chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Prostitute Disfigurement - Descendants Of Depravity

Chronique

Prostitute Disfigurement Descendants Of Depravity
Prostitute Disfigurement ou l'un des noms de groupe les plus cools de l'histoire. A part son patronyme par contre, je n'ai jamais rien trouvé de bien folichon chez les Néerlandais, ça et leurs performances jouissives en concert. Bon j'exagère un peu, que ce soit Embalmed Madness, Deeds Of Derangement ou Left In Grisly Fashion, il y a du bon chez ces chirurgiens pas vraiment esthétiques. Mais il y a toujours eu quelque chose qui m'a bloqué, quelque chose qui m'a toujours fait dire que Prostitute Disfigurement aurait pu, si seulement. Si seulement il n'y avait pas cette voix porcine répétitive et ridicule, un chant qui contrastait encore plus depuis le plus mélodique Left In Grisly Fashion. Et voilà que sur un coup de génie, les Bataves ont enfin compris qu'ils avaient un sacré potentiel et qu'il serait temps de s'élever un peu de la masse. Résultat: plus de gruiks! Les fans de la première heure, eux, vont crier au scandale, le chant ultra guttural et incompréhensible de Niels Adams faisant partie intégrante de l'identité de Prostitute Disfigurement. Tant pis pour eux!

Excepté ce changement de cordes salvateur (le groupe conserve toutefois ses épanchements criards qu'il utilise même plus régulièrement) et une magnifique pochette plus éclairée que d'habitude (signée Pär Olofsson qui commence à se répéter celà dit et dont l'oeuvre ici présente n'est pas sans rappeller celle du dernier Hour Of Penance), le quintette n'a pas vraiment changé et continue sur la voie plus mélodique tracée par Left In Grisly Fashion. Enfin plus mélodique, tout est relatif, on reste dans le brutal death, paroles gores incluses. On peut juste noter des riffs plus approfondis, une ambiance plus travaillée avec de discrètes leads sombres et de bons soli chaotico-mélodiques. On a aussi parfois l'occasion d'assister à quelques séquences à la rythmique presque thrashy, très sympathiques surtout quand des soli viennent s'y greffer. Et puis les 20% du temps où les Néerlandais ne blastent pas, on peut trouver quelques mid-tempi headbangants, pas des plus convaincants d'ailleurs.

Mais là n'est pas l'attrait principal de l'album (c'est même plutôt son point faible) et lorsque le tempo ralentit, c'est avec la bave aux lèvres qu'on attend la prochaine fournée de blasts. Parce que ce sont bien les blasts (et les riffs qui vont avec) qui rendent ce Descendants Of Depravity si jouissif, notamment grâce à la production puissante et claire d'Andy Classen. Et surtout, bien sûr, grâce au jeu de Michiel van der Plicht, le blasteur fou, qui nous sort des blast-beats variés à une vitesse sidérante et une agilité impressionnante.

Descendants Of Depravity, c'est 9 titres d'un death metal brutal, inspiré, efficace, radical, sombre et blasté mais non dénué de mélodies. Descendants Of Depravity, c'est la preuve que Prostitute Disfigurement est finalement un putain de bon groupe qui n'a pas eu peur de ses ambitions et a su se détacher de la dernière chose qui le raccrochait à la "guttural brutality" sans avenir. Descendants Of Depravity, c'est malheureusement aussi le dernier témoignage de l'aménagement facial de péripatéticienne, le combo ayant décidé de ranger les scalpels. Quel dommage de se retirer ainsi sur sa plus belle victime, la toute fin en fade-out de "Sworn To Degeneracy", presque black metal avec son ambiance apocalyptique, ses hurlements et ses blasts ultra brutaux, m'ayant donné encore plus envie d'entendre la suite. Et finalement, Descendants Of Depravity, s'il n'est pas l'album de l'année, c'est au moins une des belles surprises de 2008.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
28/11/2013 14:46
Not bad la pochette !
Ander citer
Ander
28/11/2013 14:26
note: 8/10
Atreyu a écrit : Grosse surprise que cet opus, je m'attendais à du gruik gruik mais changement radical, bravo à quand le prochain ?

Le 4 Février.
Atreyu citer
Atreyu
28/11/2013 13:43
Grosse surprise que cet opus, je m'attendais à du gruik gruik mais changement radical, bravo à quand le prochain ?
Keyser citer
Keyser
15/11/2008 18:40
note: 8/10
truc a écrit : des solos, soli n'est pas un mot français

Comme pour tout mot italien en "o", solo au pluriel donne soli. Solos est aussi accepté mais soli c'est mieux!
citer
truc
15/11/2008 15:33
des solos, soli n'est pas un mot français
Ant'oïn citer
Ant'oïn
12/11/2008 21:19
Tu merites une barre de Mééééééééééééééééétal sur la tete Mr Green
citer
Lmkt
12/11/2008 13:34
Des solos ou des soli, pas des solis =D
chtons citer
chtons
12/11/2008 13:16
Il est vrai qu'il n'y a eu aucune annonce officielle, au bout de 5 mois (voire plus) il serait temps! =/
Keyser citer
Keyser
12/11/2008 11:35
note: 8/10
..::Ju::.. a écrit : Bonne chronique !

Mais grosse déception pour ma part...... Gros sourire
Non pas que je sois un "fan de la première heure qui crie au scandale", mais je trouve juste que cette voix ultra gutturale et porcine collait parfaitement bien aux compos du groupe, et faisait même partie de l'identité du groupe.

C'est bien qu'ils se soient remis en question et qu'ils aient décidés d'évoluer, mais ça sera sans moi pour ma part....
Les compos de cet album sont effectivement bien foutues, certes un poil plus "mélodiques" (et donc un poil moins hystériques) que les 2 premiers opus, mais recherchées et très efficaces.
Mais y'a rien à faire, sans les hurlements dignes du Porc en rut et ô combien exagérés (mais tellement jouissifs), je n'accroche plus, ça n'est désormais plus qu'un groupe de BrutalDeath "normal"
Ce chant déjanté est, je trouve, ce qui apportait toute l'originalité ET l'efficacité à ce groupe...
Maintenant, c'est bon, mais banal en fait......


Et sinon, j'ai trop fumé de croutes de fromage, ou bien ils avaient un temps annoncés leur split ?


Si si, ils ont bien splité même s'il n'y a tjs pas eu d'annonce officielle il me semble!

Le truc du chant c'est clair que ça faisait leur identité (enfin bon relativisons, des gpes de brutal death avec une voix porcine ultra gutturale y'en a des tonnes) mais vu que je n'aimais pas du tout, c'est une belle aubaine pour moi! Celà dit je comprends ton avis Clin d'oeil
citer
..::Ju::..
12/11/2008 10:00
Bonne chronique !

Mais grosse déception pour ma part...... Gros sourire
Non pas que je sois un "fan de la première heure qui crie au scandale", mais je trouve juste que cette voix ultra gutturale et porcine collait parfaitement bien aux compos du groupe, et faisait même partie de l'identité du groupe.

C'est bien qu'ils se soient remis en question et qu'ils aient décidés d'évoluer, mais ça sera sans moi pour ma part....
Les compos de cet album sont effectivement bien foutues, certes un poil plus "mélodiques" (et donc un poil moins hystériques) que les 2 premiers opus, mais recherchées et très efficaces.
Mais y'a rien à faire, sans les hurlements dignes du Porc en rut et ô combien exagérés (mais tellement jouissifs), je n'accroche plus, ça n'est désormais plus qu'un groupe de BrutalDeath "normal"
Ce chant déjanté est, je trouve, ce qui apportait toute l'originalité ET l'efficacité à ce groupe...
Maintenant, c'est bon, mais banal en fait......


Et sinon, j'ai trop fumé de croutes de fromage, ou bien ils avaient un temps annoncés leur split ?
Ant'oïn citer
Ant'oïn
12/11/2008 07:06
Pouaaaa les extraits defonce ! Allez allez nouvelle achat y'a pas a chier !
citer
Seb'
11/11/2008 10:09
Très bon album, et entièrement d'accord pour que ce soit un des albums de l'année. Bon, il est vrai que cette voix ultra gutturale me manque, mais on s'y fait (Et on y'a un peu droit sur "Carnal Rapture", c'est déjà ça Gros sourire).
Le solo de "Sworn To Degeneracy" est magnifique. Son tapping me décrocherait des larmes =')
Alala. Dommage qu'ils aient splitté.
Ander citer
Ander
10/11/2008 23:31
note: 8/10
Yz a écrit : Ander a écrit : mais celui-ci déchire bien, même si je l'ai pas éncore écouté...

ok


Merde j'ai écrit trop vite. xD
Yz citer
Yz
10/11/2008 23:25
note: 8/10
Ander a écrit : mais celui-ci déchire bien, même si je l'ai pas éncore écouté...

ok
Ander citer
Ander
10/11/2008 21:53
note: 8/10
Très bon album ouais, je sais pas ce que valent les anciens albums du groupe, (les quelques avis que j'ai lu sur le net et le fait qu'il s'agissait de gruiks m'ont dissuader de m'y pencher) mais celui-ci déchire bien, même si je l'ai pas trop écouté...
Niktareum citer
Niktareum
10/11/2008 20:29
note: 7/10
Comme Caacri c'est un des très bons souvenirs de live que j'ai, lors de leur passage à Rennes.

Sinon pas encore écouté cet album, je l'avais totalement zappé...
chtons citer
chtons
10/11/2008 20:15
Punaise c'est la fête chez Thrasho, après la kro de Misery Index, Incinerate, maintenant Prostitute Disfigurement! Mr Green

Sinon, très bon album, dans le top de l'année évidemment! Ayant peur était que le combo passe pour un énième groupe de death comme en trouve par millier à l'épicerie du coin, j'ai écouté ce disque avec appréhension, et finalement je le trouve énormissime! Dommage qu'ils aient splitté...
Yz citer
Yz
10/11/2008 19:28
note: 8/10
Très très bon album! Tout est mieux que dans le précédent je trouve : Voix bien plus agréable, prod excellente, parties mélodiques plus fluides et presque épiques par moment...
Caacrinolas citer
Caacrinolas
10/11/2008 16:56
Le principal changement opéré sur cet album à achevé le groupe...
Dommage, un des meilleurs souvenirs live que j'ai.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Prostitute Disfigurement
Brutal Death
2008 - Neurotic Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.83/10
Webzines : (10)  7.49/10

plus d'infos sur
Prostitute Disfigurement
Prostitute Disfigurement
Brutal Death - 2001 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Torn In Bloated Form
02.   The Sadist King And The Generallissimo Of Pain
03.   In Sanity Concealed
04.   Killing For Company
05.   Storm Of The Fiend
06.   Life Depraved
07.   Carnal Rapture
08.   Fatal Fornication
09.   Sworn To Degeneracy

Durée : 38'44

line up
parution
27 Mai 2008

Essayez aussi
Spawn Of Possession
Spawn Of Possession
Noctambulant

2006 - Neurotic Records
  
Cannabies
Cannabies
Sativa Syn

2015 - Brutal Mind
  
Deicide
Deicide
The Stench Of Redemption

2006 - Earache Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
And Then You'll Beg

2000 - Century Media Records
  
Beheaded
Beheaded
Never To Dawn

2012 - Unique Leader Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique