chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

7th Nemesis - Archetype Of Natural Violence

Chronique

7th Nemesis Archetype Of Natural Violence
On avait quitté les 7th Nemesis en 2006 avec un « Violentia Imperatrix Mundi » de très bonne facture, mais sans label pour les épauler ni sans véritable excroissance physique à tripoter pour assouvir nos besoins de métalleux fétichistes, l'album n'étant disponible qu'en téléchargement. Si côté label c'est malheureusement toujours la dèche (l'incartade du côté de chez Restrain Records ayant été sans lendemain), côté sortie, le groupe est de retour avec sous le bras un vrai CD, « Archetype of Natural Violence », à la pochette et à la production grandement retouchées.

Côté visuel, je vous laisse vous faire votre propre opinion par vous-mêmes (perso je trouvais l'ancien plus « glauque » et plus organique, mais les goûts et les couleurs hein …). Et côté contenu alors ? Cette nouvelle mouture contient-elle suffisamment de nouveautés alléchantes pour convertir les anciens « détracteurs » du groupe (le vote des lecteurs sur la chronique de « Violentia Imperatrix Mundi » montre bien que les avis étaient partagés …), et faire passer à leur yeux les 7th Nemesis de 7e Nains à la 7e merveille du monde métallique français ? La réponse est non: le groupe reste fidèle à lui-même et à ses choix. Pas de retouche profonde des compos, pas de morceau bonus, pas de changement de ton. En fait nos cinq gaillards ont surtout eu à coeur d'améliorer la production de leur album, et d'apporter à la marge de menus arrangements sur certaines compos. Ainsi le son un peu trop clean et plat de « Violentia » a pris de l'ampleur: il sonne plus live, plus organique … et plus « sale » aussi, ce qui plaira sans doute aux plus old school d'entre vous, et qui pourra éventuellement décevoir ceux qui aiment les prods cliniques où rien ne dépasse.

Si vous voulez savoir à quoi ressemble les compos, reportez-vous donc à la chronique de « Violentia Imperatrix Mundi », vous y trouverez toutes les infos. Attardons-nous donc plutôt sur les différences entre « Archetype of Natural Violence » et son petit frère.
La plupart des morceaux ont perdu quelques secondes au compteur, pour plus d'efficacité. Par ailleurs certains passages – certainement jugés un peu trop cheap par le groupe - ont été étoffés et développés plus avant. Par exemple la batterie nous fait enfin profiter de sa bonne grosse double aux alentours de 1:30 sur « Forsaken ». Sur « Prometheus Unleashed », vers 0:50, l'attaque vocale est dédoublée pour un impact encore plus grand. Et un peu plus loin sur le même morceau, à 1:52, on peut entendre un riff grandement plus efficace que ce dont nous gratifiait « Violentia Imperatrix Mundi ». Autre exemple – et dernier hein, sinon ça va devenir gavant ! - : le début de « Divinus Afflatus » a pris du corps et de l'ampleur – tout en ayant su conserver cette fragilité qui le caractérisait.

Par contre si la plupart des changements sont pour le meilleur, pour ma part – étant sans doute encore trop attaché aux anciennes versions des morceaux – je n'accroche pas trop à certaines retouches. Ainsi la fin alternative et bruitiste de « Divinus Afflatus » ne me botte pas plus que ça, tout comme sa continuité sur le début de « Aporia », morceau qui s'allonge par la même occasion de plus d'une vingtaine de secondes sans que cela apporte un gros plus qualitatif. De même pour « The Behemoth Cycles », dont le superbe passage autrefois légèrement Cynic-like (allez, c'est ma tournée !) qui allait de 1:53 à 2:18 sur « Violentia Imperatrix Mundi » a été violemment remanié, lui faisant perdre une grosse partie de sa magie ... Mais bon, on va dire que je chipote …

En résumé, ce premier vrai album des 7th Nemesis reste d'un très haut niveau, et si la chronique et l'écoute de « Violentia Imperatrix Mundi » ne vous avaient pas convaincu, je ne peux rien pour vous … et « Archetype of Natural Violence » non plus d'ailleurs, cet album ne proposant que peu d'arguments nouveaux pour vous convaincre. Maintenant, si comme moi vous avez apprécié le précédent effort des Franciliens, il ne serait que justice d'acquérir cette nouvelle version pour pouvoir enfin en profiter à plein, et par ailleurs permettre au groupe de rentrer dans ses frais et de penser sereinement à la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

THUNDER citer
THUNDER
13/10/2009 20:28
note: 7.5/10
Bon album, je regrette juste de ne pas avoir pu acheter l'album précédent je trouve que la prod collait mieux au style.
cglaume citer
cglaume
26/10/2008 18:36
note: 8/10
Ant'oïn a écrit : ...la chronique est bonne (salope :P) ...

Mmmmmhhh, oh ouiiiiiiiii grand fou !! ... Merci pour elle ! Clin d'oeil
Ant'oïn citer
Ant'oïn
26/10/2008 01:03
Quand on entend le son, on se demande encore pourquoi les groupes rentre en studio ! Les titres sont bon, la chronique est bonne (salope :P) maintenant pour trouver ca dans mes contrees ca vas etre dur... mais je ferais un effort avec l'internet :P
cglaume citer
cglaume
24/10/2008 15:44
note: 8/10
Allez ceux qui avaient craqué sur « Violentia Imperatrix Mundi »: c'est le moment de mettre la main à la poche !! Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
7th Nemesis
Death Metal
2008 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.17/10
Webzines : (7)  7.46/10

plus d'infos sur
7th Nemesis
7th Nemesis
Death Metal - 2001 - France
  

tracklist
Act I: Chronicles of a Decline
01.   Forsaken
02.   Omega Dei
03.   Moira Kai Hybris (La Chair, Le Monde Et La Machine)

Act II: The Flare Breath
04.   Severance
05.   Prometheus Unleashed
06.   Divinus Afflatus

Act III: Chaos Ascend
07.   Aporia
08.   The Behemoth Cycles
09.   Odium Humani Generis

Durée : 43:03

line up
parution
15 Juin 2008

voir aussi
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
Reader's Choice (Split-CD)

2009 - VS Webzine Records
  
7th Nemesis
7th Nemesis
Scourge Of The New World Order

2002 - Autoproduction
  
7th Nemesis / Punishment
7th Nemesis / Punishment
Chronicles Of A Sickness (Split-CD)

2003 - Skull Fucked Productions
  
7th Nemesis
7th Nemesis
Violentia Imperatrix Mundi

2006 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Feeding Hell's Furnace

2012 - Nuclear Winter
  
Dismember
Dismember
Indecent & Obscene

1993 - Regain Records
  
Vehemence
Vehemence
Forward Without Motion

2015 - Battleground Records
  
Vircolac
Vircolac
The Cursed Travails Of The Demeter (EP)

2016 - Sepulchral Voice Records
  

MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique