chargement...

haut de page
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mortuus - De contemplanda Morte; De Reverencie laboribus ac Adorationis

Chronique

Mortuus De contemplanda Morte; De Reverencie laboribus ac Adorationis
Mortuus fait dans le lent, mid tempo sournois, pesant et inquiétant. Il laisse traîner ses accords aux sonorités familières sur des mesures qui s'étirent et déforment lentement la réalité pour attraper nos petites oreilles et les emmener dans un univers glauque et blafard. Le duo Suédois, (Tehôm et M. Hinze, multi instrumentiste et batteur, ayant déjà fait leurs armes au sein des formations plus connues, respectivement Ofermod et Ondskapt), aime prendre son temps pour asséner sa sentence. Peu de dynamique, un style plombé, des musiciens entièrement dévoués à la cause d'un feeling profondément sinistre et au final un album rampant qui n'agresse jamais frontalement, préférant adopter une stratégie perfide pour parvenir à ses fins lugubres.

Côté arrangements Moortus ne s'encombre que du minimum, quelques sons très gais de cloche d'église, des voix claires glaçantes et incantatrices éparpillées au fil des morceaux et des effets venteux qui ruinent encore un peu la fête en se mêlant discrètement mais efficacement au riffs et c'est à peu près tout. Peu importe, on demande à l'ensemble de fonctionner et il fonctionne à merveille.
Ne cherchez pas la performance musicale ou le plan qui tue, « De contemplanda Morte; De Reverencie laboribus ac Adorationis « (ouf !!) est un bourbier de son épais qui s'appréhende comme une masse sonore à l'atmosphère funeste. Même quand le rythme semble prêt à s'emballer sur les premières mesures de « Astral Pandemonium » ou encore la fin de « The Illumination of Job », le groupe anéantit aussitôt ce demi souffle de vie en retombant dans sa routine sinistre, la batterie se recale sur son martèlement lancinant, la guitare égraine de nouveau ses notes nécrosées et moi je replonge dans l'abîme.

Niveau harmonique rien de très original, et c'est peut être ce qui pourrait poser un problème. L'album peut s'avérer un peu ennuyeux sur la longueur. Le manque de variation de rythme et l'absence de surprise dans le travail mélodique peut lasser et faire baisser l'attention après 3 ou 4 morceaux si l'atmosphère de l'œuvre n'a pas réussi à captiver l'auditeur avant. Comme toujours avec ces prods tourmentées et entêtantes, la frontière qui sépare l'ennui de la fascination peut se révéler extrêmement fine selon la sensibilité de l'auditeur. Si vous ne jurez que par le Black façon Marduk ou Setherial, que le blast est une religion, vous avez peu de chance de tomber sous le charme cadavérique de Mortuus.

« De contemplanda Morte; De Reverencie laboribus ac Adorationis » ne laissera pas une trace indélibile dans le grand livre du Black Metal mais il pourra aisément satisfaire bon nombre d'amateurs de sensations poisseuses et de musique croupissante.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

Haashaastaak citer
Haashaastaak
08/01/2009 08:45
Jolie chro.
Tu me donnerais presque envie de chroniquer à nouveau un peu de BM!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Mortuus
Black Metal
2007 - The Ajna Offensive
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mortuus
Mortuus
Black Metal orthodoxe sinueux - Suède
  

tracklist
01.  Penetrations of Darkness
02.  Astral Pandemonium
03.  The Constant Descent of Seraphim
04.  The Illumination of Job
05.  Rebirth in the Sterile Triad of Six
06.  Supplication for the Demise of All: Withdrawal into the Lifeless Sanctum

Durée : 40:46

line up
parution
3 Avril 2007

voir aussi
Mortuus
Mortuus
Grape of The Vine

2014 - The Ajna Offensive
  

Essayez aussi
Hegemon
Hegemon
By This, I Conquer

2003 - Adipocere Records
  
Averse Sefira
Averse Sefira
Advent Parallax

2008 - Candlelight Records
  
Dies Ater
Dies Ater
Odium's Spring

2007 - Twilight-Vertrieb
  
Furia
Furia
Marzannie, królowej Polski

2012 - Pagan Records
  
Infinity
Infinity
Non De Hac Terra

2013 - New Era Productions
  

chronique Chronique
Eyehategod
Eyehategod
chronique Chronique
Septycal Gorge
Scourge Of The Formless Breed
chronique Chronique
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
chronique Chronique
Thy Darkened Shade
Liber Lvcifer I
chronique Chronique
AC/DC
Back In Black
chronique Chronique
At The Gates
At War With Reality
chronique Chronique
Centinex
Redeeming Filth
chronique Chronique
Cancer
Death Shall Rise (Rééd.)
chronique Chronique
Falloch
This Island, Our Funeral
chronique Chronique
Thantifaxath
Sacred White Noise
chronique Chronique
Oraculum
Sorcery Of The Damned (EP)
chronique Chronique
Fides Inversa
Mysterium Tremendum et Fascinans
chronique Chronique
Opeth
Pale Communion
chronique Chronique
Lacuna Coil
Broken Crown Halo
chronique Chronique
Have a Nice Life
Deathconsciousness (Rééd.)
chronique Chronique
Pornography
Pornography (Compil.)
(This is a collection)
chronique Chronique
Internal Bleeding
Imperium
chronique Chronique
Starofash
Ghouleh
chronique Chronique
Dark Fortress
Venereal Dawn
interview Interview
Machinae Supremacy pour l'album ''Phantom Shadow''
chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude