chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Krisiun - Southern Storm

Chronique

Krisiun Southern Storm
Dans la catégorie poids lourd du metal, je demande KRISIUN. Avec leur death de camionneurs calibré pour le rainurage de voies d'autoroutes, les infatigables brésiliens poursuivent leur entreprise de démolition de nos conduits auditifs avec leur dernier ravitaillement en date, l'excessivement brutal "Southern Storm". Et avec eux, peu importe le cours du dollars ou le coût du baril de brut : la franchise KRISIUN, c'est l'assurance de faire le plein de riffs tranchants, de leads assassines et de blasts écrasants au prix raisonnable d'une quinzaine d'euros et d'une bonne parties de vos neurones. Car entre le rythme infernal des morceaux et les incessantes parties de mitrailleuse du batteur Max Kolesne, c'est clair, vous ne viendrez jamais chez eux par hasard. Le trio de tough guys, après avoir (un peu) varié le tempo sur l'excellent "AssassiNation", a balancé sa feuille de route pour revenir à l'itinéraire de base, un aller simple pour l'enfer d'un death metal dépassant allègrement la limite autorisée de vitesse d'exécution.

Toujours affublé du GPS thrash Andy Classen (DEW-SCENTED, TANKARD), KRISIUN avale les premiers kilomètres en atomisant les radars avec l'imparable "Slaying Steel", où le groupe fait étalage de toutes les qualités qu'on lui connaît ; un riff bien trempé identifiable entre mille, une mise en place martiale comme rampe de lancement pour une avalanche de blasts et de double pédale, suivi d'une ou deux variations de rythme histoire de placer une once de mélodie au milieu de cet effroyable fracas de tôle et d'acier. Jamais personne ne sonnera aussi brutal ? A l'attention des sceptiques, KRISIUN passe illico la cinquième avec un "Sentenced Morning" qui vous rappelera votre enfance dans les favellas, poursuivi par des tanks ou pris en chasse par les redoutables escadrons de la mort. Si vous n'êtes pas né sud américain, ce morceau de charognards sans foi ni loi ravivera les braises d'un (pas si) lointain concert du groupe, quand vous imploriez les brésiliens d'en finir après deux heures d'une âpre guérilla métallique. A genoux. Le temps d'un démarrage foudroyant, la soumission est totale et ce ne sont pas les réminiscences de "AssassiNation" sur "Minautor" et "Twisting Sights" qui autorisent le moindre espoir de fuite. Si KRISIUN continue sur cette lancée, vous allez finir comme les pauvres quadrupèdes répandus sur un pare-chocs aux allures de Simetierre. Aplati par tant de puissance, concassé par un batteur filant à l'allure d'un footballeur tchèque sur une autoroute française.

Mais l'endormissement guette. Ce qui est terrible, lorsqu'on ne conduit pas, c'est cette irrépressible tendance à l'assoupissement que seuls peuvent combattre un arrêt aux stands ou une route un tant soit peu sinueuse. Les frères Kolesne ayant opté pour le télépéage, aucune concession rythmique n'est à attendre de leur part. Et c'est bien là le problème. Mal géré, le deuxième tiers du trajet devient carrément longuet, la faute à un tracklisting pour le moins déroutant. Passe encore la redondance de "Bleeding Offers" ou "Massacre Under The Sun", qui n'apportent rien de plus que ce que les premiers extraits de l'album ont démontré, en bien mieux. Mais pourquoi diable avoir placé à mi parcours une reprise de SEPULTURA (“Refuse Resist”) aussi servile que convenue ? KRISIUN affole les compteurs, certes, mais pour ce qui est de tenir la distance, la machine de guerre requiert encore quelques réglages. L'équilibre (précaire) entre brutalité sans partage et développements mélodiques (ici plutôt rares) qui faisaient le sel de l'album précédent est ici rompu, et une coupe franche de "Combustion Inferno" à "Contradictions Of Decay" est fortement conseillée, sous peine de passer à côté d'un final plus intéressant qu'il n'en a l'air ("Sons Of Pest", l'instrumentale "Black Wind"). Bien que plus brutal, "Southern Storm" n'est pas foncièrement différent de "AssassiNation", dont il reprend plus ou moins les codes de composition et la structure. Mais "Southern" est un peu gâché par l'absence d'itinéraire bis (ça tabasse toujours de la même manière) et le caractère répétitif des riffs proposés, les aspirations mid tempo d'un “Bloodcraft” cédant la place à une approche rouleau compresseur guère passionnante. En résulte un skeud souvent efficace mais très inégal, certains titres foudroyants en cotoyant d'autres bien plus anecdotiques. Une bonne roue de secours donc, dans la déjà longue carrière des prolifiques brésiliens.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

LostSon citer
LostSon
12/03/2009 18:10
note: 7/10
Un bien bon album encore pour Krisiun.
Evidemment pour moi Conquerors of armageddon reste intouchable, mais Krisiun sans se renouveller foncièrement pond toujours d'aussi bons titres.
La reprise de Sepultura est sympa sans plus par contre.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/09/2008 13:56
note: 6.5/10
Keyser a écrit :
Carrément! Un des meilleurs claviers que j'ai pu lire! C'est notamment cette maîtrise des métaphores filées qui fait toute la différence! Perso, ça m'arrive de faire des métaphores mais je ne tiens que jusqu'à l'introduction Mr Green


Merci, merci ! Dans le registre métaphorique, une fois que j'ai torché l'intro, ça va tout seul. Par contre ça m'arrive de rester bloqué une heure avant de trouver l'angle d'attaque. Pas évident de ne pas se répéter d'une chro à l'autre ...
Keyser citer
Keyser
15/09/2008 08:52
Lmkt a écrit : Encore une chronique excellente Sourire
Tes chros sont vraiment les meilleures qu'il m'ait été possible de lire ces derniers temps tout webzine confondu ; une nouvelle fois le fil conducteur métaphorique (ça se dit ?) est présent du début à la fin sans pour autant ajouter une lourdeur au texte, chose qui est je pense extrêmement difficile à éviter, rendant le tout très agréable à lire... Bravo bravo Sourire

/mode suceur off.


Carrément! Un des meilleurs claviers que j'ai pu lire! C'est notamment cette maîtrise des métaphores filées qui fait toute la différence! Perso, ça m'arrive de faire des métaphores mais je ne tiens que jusqu'à l'introduction Mr Green
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/09/2008 07:43
note: 6.5/10
Lmkt a écrit : Encore une chronique excellente Sourire
Tes chros sont vraiment les meilleures qu'il m'ait été possible de lire ces derniers temps tout webzine confondu ; une nouvelle fois le fil conducteur métaphorique (ça se dit ?) est présent du début à la fin sans pour autant ajouter une lourdeur au texte, chose qui est je pense extrêmement difficile à éviter, rendant le tout très agréable à lire... Bravo bravo Sourire

/mode suceur off.


Eh merci beaucoup ! ça fait plaisir, d'autant que j'ai eu un peu de mal à l'écrire celle là (pas super inspiré par l'album, voire pas super inspiré tout court). Sinon oui, je passe du temps à travailler mes textes pour fluidifier au maximum la lecture, ça me paraît très important. Pour l'aspect métaphorique, je me repose souvent dessus car je ne maîtrise pas forcément tous les termes techniques à la façon de Keyser !
citer
(ancien membre)
15/09/2008 01:45
Encore une chronique excellente Sourire
Tes chros sont vraiment les meilleures qu'il m'ait été possible de lire ces derniers temps tout webzine confondu ; une nouvelle fois le fil conducteur métaphorique (ça se dit ?) est présent du début à la fin sans pour autant ajouter une lourdeur au texte, chose qui est je pense extrêmement difficile à éviter, rendant le tout très agréable à lire... Bravo bravo Sourire

/mode suceur off.
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
11/09/2008 12:06
note: 7.5/10
Bon album, plus brutal que le précédent et plus inspiré également. La production est hallucinante, de quoi renforcer l'aspect "rouleau compresseur", ça va vite, ça blaste, c'est bien exécuté : Krisiun rempli décement son cahier des charges.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Krisiun
Death metal
2008 - Century Media
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (11)  7.45/10
Webzines : (29)  7.88/10

plus d'infos sur
Krisiun
Krisiun
Death metal - Brésil
  

tracklist
01.  Slaying Steel
02.  Sentenced Morning
03.  Twisting Sights
04.  Minotaur
05.  Combustion Inferno
06.  Massacre Under The Sun
07.  Bleeding Offers
08.  Refuse Resist
09.  Origin Of Terror
10.  Contradictions Of Decay
11.  Sons Of Pest
12.  Black Wind
13.  Whore Of The Unlight

Durée : 50:26

line up
parution
28 Juillet 2008

voir aussi
Krisiun
Krisiun
AssassiNation

2006 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
The Great Execution

2011 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
Works Of Carnage

2003 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
Conquerors Of Armageddon

2000 - Century Media
  

Essayez plutôt
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  
Herpes
Herpes
Doomsday (Démo)

2010 - Nihilistic Holocaust
  
Unleashed
Unleashed
Sworn Allegiance

2004 - Century Media
  
The Rotted
The Rotted
Get Dead Or Die Trying

2008 - Metal Blade
  
Vicious Art
Vicious Art
Pick Up This Sick Child

2008 - Mighty Music
  

Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview