chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atrophy - Lexical Occultation 1.618

Chronique

Atrophy Lexical Occultation 1.618
(The Veil from Beyond)

S'il est un genre qui n'est pas franchement prolifique, c'est bien le techno death. Il est vrai que la source a eu un débit plus conséquent à une époque lointaine et a alors expulsé en peu d'années les œuvres majeures de groupes comme Atheist, Pestilence, Death, Nocturnus, Sadist et autres Theory in Practice... Mais la suite a été plus hasardeuse, et ce n'est que goutte à goutte que le robinet du genre a daigné nous livrer chichement d'autres albums. Les fans de musique exigeante au cuir épais se seront entre temps consolés avec les plus techniques des groupes de brutasses type Origin, Spawn of Possession et autres cyborgs Brain Drilliens, mais pour ceux restant allergiques à l'épilepsie métallique, rares auront été les sorties intéressantes. Merci donc à Gorod, Carcariass, Necrophagist et autres rares prodiges qui - n'en déplaisent aux détracteurs de la bande à Mr Suiçmez - réussissent à marier agression, virtuosité technique et mélodie pour un rendu aussi classy que catchy. D'ailleurs s'il se réveille un jour du doux rêve érotique dans lequel il a sombré suite à son entretien en tête à tête avec les maestros de Cynic, von_yaourt vous livrera un de ces quatre un dossier relativement complet sur la question (tannez-le donc un peu, il finira bien par se sortir les doigts du ... cours de droit).

Cette longue intro un peu trop académique pour vous expliquer que l'arrivée en ce premier semestre 2010 de 2 albums affiliés à la paroisse techno death ne pouvait que me titiller agréablement les capteurs. Sur l'étalage du marchand de riffs alambiqués ont donc récemment trôné " Spectral Extravagance " de Cerebrum et " Lexical Occultation 1.618: The Veil from Beyond " de Atrophy (les p'tits de gars de Chambéry, pas les ricains!). Joie, plénitude et allégresse donc ... Mais de courte durée! Eh oui ma bonne dame, savoir chatouiller les cordes et les cymbales avec plus de doigts et de baguettes qu'un musicien normalement constitué ne signifie pas pour autant faire un carton à coup sûr. Et c'est malheureusement ce que démontrent ces deux sorties récentes. Mais concentrons-nous à présent sur le plus hexagonal des deux albums en question.

Allez, une bio rapide, pour faire pro: fondé il y a 12 ans de cela, Atrophy sort 2 démos, un 4 ways split avec Carmina, Amethyste et Darklord, puis réédite ses 2 premières demos sur le CD " Labyrinths " ... Arrivent 2009 et la sortie du 1er album " Lexical Occultation 1.618 ", que Great Dane Records ressortira début 2010.

Ce 1er album commence sur une intro plutôt classieuse à base de guitare électro-acoustique délicate ... Même si, au regard du manque de progression mélodique et énergétique (si si, on va dire comme ça pour éviter de pénibles périphrases), cette mise en bouche est un poil trop longue. Mais on est encore en droit, au terme de ces 2 minutes et des poils de souris, de croire au démarrage d'un album de death technique croustillant. Malheureusement " Lexical Occultation Part II ", morceau pataud à la dynamique mid-tempo mollassonne, traînant des pieds comme un Dead devant se rendre à une soirée Valstar organisée dans un squat de punks à chiens, avec du chant death et des passages parlés à la French touch indéniable (je ne parle pas là de l'accent mais du rendu), a vite fait de réduire mes espoirs à peau de chagrin. " ...And Suddenly Springs Up " ravive néanmoins un peu la flamme via de superbes tourbillons de tapping ascendants, garnis d'une lead céleste et de shriek furieux. Mais autour de ce passage virtuose heureusement récurrent et de quelques chouettes blasts, c'est bien terne. Néanmoins, je reprends espoir en constatant que la musique de nos lascars m'évoque l'agréable souvenir du premier album de Pitbulls in the Nursery. D'ailleurs sur " Symbol Matching ", après un début poussif et des exactions death relativement furieuses, le groupe revient à un techno death canal historique particulièrement sympathique, la touche spatiale des guitares rappelant un peu Pestilence ou encore Cynic.

Et pourtant, sur la durée rien n'y fait. Le groupe a beau mettre en avant une basse volubile nous ramenant à la grande époque, il a beau se déchirer sur de nombreux passages en tapping bien sentis (à partir de la moitié de " The Ancient Lore ", ou encore lors de leads croisées sur " Randomized Lives ") et parsemer ses morceaux de quelques plans bien juteux, au final la sauce ne prend pas. Atrophy gnoler les parties techniques, on en oublie de composer de vrais titres disait justement ma grand-mère... Sacrée Mamie! Allez, je reconnais quand même qu'avec son début à l'ambiance rappelant " Arise " de Sepultura, son entrain plus franc et son plan saccadé façon Decapitated " Soon... " marque déjà plus les esprits. Il n'empêche que quand l'album s'arrête, il ne reste en mémoire que des morceaux assez peu dynamiques, et encore moins accrocheurs, un chant death rugueux et irritant et finalement assez peu d'inventivité. En plus tout cela est - aux quelques passages blastés et aux plans black furieux près - souvent mollasson, et porté par des mid tempos qui traînent souvent des pieds (Ah m**** je l'ai déjà écrit plus haut. Aucune imagination ces chroniqueurs!). Pas une grosse impression au final, donc!

J'espère de tout cœur pour le groupe que ce bilan peu enthousiaste n'est avant tout qu'une question de sensibilité. Après tout, il y a peu de raisons franchement objectives à ce dénigrement, juste des tempos et des couleurs à mon goût peu engageants, et un manque d'accroche et de corps qui seront peut-être contredits par d'autres oreilles. D'ailleurs cet état de fait me chagrine d'autant plus que les productions du genre sont peu nombreuses, que Cerebrum m'a également déçu et que le dernier Sadist semble assez controversé à lire les premières chroniques. Afin de contenter ma soif de technique intelligemment mêlée à la sauce metal, je me contenterai donc pour l'instant de continuer à faire tourner les derniers Gorod et Carcariass... En attendant l'arrivée des prochains apôtres de la joaillerie fine métallique (ou de la sidérurgie précieuse si vous préférez).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atrophy
Death metal technique
2010 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  6.64/10

plus d'infos sur
Atrophy
Atrophy
Death metal technique - 1999 - France
  

tracklist
01.   Lexical Occultation Part I: Prelude to Occultation
02.   Lexical Occultation Part II: Lexical Occultation...
03.   ...And Suddenly Springs Up
04.   Symbol Matching
05.   Ancient Lore
06.   Soon...
07.   Final Dimension
08.   Perceptions
09.   Escape To The Nonexistant
10.   Randomized Lives

Durée : 39 min.

line up
parution
13 Mars 2010

Essayez plutôt
Within The Ruins
Within The Ruins
Invade

2010 - Victory Records
  
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
The Farthest Reaches

2010 - Good Fight Music
  
Carcariass
Carcariass
E-xtinction

2009 - Great Dane Records
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Absorbing The Disarray

2007 - Neurotic Records
  
Symbyosis
Symbyosis
Crisis

2000 - Listenable Records
  

Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique