chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dylath-Leen - Semeïon

Chronique

Dylath-Leen Semeïon
Décidément, du début à la fin « Semeïon » aura tout eu du rendez-vous manqué … Et ce dès la mise en bouche – qui aura finalement constitué une mise en abyme préliminaire visionnaire: en effet le premier promo s'étant perdu dans la nature postale, plusieurs semaines plus tard, un 2e trouva finalement le chemin de ma boite aux lettres, simple CD « gravé maison » enrobé d'une photocopie couleur de la pochette de l'album … OK, pas de quoi fouetter un chat, un Whourkr au packaging pourtant encore moins doté de paillettes s'étant déjà vu porté aux nues. Ce n'est pas ces présentations cheap qui freineront mon enthousiasme, crénom!

Sauf que sans m'en rendre compte, j'avais insidieusement laissé monter la pression et m'étais mis à attendre beaucoup trop de cet album. Au vu des très nombreuses bonnes surprises hexagonales de ces dernières années, des quelques premiers bons échos glanés ci et là sur le Net et de la présence au sein du groupe d'un fan d'Amoral (Bertrand) – preuve indéniable de bon goût s'il en est -, je m'étais inconsciemment préparé à recevoir la bombe de l'été. Et manifestement, bien que « Semeïon » ne soit pas non plus un pétard mouillé, je n'aurais pas du m'emporter de la sorte si j'avais voulu apprécier les bienfaits de cet album en toute objectivité et sans amertume aucune.

A la première écoute, petite déception: pas de grosse baffe dans la tronche, plutôt de l'anodin. Mais après maintes écoutes répétées, j'étais quand même un peu rassuré: de plus en plus de passages agréables se mettaient à me rester accrochés dans la caboche. Finalement, il semblait bien que l'album pourrait passer sans trop de problème l'épreuve finale et décisive avant l'élaboration de cette chro: l'écoute attentive de l'album crayon en main, qui permet à votre serviteur de tirer la substantifique moelle de la bête. Mais en fait de réussite haut la main, plouf: beaucoup trop d'imperfections, retour à la déception initiale.

Le décor étant maintenant planté, venons-en aux faits. Sur « Semeïon », Dylath-Leen pratique un death mélodique certes varié, mais à l'indéniable dominante « atmosphérique » old school, faisant tantôt penser à Arch Enemy (pas très old school ça, j'en conviens), Catacomb (les français), Loudblast (d'ailleurs le mixage est de S. Buriez), Tiamat, voire Nocturnus pour certains plans de synthé. Car oui, il est bien question de synthé ici, mais pas du truc encombrant Children of Bodomien qui lutte au coude à coude avec la guitare pour aligner les plans branlette, non: on parle bien ici de l'instrument destiné à poser des ambiances tantôt éthérées, tantôt épiques, tantôt mélancoliques. Côté prod', le travail est OK … pour un bon album de death mélodique des 90s. Bref rien de bien violent à reprocher, mais ça manque un peu de la puissance chaleureuse et de la clarté des gros groupes de mélodeath actuels. En gros, on n'a pas tout à fait l'impression d'être face à la dernière grosse bombe scandinave du moment quoi ...

Point fort mis en avant par beaucoup, le chant de la très polyvalente Kathy ne m'a pas convaincu plus que ça. Mais j'avoue que personnellement, les éructation black, féminines ou non, ne sont pas ma tasse d'été. Par contre quand la miss se positionne dans un grain plus death Angela Gossowien, ça passe plutôt bien (voire carrément mieux quand c'est Igor qui growle). Concernant le chant clair, celui-ci peut-être tout à fait bien senti (à 0:30 sur « Adoring wounds », à 2:49 sur « Frozen … ») comme il peut être pataud ( »No-one-else, can-feel-my dis-te-ress » à 1:49 sur « Buy Me a Smile »), voire carrément crispant (à 1:33 sur « Leering sky » ou encore les « hi-ho » à 1:51 sur « So Ill-Fated »). Bref, du bon comme du moins bon d'après les oreilles à bibi.

Pour finir, et c'est le plus important, la qualité des compos est inégale. D'un côté on a « In memory of those halcyon days » qui propose un bon death atmosphérique aux relents épiques légèrement Septic Fleshien, « Abhoth » qui fait dans le Loudblast mélodique inspiré, « Frozen reflect in a broken mirror » qui fait mouche et « So Ill-Fated » qui montre une vraie personnalité. Mais de l'autre on a aussi le poussif « Leering Sky », le début balourd de « Scars as victories » et des lourdeurs ou des naïvetés éparses, comme ce passage terriblement pataud qui arrive comme un cheveu sur la soupe de 1:57 à 3:05 sur « Contain », où la cassure à 1:59 sur « Adoring wounds » et son prolongement à 2:35, qui brisent un instant la magie du morceau.

A l'écoute des meilleurs moments de l'album, j'ai un peu l'impression d'avoir été sévère avec le groupe: mon attente était sans doute trop grande. Il est sûr que Dylath-Leen n'est pas encore à un niveau de maturité qui permette la comparaison avec les plus grands du death mélodique, que ce soit en terme d'écriture ou de production. Ainsi je doute que l'accueil soit aussi dithyrambique à l'étranger que ce que j'ai pu lire pour l'instant par chez nous. Mais on trouve quand même sur « Semeïon » beaucoup de ces très bons passages, de ces idées lumineuses et de ces instants magiques qui font les grands albums. Une fois gommées les imperfections que j'ai essayé de mettre en avant dans cette chro, je ne doute pas un instant que Dylath-Leen acquerra une envergure tout autre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
23/10/2008 00:50
Les extraits sont plutot tres simpa, la note n'est pas si mauvaise et la chronique met surtout ce qu'il manque a ce groupe pour sortir. Mais ca y'ai presque.

Au hellfest j'avais cependant bien pris mon pied (2007).
citer
glocome
22/10/2008 16:27
Une reference pour le death meatl. Excellent album !
citer
myriam
15/09/2008 00:45
Je trouve cette review assez dure... Vous avez l'air d'avoir du mal avec ce groupe (et les CD gravés). J'aime bien cet album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dylath-Leen
Death mélodique
2008 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Dylath-Leen
Dylath-Leen
Death mélodique - 1999 - France
  

tracklist
01.   Buy Me a Smile
02.   Adorning Wounds
03.   Contain
04.   Leering Sky
05.   Frozen Reflect in a Broken Mirror
06.   So Ill-Fated
07.   Scars as Victories
08.   My Worldly Goods
09.   My Despair
10.   Abhoth
11.   In Memory of Those Halcyon Days

Durée : 55:10

line up
parution
3 Mars 2008

voir aussi
Dylath-Leen
Dylath-Leen
Insecure

2005 - Thundering Records
  

Essayez plutôt
MyGrain
MyGrain
Planetary Breathing

2013 - Spinefarm Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22

2002 - Nuclear Blast Records
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media Records
  
Soilwork
Soilwork
Natural Born Chaos

2002 - Nuclear Blast Records
  
Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Veto

2013 - Century Media Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique