongea dans le sommeil.


Alex se réveilla, l'air hagard et les oreilles en feu. Il eut besoin de quelques secondes pour se remémorer ce qu'il faisait avant de s'assoupir. Il devait s'occuper de Thrudvangar. Il n'avait déjà plus aucun souvenir des quelques morceaux qu'il avait écoutés quelques instants auparavant. C'était un mauvais signe. Alex pris son courage à deux mains et pressa le bouton play de sa télécommande pour relancer la lecture de l'album. Le groupe avait pourtant mis les petits plats dans les grands. « Zwischen Asgard un Midgard », leur troisième opus, jouissait d'une production correcte, faisant la part belle aux guitares, dotées d'un son clair et puissant. Si bien que ces dernières noyaient parfois le chant, d'autant plus qu'il ne brillait pas par sa vigueur et donnait souvent des prestations trop solennelles et récitatives. Le principal problème venait du synthé qui sonnait trop cheap, offrant un décalage parfois saisissant avec les autres instruments. Le viking metal des six Allemands était particulier. Délaissant la brutalité, il se voulait plutôt évocateur et s'attachait à traiter de la mythologie scandinave plutôt que de sanglantes batailles. Cela se traduisait par la présence de nombreux passages en mid tempo et par des blast rares et timides. Pourtant, malgré ces qualités et un bon début, la magie ne prenait pas. Pour Alex, un album d'un groupe pratiquant un tel style devait le faire voyager. Il voulait, rien qu'en fermant les yeux et en se laissant porter par la musique, s'imaginer en pays scandinave, au milieu d' immenses Fjords aux eaux turquoises, ou de gigantesques forêts d'un vert profond, se sentir tout petit face à cette nature impérieuse. De la musique pour oublier son cadre de vie, un boulot stressant, son studio de 20m² dans la cette grande agglomération qui l'avait vu naître. Malheureusement dans Thrudvangar, il n'y avait rien de tout cela. En réalité, le groupe n'atteignait jamais son objectif et captait difficilement l'attention de l'auditeur, faisant même naître chez lui un sentiment d'ennui... Le morceau « Heimwärts » se voulait être un hymne avec un refrain fédérateur idéal pour inviter un éventuel public à participer, mais il s'essoufflait très vite et manquait singulièrement d'entrain selon le jeune homme. Dommage. Quant à « Zwei Raben » et son intro au clavier ridicule, il évoquait plus Candy et Laura Ingalls que Thor et Odin. Pire, au fil des écoutes, il ne ressortait rien de « Zwischen Agard Und Midgard ». Un de ces album Kleenex que l'on oublie aussitôt. Un de ces albums trop gentillet, trop policé et trop long pour éveiller un quelconque intérêt...

Alex s'étira, il enverrait son rapport à son client mystère demain. Pour l'instant, il avait besoin de metal vraiment épique, et pas de « viking warriors » d'opérette. Il parcourut sa discothèque des yeux et en extirpa un cd. Il débarrassa le lecteur de sa chaine Hi Fi de « Zwischen Asgard und Midgard » et y déposa délicatement son disque. Le jeune détective se laissa tomber à la renverse sur son fauteuil, saisit sa télécommande et pressa le bouton Play. Il ferma les yeux alors que les premières notes d'« Arntor » de Windir envahissaient la pièce.

DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 7 : la révélation
Chroniques à la con ! 7 : la révélation
Septembre 2008
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
06/06/2008 09:06
Très bonne chronique, on s'y croit Sourire
Alesya citer
Alesya
05/06/2008 19:12
J'espère avoir rendu cette chronique moins ennuyante que l'album lui même...

Si vous voulez avoir un (mauvais) aperçu de la musique du groupe vous pouvez aller sur leur page myspace. Pas de morceaux complets, mais juste des medleys. ;-(

http://www.myspace.com/thrudvangar

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thrudvangar
Epic Viking Metal by German Warriors
2007 - Einheit Produktionen
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines : (12)  5.63/10

plus d'infos sur
Thrudvangar
Thrudvangar
Epic Viking Metal by German Warriors - 2000 - Allemagne
  

tracklist
01.   Thor
02.   Bärenpelz und Wolfsmantel
03.   Heimwärts
04.   Runenstein
05.   Midsommernacht
06.   Zwei Raben
07.   Siegvater
08.   Frostland

Durée : 46 min.

line up
parution
3 Mars 2008

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique